Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
07/04/2021 - 16:16

La présidente de la Commission européenne privé de siège lors d'un "fiasco diplomatique" en Turquie


La présidente de la Commission européenne a été visiblement surprise de se retrouver sans siège lors d'une réunion de haut niveau avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.



Ursula von der Leyen a été stupéfaite de se retrouver régulée au canapé pendant les discussions avec M. Erdogan et son collègue Charles Michel, le président du Conseil européen, mardi.

Le trio avait été conduit dans une grande salle pour discuter avec M. Erdogan. Toutefois, les images télévisées ont montré que seules deux chaises avaient été disposées devant les drapeaux de l'UE et de la Turquie pour les trois dirigeants.

On a pu entendre le dirigeant européen dire "Ehm" lorsque M. Erdogan et M. Michel ont pris les deux sièges disponibles lors de la réunion dans la capitale turque, Ankara.

Mme Von der Leyen a dû se contenter d'une place de second rang, face au ministre turc des affaires étrangères, sur les canapés du complexe présidentiel.

Selon une source européenne, la rencontre entre les trois dirigeants a duré plus de deux heures et demie.

La condamnation de cette apparente rebuffade n'a pas tardé. "Quel fiasco diplomatique", a tweeté Violeta Bulc, ancienne commissaire européenne.

Un porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer, a déclaré que Mme Von der Leyen "était clairement surprise", ajoutant : "La présidente aurait dû être assise exactement de la même manière que le président du Conseil européen et le président turc."

Il a ajouté que les membres du personnel qui supervisent habituellement le protocole diplomatique lors des voyages à l'étranger ne voyageaient pas avec les dirigeants en raison du Covid, et n'avaient donc pas vu la disposition des sièges à l'avance.

L'eurodéputée néerlandaise Sophie in 't Veld a demandé pourquoi M. Michel n'a pas choisi de céder sa place à Mme Von Der Leyen, ou d'exiger qu'une autre chaise lui soit apportée. "Pourquoi le président du Conseil européen est-il resté silencieux ?"

Iratxe Garcia Perez, l'eurodéputée qui dirige le groupe des socialistes et démocrates au Parlement européen, a critiqué la Turquie à propos de l'incident.

"D'abord ils se retirent de la convention d'Istanbul, et maintenant ils laissent le président de la Commission européenne sans siège lors d'une visite officielle. Honteux", a-t-elle tweeté.

Ni Mme Von der Leyen ni M. Michel n'ont fait mention de l'événement surnommé "chairgate" après leur rencontre avec le président turc.

Ils ont déclaré avoir profité de leur rencontre avec M. Erdogan pour insister sur le fait que toute initiative visant à améliorer les relations entre l'UE et la Turquie serait subordonnée à l'amélioration du bilan de la Turquie en matière de droits de l'homme et d'État de droit.

Mme Von der Leyen a également condamné la décision de la Turquie de quitter la convention de 2011 sur la prévention de la violence à l'égard des femmes.

"Je suis profondément préoccupée par le fait que la Turquie se retire de la convention d'Istanbul", a déclaré la chef de la Commission européenne. "Il s'agit de protéger les femmes et de protéger les enfants contre la menace de la violence."

À la question de savoir si la Commission considérait l'incident comme spécifiquement lié au genre, M. Mamer a répondu que Mme von der Leyen s'était rendue à Ankara en tant que présidente d'une institution européenne.

"Le fait d'être un homme ou une femme ne change rien au fait qu'elle aurait dû être assise selon les mêmes dispositions protocolaires que les deux autres participants", a déclaré M. Mamer.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb