Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
30/03/2021 - 12:50

Le Liban pourrait sombrer comme le "Titanic", selon un homme politique de premier plan

Le Liban va couler comme "le Titanic" s'il ne parvient pas à former un gouvernement, a déclaré le président du parlement alors que le corps législatif a approuvé un prêt d'urgence pour maintenir les lumières du pays allumées pendant seulement deux mois.



Lors de la session de lundi, le parlement a approuvé un prêt de 200 millions de dollars US (145 millions de livres sterling) pour payer le carburant nécessaire à la production d'électricité, après que le ministre de l'énergie ait mis en garde contre des coupures de courant illimitées parce que les fonds destinés à plusieurs centrales électriques devaient être épuisés après la fin du mois de mars.

La pénurie chronique d'électricité n'est qu'une des nombreuses crises que traverse le petit pays méditerranéen.

La monnaie libanaise a perdu plus de 80 % de sa valeur en un an et, après une crise financière sans précédent, l'économie est en chute libre et le prix de certains biens a plus que quadruplé.

"Le pays tout entier est en danger, le pays tout entier est le Titanic", a déclaré Nabih Berri lundi. "Il est temps que nous nous réveillions tous parce qu'au final, si le navire coule, il ne restera plus personne".

Cesar Abi Khalil, membre du parlement et ancien ministre de l'énergie, a déclaré à Reuters, que l'argent serait suffisant pour couvrir l'électricité pendant environ deux mois ou deux mois et demi.

On ne sait pas ce qui se passera ensuite.

Le Liban, qui figure parmi les pays les plus endettés au monde, est en proie à la pire crise financière de son histoire, ancrée dans des décennies de corruption et de mauvaise gestion.

La pandémie mondiale et l'explosion massive qui a ravagé des pans entiers de la capitale en août n'ont fait qu'accroître la pression sur le pays.

La monnaie s'est quasiment effondrée et, dans un contexte d'inflation galopante, les supermarchés ont fermé leurs portes à plusieurs reprises parce qu'ils ne connaissaient pas la valeur réelle des marchandises. Cela a donné lieu à des incidents au cours desquels des clients affamés ont forcé les propriétaires de magasins à leur vendre des produits subventionnés.

L'agence alimentaire des Nations unies a récemment prévenu que le Liban faisait partie des 20 pays surnommés "points chauds de la faim", où le nombre de personnes souffrant de la faim va exploser cette année.

La dégradation des conditions de vie a suscité des manifestations régulières de la part des citoyens qui accusent les autorités d'être corrompues et de voler le peuple.

Lundi, le Parlement a adopté une loi qui, selon ses partisans, pourrait faciliter le recouvrement des fonds publics volés, bien que certains législateurs aient publiquement douté de son efficacité.

"Effectivement, tous ces textes ne peuvent pas être mis en œuvre", a déclaré le législateur Jamil al-Sayyed, qui est allié au mouvement Hezbollah soutenu par l'Iran. "Ce qui se passe est une mascarade [...] Nous vous mentons", a-t-il déclaré dans des commentaires télévisés.

L'infrastructure en ruine du Liban, qui n'a jamais été reconstruite correctement après plusieurs guerres, signifie déjà que le pays manque de capacité de production d'électricité et que les foyers et les entreprises doivent faire face à des coupures de courant pendant plusieurs heures par jour, ce qui est la norme.

La centrale électrique de Zahrani, l'un des quatre principaux producteurs d'électricité du Liban, qui alimente la majeure partie du sud du pays, a déjà été fermée cette semaine, faute de carburant.

La société a indiqué que le déchargement d'une cargaison ponctuelle arrivée au Liban avait été retardé en raison de complications concernant la méthode de test du gazole.

Un autre cargo transportant des fournitures qui devait arriver du Koweït est resté bloqué dans le canal de Suez après que la voie navigable a été bloquée pendant près d'une semaine par un cargo.

"Tout arrêt de l'une de ces grandes centrales affecte négativement la production d'électricité", a déclaré Abi Khalil. "Cela signifie que les Libanais compensent avec des générateurs qui fonctionnent avec du diesel qui est 30 % plus cher que le carburant acheté par la compagnie d'électricité."

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest