Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
16/12/2008 - 16:36

Le Royaume-Uni revit le cauchemar de 1976

Londres- De vieilles blessures se réveillent au Royaume-Uni. En 1976, le pays avait subi l'humiliation d'un sauvetage par le Fonds monétaire international (FMI). Une génération de Britanniques en a été marquée à vie.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Maintenant que l'économie s'enfonce à nouveau dans la récession et que les investisseurs abandonnent la livre sterling, une autre génération pourrait connaître ce traumatisme.

En 1976, le besoin public de financement s'élevait à 9 % du produit intérieur brut (PIB). Pour l'année budgétaire 2009-2010, les prévisions tablent sur un besoin égal à 8 % du PIB, un chiffre qui sera peut-être dépassé. En 1976, la livre avait perdu un tiers de sa valeur en moins de deux ans, pour tomber à 1,60 dollar ; elle vient de connaître une dépréciation de cet ordre vis-à-vis du dollar et de l'euro.

Même chose pour l'endettement. En 1976, le volume de crédit domestique progressait allégrement au rythme de 24 % par an. Depuis quelques années, le Royaume-Uni s'est abandonné à une orgie de dettes.

Mais il y a aussi des dissemblances notables entre les deux situations. En 1975, les salaires progressaient de 30 % par an. En 2008, ils augmentent de 3 %. La hausse des prix culminait à 25 %, dix fois son niveau actuel. Si l'inflation n'est pas un problème majeur, la balance commerciale en est un très sérieux. En 1976, le déficit courant atteignait 1,7 % du PIB. En 2008, il est deux fois plus important.

En contrepartie de l'aide du FMI, le Royaume-Uni avait accepté des conditions drastiques. Entre les années fiscales 1976-1977 et 1978-1979, le besoin public de financement devait être ramené à 5 % du PIB. La stratégie adoptée pour y arriver était de couper dans les dépenses publiques afin de museler l'inflation, d'encourager l'investissement sur le marché intérieur et de doper l'export. La crise avait jeté le discrédit sur le gouvernement travailliste, et permis à Margaret Thatcher d'être élue premier ministre trois ans plus tard. L'histoire pourrait bien se répéter pour l'actuel gouvernement.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo