Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub        pub

pour y être

Monde: Toute l'Actu
25/02/2021 - 14:28

Le Premier ministre arménien crie au "coup d'Etat" après que l'armée ait demandé sa démission

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan a accusé jeudi les dirigeants militaires de tenter un coup d'Etat contre lui - quelques instants après qu'ils aient demandé sa démission.



Une déclaration de l'état-major général, signée par 40 soldats de haut rang, a déclaré que le chef de l'Etat en conflit et son gouvernement s'étaient montrés "incapables de prendre des décisions judicieuses" à un moment critique pour le pays.

"L'armée sera toujours avec le peuple, comme le peuple avec l'armée", peut-on lire dans le texte.

M. Pashinyan n'a montré aucun signe d'acceptation de l'ultimatum. Jeudi matin, il a appelé les soldats à rester loyaux, et à éviter une politisation "inacceptable". Il a ensuite signé un ordre de licenciement du chef de l'état-major général, Onik Gasparyan, et a convoqué les partisans et les forces de police au centre de la capitale, dans une impasse qui pourrait se transformer en un dangereux affrontement. Le déclencheur de cette action de l'armée semble être le licenciement d'un des adjoints de M. Gasparyan, après des propos qui semblent avoir porté atteinte au Premier ministre.

Ils sont survenus à un moment sensible pour M. Pashinyan, qui fait l'objet d'une surveillance locale intense suite à la mauvaise performance militaire de l'Arménie dans le récent conflit avec l'Azerbaïdjan sur la région contestée du Haut-Karabakh.

Dans un règlement négocié en novembre par la Russie, Erevan a été forcé de céder à son ennemi juré tout son territoire, sauf un petit corridor. Elle n'a été sauvée d'une défaite plus complète que par la volonté de Moscou d'intervenir et de placer des milliers de ses soldats de la paix à l'intérieur et autour du territoire.

À l'époque, M. Pashinyan a déclaré qu'il n'avait décidé de signer ce règlement humiliant qu'après "une analyse approfondie de la situation militaire".

"Ce n'est pas une victoire, mais il n'y a pas de défaite", a-t-il déclaré.

Des centaines de manifestants n'étaient pas d'accord, pénétrant par effraction dans le gouvernement en herbe et arrachant sa plaque signalétique de la porte de son bureau.

Victor Delhaye-Nouioua









Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest