Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
27/06/2008 - 18:06

Le défi auquel l'Afrique est confrontée est l'organisation d'élections propres, selon Jean Ping


Le président de la Commission de l'Union africaine a estimé vendredi que les dirigeants africains devaient s'attaquer à la difficulté d'organiser des élections propres sur le continent. Le grand défi auquel l'Afrique est confrontée est "de garantir que les élections ne mènent pas à des troubles et à des actions de protestation violentes et souvent sanglantes", a souligné Jean Ping lors d'une réunion à Charm el-Cheikh, en Egypte.



"Nous nous lancerons dans une profonde réflexion sur le problème général des élections sur ce continent", a-t-il dit, à l'heure où se tenait au Zimbabwe le second tour de l'élection présidentielle boycotté par le chef de l'opposition Morgan Tsvangirai en raison des violences contre ses partisans.

Jean Ping a cependant éviter d'évoquer le Zimbabwe au cours de son discours, mentionnant d'autres conflits en Afrique, notamment au Darfour et en Somalie. Le président de la Commission de l'Union africaine a précisé que la crise au Zimbabwe serait uniquement abordée lors du sommet de l'Union africaine lundi à Charm el-Cheikh. Robert Mugabe, à la tête du Zimbabwe depuis son indépendance en 1980, doit y participer.

Vendredi, au début des entretiens à huis clos de l'UA à l'échelon ministériel, le chef de la diplomatie zimbabwéenne Simbarashe Mumbengegwi a exposé la situation prévalant dans son pays à ses collègues, a déclaré un haut diplomate égyptien à Associated Press Television News.

"L'Egypte ne préjugera pas des résultats de l'élection ou des résultats des délibérations", a souligné Ahmed Aboul Gheit.

Un diplomate nord-africain a de son côté expliqué sous couvert d'anonymat que les entretiens avaient été "improductifs" jusqu'à présent. Les avis au sein de l'UA sur le Zimbabwe sont partagés, certains pays estimant que le second tour de la présidentielle n'aurait pas dû avoir lieu tandis que d'autres, comme l'Afrique du Sud, ont préféré adopté en public une position neutre.

"Notre position est que les parties au Zimbabwe devraient travailler ensemble pour l'avenir du Zimbabwe", a confié le ministre sud-africain des Affaires étrangères Nkosazana Dlamini-Zuma à APTN.

En revanche, le chef de la diplomatie de la Sierra Leone Zainab Bangura a observé que les membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe "avait déclaré que l'élection n'aurait pas dû avoir lieu". "Nous les soutenons", a-t-il dit.

Source: yahoo news


Arame Diène







Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel






Partageons sur FacebooK
Petites annonces