Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Faits Divers - Société
14/07/2019 - 20:28

Le pain béni des manifestations du 14 juillet 2019

On ne regarde plus guère le défilé du 14 juillet à la TV: ça n’avance pas assez vite, on s’ennuie et c’est trop solennel. En revanche, les manifestations qui ont suivi le défilé de cette année 2019, on les regarde plus volontiers. C'est du pain béni. Pourquoi?
Dans les médias, on fait feu de tout bois. A la moindre occasion, on envoie au moins deux équipes TV sur les lieux. En studio les commentateurs récapitulent ce qui vient de se produire, ce qui s’est déjà produit depuis le début de l’évènement, pour ceux qui prendraient l’émission en cours de route et distribuent la parole aux équipes sur place.



On ajoute un invité (un syndicaliste c'est parfait), quelques images d’archives si c’est possible et le tour est joué : on a de l’information en "temps réel". On accroche x millions de téléspectateurs pendant x heures. Un des avantages, comme ce sont des flashs infos spéciaux, est qu’il n’y a pas de pubs. En contrepartie, le très gros inconvénient, c’est que ça rabâche: les producteurs partent du principe que de nouveaux téléspectateurs arrivent sur la chaîne à chaque instant. Et puis, il faut bien meubler les vides : dites n’importe quoi mais dites quelque chose. Pas de silence, pas de temps mort. De nos jours, un journaliste qui réussit est un professionnel du bavardage.

Aujourd’hui, il y avait du cocasse dans la situation: les manifestants se sont emparés des barrières de sécurité disposées le long du défilé pour entraver la marche des forces de l’ordre. En un mot, ils ont retourné contre l’Autorité les outils dont elle s’était dotée. Cela mis à part, rien ne justifiait véritablement une édition spéciale d’information: à la faveur d’une jonction, les forces de l’ordre ont finalement dispersé  les manifestants. Mais ce n'est pas tout.

Comme la classe dirigeante fait elle aussi feu de tout bois, elle se sert des bavardages et des rabâchages de l’information en temps réel comme d’un boniment. Plus exactement, la classe dirigeante ne fait rien du tout : les rabâchages du "temps réel" deviennent mécaniquement du boniment. En l’occurrence: on nous distille que la sécurité publique, à défaut de pouvoir purement et simplement empêcher les manifestations, devra bientôt se montrer violente et expéditive en la forme d’interdictions catégoriques (par exemple de tout rassemblement de plus de 3 personnes quel qu’en soit le motif) assorties de contre-mesures (par exemple à balles réelles). On le distille aux téléspectateurs pour qu’ils n’en soient pas surpris le jour où cela arrivera et qu’ils pensent même qu’il fallait s’y attendre, que ça ne les étonne pas, qu’ils y avaient déjà pensé eux-mêmes. Tout est clair, carré. C’est légitime.

Ainsi, les manifestations du 14 juillet 2019 ne laisseront, dans la mémoire des téléspectateurs, que le souvenir des actes de vandalisme et de la marque du durcissement à venir de la sécurité publique. Du pain béni.


Sylvie Delhaye S. D.












Partageons sur FacebooK
Petites annonces