Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
30/03/2021 - 13:17

Le nombre de victimes au Myanmar dépasse les 500, les manifestations "ordures" sont lancées

Les rues de la principale ville du Myanmar ont été envahies par les ordures après que des manifestants ont lancé une "grève des ordures", une nouvelle forme de désobéissance civile contre le pouvoir militaire.



Les habitants de Yangon ont jeté des sacs dans les rues, défiant les appels des autorités à éliminer correctement les déchets. Plus de 500 personnes ont été tuées au cours des deux mois qui ont suivi le début des manifestations massives dans le pays.

Pour la seule journée de lundi, 14 civils ont été tués. L'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP), un groupe de défense des droits, a déclaré que ces derniers décès portaient à 512 le nombre total de manifestants tués dans le pays.

Le Myanmar a connu des manifestations massives pour s'opposer à la destitution d'un gouvernement élu dirigé par Aung San Suu Kyi et au retour du régime militaire depuis deux mois, "après des décennies d'avancées timides vers la démocratie", ont déclaré les militants de l'AAPP.

Les médias locaux ont rapporté que les forces de sécurité ont utilisé des "armes antiémeutes" pour disperser la foule à Yangon pendant la nuit. Reuters a cité une personne disant que les forces armées ont tiré "toute la nuit". Un "corps gravement brûlé" a également été retrouvé dans les rues dans la matinée. Selon les habitants, il a été emporté par les militaires.

Les ordures ont été jetées aux principales intersections des rues mardi. "Cette grève des ordures est une grève pour s'opposer à la junte", pouvait-on lire sur une affiche sur les médias sociaux.

Selon les rapports locaux, ni la police ni les porte-parole de l'armée n'ont commenté cette nouvelle tactique et le nombre croissant de victimes.

Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, a exhorté les généraux du Myanmar à "mettre fin aux meurtres et à la répression des manifestations". Une lettre ouverte du Comité de grève générale des nationalités, qui est l'un des principaux groupes à l'origine des manifestations au Myanmar, a exhorté les forces des minorités ethniques à "aider ceux qui se dressent contre l'oppression injuste des militaires". Les militants ont exhorté l'armée à cesser de tuer des gens.

Au moins trois groupes, dont l'armée de l'Alliance démocratique nationale du Myanmar, l'armée Arakan et l'armée de libération nationale Ta'ang - selon le TheGuardian - ont averti que si l'armée ne cessait pas de tuer les manifestants, ils "coopéreraient avec toutes les nationalités qui se joignent à la révolution printanière du Myanmar en termes d'autodéfense".

Pendant ce temps, la lauréate du prix Nobel, Mme Suu Kyi, reste en détention dans un lieu non divulgué. Des membres clés du parti sont également en détention. Les États-Unis suspendent déjà tout engagement commercial avec le Myanmar jusqu'à ce que la démocratie soit rétablie, a déclaré aux médias la représentante américaine au commerce, Katherine Tai. Selon les rapports, les généraux de l'armée du Myanmar ne sont pas inquiétés malgré les sanctions étrangères et les critiques du monde entier.


Les militaires du Myanmar ont affirmé que les élections tenues en novembre dans le pays étaient "frauduleuses" et ont pris le pouvoir en prétendant qu'ils étaient "la seule institution capable de préserver l'unité nationale" dans le pays.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest