Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Amériques
09/06/2021 - 21:37

Le comité éditorial du Boston Globe demande que Trump soit poursuivi au pénal

L'éditorial du Boston Globe a soutenu que l'ancien président Donald Trump devrait être poursuivi au pénal pour obstruction à la justice, incitation à l'émeute du Capitole et ses tentatives de faire annuler sa perte électorale en Géorgie.



"Il ne reste qu'un seul moyen de rétablir la dissuasion et de faire comprendre aux futurs présidents que la règle de droit s'applique à eux", a soutenu l'éditorial. "Le ministère de la Justice doit abandonner deux siècles de tradition en inculpant et en poursuivant Donald Trump pour sa conduite en fonction".

Le conseil a fait valoir que les actions de M. Trump étaient si malveillantes pendant son mandat qu'il vaut la peine de rompre la tradition afin de le tenir responsable et, espérons-le, de dissuader les futurs dirigeants comme lui.

"Un commandant en chef a fait tout son possible pour subvertir la démocratie", écrit le conseil. "Il a attaqué son propre pays. Cinq personnes sont mortes. Lui permettre de rester impuni créerait un précédent bien plus dangereux que de faire juger Trump. Pour réformer la présidence afin que les quatre dernières années ne se répètent jamais, le pays doit aller au-delà de l'adoption de lois : Il doit faire comprendre par ses actions que personne, pas même le président, n'est au-dessus d'elles."

L'éditorial fait partie d'un projet plus vaste du conseil intitulé "Future-Proofing the Presidency". Le projet tente de démontrer que M. Trump est un tyran en puissance et discute de la manière de prévenir les futurs autoritaires.

"Mais imposer des règles plus strictes aux futurs présidents, en soi, est clairement insuffisant. Ces présidents ont également besoin d'un message clair, qui résonnera dans l'histoire, selon lequel enfreindre la loi dans le bureau ovale sera réellement puni - que les politiques d'éthique et les exigences légales, tant celles qui existent que celles que le Congrès adoptera, espérons-le, à l'avenir, sont plus que de simples mots sur le papier", écrit le conseil.

Les auteurs de l'article reconnaissent qu'une telle mesure serait une entreprise énorme, qui créerait un précédent, mais ils citent d'autres démocraties qui ont réussi à poursuivre leurs dirigeants comme preuve du concept.

La Corée du Sud, l'Italie et la France ont toutes réussi à juger leurs anciens dirigeants sans déclencher un effet domino mettant fin à leurs démocraties.

"Porter plainte contre d'anciens dirigeants n'est pas une mesure radicale", affirme le journal.

Deux dirigeants français, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac, ont été condamnés pour des crimes commis pendant leur présidence. Sarkozy a été reconnu coupable de corruption et Chirac de pots-de-vin.

En Corée du Sud, l'ancienne présidente Park Geun-hye a été mise en accusation et condamnée pour des faits de corruption.

Les procureurs italiens cherchent depuis longtemps à faire peser des accusations sur l'annonciateur de Trump, l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi. Bien que M. Berlusconi n'ait pas encore été condamné pour un crime qu'il a commis lorsqu'il était en fonction - et que la condamnation ait été confirmée - il a fait l'objet de nombreux procès pour des activités criminelles présumées.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest