Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Afrique et Moyen-Orient
09/02/2021 - 12:49

Le fragile gouvernement libyen chargé de maintenir l'unité du pays jusqu'en décembre

Le Premier ministre élu Abdulhamid al-Dbeibah a promis d'organiser des élections "sans violence". Un groupe de dirigeants politiques faibles et relativement peu expérimentés va prendre la tête de la Libye et tenter ce que des dirigeants bien plus puissants n'ont pas réussi à faire depuis dix ans : unir les forces politiques et de sécurité du pays, mettre en place une myriade d'éléments militaires étrangers et améliorer les souffrances des quatre millions d'habitants de la nation nord-africaine.



Le Premier ministre intérimaire élu Abdulhamid al-Dbeibah s'est engagé à former un gouvernement technocratique qui superviserait les affaires du pays jusqu'aux élections de la fin 2021. 

"Il y aura une représentation équitable de tous les segments du peuple libyen et de toutes les régions, mais l'accent sera mis sur les objectifs technocratiques", a-t-il déclaré à l'agence de presse turque Anadolu lors d'une interview dimanche. "Nous travaillerons à rapprocher les différentes perspectives afin de tenir les élections sans violence, guerre ou ressentiment entre les villes".

La Libye, riche en pétrole, est dans un état de chaos depuis que les rebelles soutenus par l'OTAN ont renversé le gouvernement de Mouammar Kadhafi il y a près de dix ans, et ont fini par déchirer le pays en deux gouvernements rivaux à l'est et à l'ouest. Le pays est également devenu le théâtre d'une guerre par procuration opposant la Turquie et le Qatar aux Émirats arabes unis, à l'Égypte et à la Russie. 



Mais les responsables internationaux ont fait pression pour mettre fin à la guerre et recoller les morceaux du pays. Les troubles actuels en Libye entrent dans une nouvelle phase après la désignation d'un gouvernement intérimaire et l'arrivée d'un nouveau médiateur des Nations unies. Lundi, l'envoyé spécial des Nations unies, Jan Kubis, ancien ministre slovaque des affaires étrangères et représentant des Nations unies au Liban, a pris la tête de la diplomatie libyenne. Il succède à la diplomate américaine Stephanie Williams, qui occupe le poste d'envoyé spécial des Nations unies par intérim depuis un an. 

Un conseil de dignitaires libyens réuni par les Nations unies près de Genève vendredi a nommé M. Dbeibah ainsi qu'un conseil présidentiel de trois personnes pour superviser le pays en vue des élections prévues le 24 décembre. Le résultat du processus de sélection du gouvernement intérimaire à Genève a été une surprise et une perte pour l'élite politique du pays. L'homme d'affaires Dbeibah et l'ancien diplomate Mohammed al-Menfi ont respectivement remporté les postes de premier ministre élu et de chef du conseil présidentiel, battant un groupe bien plus connu et puissant dirigé par le ministre de l'intérieur de l'ouest de la Libye, Fathi Bashaga, et le président du parlement de l'est du pays, Aguilah Saleh, après deux tours de scrutin.  

M. Bashaga et M. Saleh sont tous deux devenus des géants politiques de l'ordre libyen post-Kadhafi, chacun cultivant des liens avec des bailleurs de fonds étrangers et des groupes armés nationaux. "Wow", a déclaré Claudia Gazzini, chercheuse sur la Libye au Crisis Group, le groupe de résolution des conflits et de défense des droits, après l'annonce des résultats du vote. "C'était une surprise".

Certains des autres acteurs politiques libyens ont exprimé un soutien modéré au gouvernement intérimaire de M. Dbeibah. M. Bashaga a tweeté ses félicitations. 

"Nous devons donner une chance au nouveau gouvernement et voir s'il peut prendre le chemin que nous voulons", a déclaré dimanche soir la présidente du parlement libyen, Aguila Saleh. Il a perdu au premier tour de scrutin. "S'il s'écarte, nous prendrons position". 

D'autres, dont le chef de guerre Khalifa Haftar, se sont tus. 

"Mon inquiétude est que, bien que cette ligne ait l'aval du forum soutenu par l'ONU, elle est confrontée à un grand nombre de fauteurs de troubles", a déclaré M. Gazzini. "Il n'est pas certain que les forces proches de Bashaga acceptent cela. On ne sait pas si les forces proches de Bashaga accepteront cela, ni comment Haftar va réagir. Tout d'abord, M. Dbeibah doit présenter un cabinet et le faire approuver par le parlement oriental, appelé Conseil des représentants, dans un délai de trois semaines. 

Si M. Haftar, ou toute autre partie prenante étrangère à la Libye, le souhaite, ils peuvent probablement manipuler les membres pour qu'ils rejettent la liste proposée par M. Dbeiibah. "Ils avaient tous leur oui sur la liste Bashaga et ils comptaient sur la victoire de cette liste", a déclaré Mme Gazzini.

M. Menfi, chef du conseil présidentiel intérimaire, est membre d'une tribu libyenne éminente mais pourrait également soulever la colère de M. Haftar car certains le considèrent comme proche des Frères musulmans. 

La Libye a des préoccupations pressantes et l'opinion publique est en colère contre la classe politique. La corruption est endémique, et il y a des allégations selon lesquelles les dirigeants politiques et leurs alliés oligarchiques se seraient tirés d'affaire avec des milliards de dollars de fonds et de biens publics depuis 2011. 

La capitale du pays, Tripoli, continue de subir des destructions importantes dues à une guerre entre M. Haftar et le gouvernement reconnu par l'ONU qui n'a pris fin que l'année dernière.

"Les dégâts ne sont peut-être pas aussi importants en raison de leur ampleur dans de nombreuses régions", a déclaré Fadel Lameen, responsable d'un groupe de réflexion libyen et candidat au poste de premier ministre intérimaire lors du vote de la semaine dernière. 

Il n'y a pas de programme de reconstruction ou de soutien à ceux dont les maisons et les entreprises ont été détruites", a-t-il déclaré. "Il y a des gens qui sont livrés à eux-mêmes, et qui ont vendu leur voiture ou leurs bijoux ou tout ce qu'ils avaient, et qui s'en sont servis pour réparer leur propre maison".

M. Dbeibah a mentionné l'augmentation des vaccinations contre les coronavirus et la fin des pannes d'électricité parmi ses priorités pour les dix prochains mois. Mais beaucoup craignent que l'élite politique du pays soit trop déconnectée des problèmes des gens ordinaires pour apporter des changements. 

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest