Sommaire
Sénégal d'Aujourd'hui
23/10/2008 - 14:46

Le Sénégal s'oppose à des sanctions contre la Mauritanie

Dakar- Abdoulaye Wade s'est dit en désaccord avec le fait d'imposer des sanctions internationales à la Mauritanie pour obliger les auteurs du putsch du mois d'août à rétablir dans ses fonctions le président élu du pays.



"Moi, je ne suis pas d'accord sur les sanctions", a-t-il déclaré à des journalistes en marge d'une conférence sur le travail à Dakar, tout en indiquant sans ambiguïté que le Sénégal désapprouvait le renversement du président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi intervenu le 6 août dernier.

La position du dirigeant sénégalais, qui entretient de bonnes relations avec les pays occidentaux, va à l'encontre des efforts de l'Union africaine, de l'Union européenne et des États-Unis pour accroître la pression sur les officiers mauritaniens qui ont pris le pouvoir à Nouakchott en août.

La semaine dernière, Washington a imposé des restrictions aux déplacements de certains membres de la junte qui a évincé du pouvoir et arrêté Abdallahi.

Lundi, l'UE, qui avait déjà suspendu son aide non humanitaire, a donné un mois aux putschistes pour libérer et rétablir dans ses fonctions le président Abdallahi sous peine de sanctions. L'UA leur a adressé un avertissement analogue.

Wade, qui a tenté des médiations personnelles dans des conflits africains, a dit préférer cette formule.

"Les sanctions n'atteignent jamais les dirigeants (..) Depuis qu'on les applique, ça n'a jamais touché un dirigeant. Un dirigeant a tous les moyens d'y échapper, lui et sa famille. Ce sont les peuples qu'on sanctionne", a-t-il dit.

Exprimant le souci de prendre en compte le maintien du parlement mauritanien, il a déclaré: "Il y a quand même des institutions qu'on ne doit pas ignorer, il y a l'Assemblée nationale et le Sénat. Ce qui s'est passé en Mauritanie, ce n'est pas la même chose que ce qui se passe ailleurs. (...) dans ce pays, il y a des institutions qui sont là, on ne les a pas dissoutes, il faut leur demander (leur avis)."

Le chef des putschistes mauritaniens, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, ancien chef de la garde présidentielle, a rejeté cette semaine les appels de l'UA et de l'UE au rétablissement d'Abadallahi en repoussant toute ingérence étrangère dans les affaires de son pays.


Source: Yahoo News


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel






Partageons sur FacebooK
Petites annonces