Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Les news de la Culture et des Lettres
07/07/2006 - 14:19

Le 60ème Festival d'Avignon ouvert au galop des chevaux de [Bartabas]url:http://www.acadequestre.fr/

Le 60ème Festival d'Avignon est ouvert



Fred Nauczyciel / See You Tomorrow pour Le Festival d'Avignon
Fred Nauczyciel / See You Tomorrow pour Le Festival d'Avignon
Au triple galop de la cavalerie du Théâtre Zingaro de Bartabas et dans une atmosphère bon enfant, s'est ouvert jeudi soir le 60ème Festival d'Avignon qui, une fois n'est pas coutume, n'a pas été inauguré en plein air dans la cour d'honneur de l'ancien Palais des Papes découvert par le fondateur de la manifestation, Jean Vilar.

Les festivaliers sont invités jusqu'au 27 juillet à se transporter hors les murs à dix kms au nord-est d'Avignon, au domaine de Roberty qui jouxte l'hippodrome de la ville. Sous un chapiteau est installé une piste circulaire cernée de gradins où le cavalier-poète Bartabas y présente son dernier spectacle "Battuta; en première en France, après avoir été créé à Istanbul.

Une création qui s'apparente à un spectacle de cirque équestre très au point et ponctué de séquences comiques plutôt qu'aux rituels et aux recherches des dernières réalisations de Bartabas. Un Bartabas qui se souvient qu'avant de fonder en 1984 le Théâtre équestre Zingaro, il était le co-fondateur du Cirque Aligre et l'inventeur d'un "nouveau cirque". A ce titre, dès 1989, le Festival d'Avignon l'avait invité pour son "Cabaret équestre III" et il y est revenu en 1991 avec "Opéra équestre;, avec "Chimère" en 1994, "Eclipse" en 1997 et "Trippyk en 2000.

Ce qui demeure présent dans "Battuta" est la place accordée à la musique qui donne son rythme endiablé au spectacle et est improvisée par des instrumentistes venus de Moldavie (une fanfare) et de Transylvanie (un quintette à cordes). Bartabas invite le public à le suivre en pays tzigane où les hommes courent aussi vite que les chevaux et où l'on vit à un rythme survolté, du mariage à la mort. Au centre de la piste, coule de l'eau de façon continue, du haut du chapiteau au sol. De là s'ébranlent la roulotte des Tziganes et leurs chevaux qui reviennent au final à ce point d'eau.

Pendant une heure et quart, surtout les hommes de cette communauté multiplient cavalcades et numéros d'équilibre sur leurs montures, suggérant au passage quelques scènes souvent cocasses : la dispute de deux ménagères, le rapt d'une belle par un soupirant poursuivi par le père etc. . . L'intrusion d'un ours (faux), équilibriste et facétieux, entraîne un défilé de chars tirés par des chevaux et porteurs de tableaux vivants évoquant la manière de vivre tzigane.

N’en doutons pas, cette année encore le Festival d’Avignon nous ravira de grands moments d’émotions.

Toutes les infos du Festival


Editoweb Magazine






Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville







Partageons sur FacebooK
Petites annonces