Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Régions
13/03/2008 - 13:36

La région PACA en brèves


Marseille : Il vivait depuis treize ans sous l'identité d'un autre; Des anciens détenus jouent la prison à la maison d'arrêt de Luynes; Saisie record de 150 kg de cocaïne au Pontet; Marseille: une mère de famille condamnée à de la prison ferme pour des violences sur une enseignante; Marseille : ces petits commerçants qui résistent aux braqueurs.



Marseille : Il vivait depuis treize ans sous l'identité d'un autre
Un ressortissant comorien de 40 ans, qui vivait depuis treize ans sous le nom d'une tierce personne, a été interpellé en début de semaine à Marseille, a-t-on appris mercredi de source policière.

L'homme percevait les allocations familiales, Assedic et les indemnités de Sécurité sociale à la place de la personne dont il avait usurpé l'identité, un Français domicilié à Mayotte, qui avait d'ailleurs déjà déposé plainte, mais sans résultat.

Il a même épousé une Marseillaise en 2000, dont il a eu deux enfants, avant de divorcer, toujours sous la même fausse identité.

Pendant treize ans, les diverses administrations ne se sont aperçu de rien. Arrivé en France en 1995 avec un visa de trois mois, il a reconnu avoir acheté sa fausse identité pour le prix de 600 euros. La préfecture a ensuite renouvelé le plus normalement du monde ce "vrai-faux" document.

C'est finalement un guichetier de la poste de Marseille qui a alerté la police, lorsque l'usager, privé momentanément de sa pièce officielle lors d'un contrôle de police, a ressorti sa vieille pièce d'identité.

Le mis en cause a été déféré au parquet. Il fait l'objet d'une procédure pour "usurpation d'identité".

Des anciens détenus jouent la prison à la maison d'arrêt de Luynes
Neuf mètres carrés de cellule reconstitués sur une scène. Dans l'assistance, une soixantaine de détenus de la maison d'arrêt de Luynes venus voir la pièce de théâtre, "Parloir sauvage". Mickaël joue le black costaud, quasi autiste. Et quand Ali, l'Arabe tchatcheur, débarque en colocataire de prison, il arrive ce qui peut se produire entre deux êtres qui ne partagent rien, mais vont devoir cohabiter pour le pire. À la fin de la représentation, interrogés par l'assistance, les comédiens déclinent leur identité : bâtiment B de la maison d'arrêt pour l'un, 18 mois de tôle; bâtiment C pour l'autre. Motifs d'incarcération tus ; Michaël est décidément le grand black costaud qui a fait d'autres établissements, de Fleury aux Baumettes.

Saisie record de 150 kg de cocaïne au Pontet
Un coup de filet exceptionnel. Certainement la plus grosse saisie opérée sur terre ces dernières années. Les gendarmes ont en effet mis la main sur 150kg de drogue hier matin. De la cocaïne revendue 50euros le gramme au détail. En fin de course. Mais hier matin les gendarmes ont certainement frappé plus haut. Nettement plus haut, au sommet d'une pyramide alimentant la France, voire d'autres pays européens au regard de la quantité trouvée.

Marseille: une mère de famille condamnée à de la prison ferme pour des violences sur une enseignante
Une mère de 32 ans a été condamnée par le tribunal correctionnel de Marseille (Bouches-du-Rhône) à quatre mois de prison ferme pour des violences sur une institutrice, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Le 11 janvier dernier, elle s'était rendue à l'école Saint-Louis Gare, dans le XVe arrondissement, où sa fille était scolarisée en classe de CE1. Elle était accusée d'avoir refermé volontairement le portail de l'école sur les doigts de l'enseignante, estimant qu'on accusait injustement sa fille de vol. Elle avait aussi accusée d'avoir lancé à l'enseignante: "demain matin, mon mari va venir. Tu vas voir, il va te tuer!"

L'institutrice avait obtenu dix jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Dans son jugement rendu mercredi soir, le tribunal a dépassé les réquisitions du procureur qui avait demandé trois mois de prison ferme. La mère devra aussi verser 1.000 euros de dommages et intérêts à l'enseignante blessée.

Marseille : ces petits commerçants qui résistent aux braqueurs
Quelle attitude adopter lorsqu'un homme masqué vous pointe du bout de son arme ? Eux ont choisi. Bravant le danger, certains petits commerçants, frappés de plein fouet par la flambée du nombre de braquages sont désormais prêts à répliquer à leurs agresseurs. Hier matin encore, rue de la République (2e ), un boulanger ne s'est guère posé de questions lorsque deux malfaiteurs armés de pistolets sont entrés dans son commerce.

"Ils m'ont dit qu'ils voulaient que je leur ouvre le coffre-fort. J'ai refusé et je me suis battu avec eux. C'est effrayant d'en arriver là, mais quand on vous a déjà cambriolé à plusieurs reprises, vous ne calculez plus le risque". Il reste pourtant omniprésent et certains vols à main armée s'achèvent parfois dans le sang. Celui d'un boulanger du Canet avait coulé en novembre 2004.

L'homme, âgé de 36 ans, avait en effet tenté de poursuivre les trois hommes qui venaient d'emporter la recette de la journée.

SourcesWeb


M.D/sourcesWeb






M.D/sourcesWeb

Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel






Partageons sur FacebooK