Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Monde: Toute l'Actu
30/11/2011 - 18:25

Le monde fait de brique

Le monde fait de brique - Amnesty international pointe la police française du doigt - Etats-Unis : les expulsions des 'anti-Wall Street' se multiplient - Ben Ali et plusieurs responsables sécuritaires tunisiens condamnés pour torture en 1991.



Le monde fait de brique
 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Amnesty international pointe la police française du doigt
Cinq personnes sont décédées entre 2004 et 2009 aux mains de la police française sans que la lumière soit faite à ce jour sur les circonstances ayant entraîné leur mort, déplore mercredi Amnesty International France. Dans une lettre ouverte adressée aux ministres de l'Intérieur et de la Justice, l'organisation de défense des droits de l'homme demande que des enquêtes "impartiales et exhaustives" soient menées dans les meilleurs délais. Cette lettre est cosignée par les présidents d'Amnesty international des cinq pays dont sont originaires les victimes. La police est "l'administration la plus contrôlée, en interne comme en externe", a déclaré Pascal Garibian, porte-parole de la direction générale de la police nationale (DGPN), en réponse à Amnesty International. L'institution, a-t-il précisé, est notamment contrôlée par l'Inspection générale de la police nationale et l'IGS, son extension pour la préfecture de police. "Les sanctions disciplinaires - près de 3.000 prises chaque année envers les policiers - sont une preuve de leur impartialité", a-t-il dit à des journalistes.(fr.reuters.com) Aucune administration ne peut demeurer sans failles, certes, mais c'est cinq failles sont de tailles considérable et à la veille de ses élections présidentielles on un pouvoir destructeur ou constructeur considérable.

Etats-Unis : les expulsions des 'anti-Wall Street' se multiplient
Une centaine de policiers à Los Angeles procédaient, mercredi matin, à l'évacuation du camp des indignés dans le centre de Los Angeles, rapporte le Los Angeles Times. L'opération a commencé peu après minuit mardi, lorsque les forces de l'ordre ont annoncé avec des mégaphones que le campement était désormais considéré comme illégal, 48 heures après l'expiration d'un ultimatum fixé par le maire de la ville. Environ 500 personnes étaient présentes au moment de l'intervention de la police, qui a mobilisé au total quelque 1 200 officiers. 'Nous avons effectué au total un peu plus de 200 arrestations', a déclaré un porte-parole de la police, Lorenzo Quezada. Au petit matin, la police tentait de déloger les derniers manifestants, dont certains avaient grimpés aux arbres. Le camp du mouvement Occupy Los Angeles est l'un des plus anciens encore en place sur la Côte Ouest des Etats-Unis. Les indignés de Los Angeles, qui occupaient les lieux depuis le 1er octobre, étaient au nombre de 700 à 800, et avaient planté environ 400 tentes.(lemonde.fr) Courage fiers guerriers, chassons le capitalisme de c'est contrées et la paix dans le monde des terres humaines reviendra.

Ben Ali et plusieurs responsables sécuritaires tunisiens condamnés pour torture en 1991
L'ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali et plusieurs hauts responsables sécuritaires de l'ancien régime ont été condamnés à des peines allant de cinq à trois ans de prison pour avoir torturé des officiers de l'armée, a rapporté mercredi l'agence officielle TAP. Accusés de tentative de coup d'Etat, ces militaires avaient été emprisonnés et torturés en 1991 dans l'affaire dite de Barakat Essahel. Après la chute du régime et la fuite de Ben Ali en Arabie Saoudite le 14 janvier dernier, ils ont porté plainte pour réclamer justice et réhabilitation. La chambre correctionnelle du tribunal militaire permanent de première instance de Tunis a condamné dans la nuit de mardi à mercredi, le président déchu à cinq ans de prison par contumace tout comme quatre hauts cadres de l'appareil de sécurité, eux aussi en fuite. En revanche, Abdallah Kallel, ministre de l'Intérieur en exercice à l'époque et son secrétaire d'Etat à la Sécurité Mohamed Ali Ganzoui, ainsi qu'Abderahmane Guesmi, cadre supérieur du département, jugés en état d'arrestation ont été condamnés à quatre d'emprisonnement.(ap.org) Mais voyons tous les Etats torture, ben oui à Guantanamo on torture les prisonniers et personne n'en parle, maintenant où se cache la dictature?

Source: Yahoo actualités

Emmanuel Nouioua




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo