Quantcast
Sommaire
EditoWeb MagaZine
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub        pub

soyez-y!

Faits Divers - Société
07/03/2022 - 17:33

La violence faite aux femmes n'est pas seulement toxique

La violence masculine à l'égard des femmes est bien plus qu'une question de masculinité toxique. Toute analyse de la violence doit commencer par la différence flagrante entre les sexes. La grande majorité des actes de violence sont commis par des hommes: plus des quatre cinquièmes des crimes violents et une proportion encore plus grande des délits sexuels.



La violence faite aux femmes n'est pas seulement toxique
La violence masculine à l'égard des femmes est bien plus qu'une question de masculinité toxique.
Toute analyse de la violence doit commencer par la différence flagrante entre les sexes. La grande majorité des actes de violence sont commis par des hommes - plus des quatre cinquièmes des crimes violents et une proportion encore plus grande des délits sexuels. Si les hommes sont également plus susceptibles d'être victimes de crimes violents, les femmes sont, dans leur grande majorité, plus susceptibles d'être victimes d'abus domestiques graves. (C'est l'une des raisons pour lesquelles les espaces non mixtes sont devenus la norme dans les prisons, les services hospitaliers et les refuges : il s'agit d'une simple règle empirique pour se prémunir contre la violence masculine).

Il est intéressant de noter que la différence d'agressivité physique entre l'homme moyen et la femme moyenne est modérée - pour la replacer dans son contexte, elle est environ un quart aussi importante que les différences moyennes de taille entre les sexes. La grande différence se situe aux extrêmes de la distribution : il y a beaucoup plus d'hommes très violents que de femmes.

Qu'est-ce qui sous-tend cette différence ? Chez les animaux, les scientifiques ont établi un lien clair entre les niveaux de testostérone et l'agressivité masculine. Mais ce lien n'est pas reproduit chez l'homme, ce qui amène les experts à penser que l'interaction complexe entre les facteurs génétiques et environnementaux - la façon dont les enfants sont socialisés - joue un rôle beaucoup plus important.

 Un projet britannique a mis fin à l'attachement des féministes à l'idée que la clé de la réduction de la violence est d'apprendre aux hommes à être meilleurs.

Et il existe des différences notables dans la façon dont les garçons et les filles sont socialisés. L'univers des enfants est imprégné de stéréotypes sexistes néfastes - l'idée que les filles sont douces et les garçons durs - dans tous les domaines, des attentes en matière de comportement aux jouets et aux vêtements. Il existe des programmes scolaires qui tentent de s'attaquer aux stéréotypes masculins nuisibles et qui s'appuient sur l'efficacité des programmes de lutte contre les brimades par les pairs en encourageant les amis à s'interpeller sur les comportements malsains envers les filles. Cela ne peut être qu'une bonne chose de remettre en question les stéréotypes qui sont corrosifs pour les garçons et les filles.
Publicité

Les programmes destinés aux hommes violents ont également exploité l'idée de reprogrammer la masculinité. Cela a du sens si l'on considère qu'il y a quelques décennies, les seules personnes intéressées par la réduction de la violence domestique étaient les féministes de base qui considéraient la violence masculine principalement comme un symptôme du patriarcat : le déséquilibre structurel séculaire du pouvoir entre les hommes et les femmes qui s'est socialement construit à partir des différences entre les sexes. Elles ont mis au point le modèle de Duluth, du nom de la ville du Minnesota où il a été conçu dans les années 1980, qui comprenait un programme visant à éduquer les auteurs de violences à ne pas subir le patriarcat.

Ce modèle est aujourd'hui largement utilisé aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie, mais les preuves de son efficacité sont, au mieux, équivoques. Ce n'est pas tout à fait surprenant : l'idée que la participation à un groupe de soutien hebdomadaire va transformer les schémas de comportement violent de toute une vie pour la plupart des hommes semble farfelue.

La différence entre les sexes est un point de départ essentiel pour comprendre la violence, mais ne peut être le point final. Les différences entre les hommes sont tout aussi importantes : pourquoi certains sont-ils plus violents que d'autres ? Certains présentent des troubles de la personnalité qui les rendent incapables de ressentir de l'empathie. Mais les recherches longitudinales révèlent que les expériences négatives vécues dans l'enfance - telles que la violence parentale ou domestique, le fait d'avoir un père en prison ou de grandir dans un environnement marqué par l'alcoolisme ou la toxicomanie - sont associées à de moins bons résultats à l'âge adulte pour les garçons et les filles, et l'un de ces résultats pour certains garçons est une plus grande propension à la violence.

Pourtant, les services qui existent pour aider les enfants traumatisés ont été réduits à leur plus simple expression au cours de la dernière décennie. Ce n'est pas excuser la violence des adultes que de dire que certains auteurs de violences ont subi un échec retentissant dans leur enfance.

Cette différence entre les hommes a également été éludée lorsqu'il s'agit de programmes destinés aux auteurs de violences. L'un des plus efficaces est un projet britannique appelé Drive, développé par deux organisations caritatives de lutte contre la violence domestique. Il s'est débarrassé une fois pour toutes de l'attachement féministe à l'idée que la clé de la réduction de la violence grave est d'apprendre aux hommes à être meilleurs. Ce projet s'adresse aux auteurs de violences domestiques les plus à risque. Ils se voient tous attribuer un gestionnaire de cas, qui peut les aider à accéder au soutien dont ils ont besoin, comme un logement ou des services de santé mentale.

Mais le programme fonctionne également comme un système de surveillance des hommes dangereux : ils sont suivis en permanence et les gestionnaires de cas font intervenir d'autres organismes tels que la police et les services sociaux pour endiguer leur comportement violent. Les résultats sont étonnants : une baisse durable de 82 % et 88 % des violences physiques et sexuelles respectivement. Mais seulement 1 % des auteurs de violences domestiques graves sont orientés vers des interventions ciblées. Si nous voulions sérieusement réduire la violence, nous consacrerions de l'argent au déploiement national de ce programme, de la même manière que nous dépensons des sommes considérables pour la lutte contre le terrorisme.

Des recherches de longue date montrent que les restrictions sur l'alcool ont des effets bénéfiques sur la santé et réduisent la violence.

Cette idée selon laquelle nous devons perturber plutôt qu'essayer de réparer les hommes dangereux a d'autres implications. Des recherches de longue date montrent que les restrictions sur l'alcool - des politiques telles que le prix minimum, la limitation de la vente d'alcool fort dans les zones de violence et les restrictions de temps - produisent non seulement une série de résultats bénéfiques pour la santé, mais réduisent également la violence. Bien sûr, elles constituent un levier superficiel et il y a beaucoup de choses qu'elles ne traitent pas, mais elles réduisent les dommages. Ce qui soulève la question suivante : pourquoi ne les utilisons-nous pas davantage ?

Bien sûr, on ne peut pas comprendre la violence sans comprendre les différences entre les sexes, mais la violence masculine va bien au-delà de la masculinité toxique. Et nous devons déployer les mêmes efforts pour empêcher les hommes violents de tuer leur partenaire que pour les empêcher de commettre des actes terroristes épouvantables.

Henri Vario-Nouioua



Lu 174 fois






Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest