Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Europe
20/03/2021 - 14:36

Le ministre iranien des Affaires étrangères attaque Boris Johnson au sujet du projet d'armement nucléaire


Le ministre iranien des affaires étrangères, qui ne mâche pas ses mots, a saisi l'occasion de se jeter à l'eau. Le Royaume-Uni a annoncé qu'il était prêt à supprimer les limites imposées par la guerre froide à ses stocks d'armes nucléaires, alors même qu'il exige de la République islamique qu'elle limite son propre programme atomique.



Le ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a accusé le Premier ministre Boris Johnson de faire preuve d'une "hypocrisie totale" en annonçant des plans visant à accroître l'arsenal d'armes de destruction massive de la Grande-Bretagne tout en réprimandant Téhéran pour sa tentative, vieille de plusieurs décennies, de maîtriser la technologie nucléaire.

M. Johnson a déclaré mardi aux députés britanniques que le gouvernement envisageait de revenir sur une réduction prévue de son stock d'armes nucléaires. Selon la nouvelle proposition, la Grande-Bretagne portera à 260 le nombre de ses ogives. Elle avait précédemment accepté de réduire ce nombre à 180.

Dans une note postée sur son fil Twitter et taguant M. Johnson, M. Zarif s'est moqué du dirigeant britannique pour avoir dit qu'il était "préoccupé par le fait que l'Iran puisse développer une arme nucléaire viable" le jour même où il annonçait que "son pays allait augmenter son stock d'armes nucléaires". Il a ajouté : "Contrairement au Royaume-Uni et à ses alliés, l'Iran pense que les armes nucléaires et toutes les ADM sont barbares et doivent être éradiquées." La télévision d'État iranienne a largement couvert les propos de M. Zarif, qui sont intervenus avant que la Russie ne dénonce également la décision de Londres mercredi. Les médias officiels chinois et russes ont mis l'accent sur le projet du Royaume-Uni de renforcer son arsenal nucléaire, le qualifiant d'hypocrite. "Les citoyens demandent à Boris Johnson de regarder sous ses pieds, de lutter contre le coronavirus et la criminalité de rue", a déclaré dans une émission la correspondante de NTV à Londres, Liza Gerson, qui fait référence au meurtre de Sarah Everard. "Les gens demandent des rues sûres et des lampes dans les parcs à Londres, pas des ogives en Écosse".

La décision du Royaume-Uni intervient à un moment particulièrement tendu dans l'arène du contrôle mondial des armements.

L'Iran est actuellement enfermé dans un bras de fer diplomatique avec les États-Unis et les "E3" - le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France - pour tenter de rétablir le plan d'action global conjoint (JCPOA), l'accord nucléaire de 2015 conclu par Téhéran et les puissances mondiales, mais abandonné par l'administration Trump en 2018.

Après avoir respecté les termes de l'accord pendant un an, alors même que les États-Unis renforçaient leurs sanctions écrasantes, l'Iran a commencé à étendre son programme nucléaire au-delà des limites strictes fixées par le JCPOA. La nouvelle administration du président Joe Biden a déclaré qu'elle souhaitait rétablir les termes de l'accord nucléaire, mais insiste pour que l'Iran réduise d'abord sa production et son stock d'uranium enrichi qui pourrait être utilisé comme matière fissile pour une bombe. L'Iran insiste sur le fait que son programme nucléaire n'est destiné qu'à des fins civiles et pacifiques, mais les experts en matière de contrôle des armements et les professionnels du renseignement pensent que l'Iran cherche au moins à se doter d'une capacité d'armement nucléaire, si ce n'est de la bombe.

Lundi, l'agence Reuters a rapporté que l'organisme de surveillance nucléaire des Nations unies avait confirmé que l'Iran avait commencé à alimenter en uranium gazeux un deuxième dispositif avancé capable de produire plus efficacement des matières fissiles que ceux autorisés par le JCPOA. L'Iran a insisté pour que les États-Unis commencent par lever les sanctions, car c'est Washington qui a été le premier à violer l'accord. Mercredi, un haut responsable du gouvernement du président iranien Hassan Rouhani a confirmé que Téhéran avait reçu des communications indirectes de Washington concernant un éventuel retour au JCPOA.





Victor Delhaye-Nouioua









Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb