Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
L'Economie en temps réel et en continu
16/04/2011 - 16:13

Les économies de sept pays et autres news

G20 : les économies de sept pays observées à la loupe - Prime exceptionnelle: un projet flou qui inquiète salariés et employeurs - Laurence Parisot pour l'immigration légale mais contre la prime de 1.000 euros.



Les économies de sept pays et autres news
Laurence Parisot pour l'immigration légale mais contre la prime de 1.000 euros
Le patronat rejette la réduction de l'immigration légale défendue par Claude Guéant et la proposition de François Baroin... Le patronat français en désaccord avec le gouvernement. Deux mesures annoncées cette semaine ont été vivement critiquées par la présidente du Medef, Laurence Parisot, dans un entretien publié dans Le Monde paru samedi. Ne pas faire de l'immigration légale «un problème» Celle-ci exhorte ainsi le gouvernement à maintenir l'ouverture de la France à l'immigration légale, que le ministre de l'Intérieur Claude Guéant entend réduire de 20.000 entrées par an. Laurence Parisot estime, à l'instar de plusieurs membres du gouvernement, comme la ministre de l'Economie Christine Lagarde, qu'il ne faut pas faire de l'immigration légale «un problème». «Restons un pays ouvert, qui accueille de nouvelles cultures et tire profit du métissage», a-t-elle déclaré au Monde en estimant que, si des problèmes d'intégration existent, c'est à l'école qu'il faut les aborder. Pour elle, «les pays qui se sont repliés sur eux-mêmes dans les moments difficiles se sont toujours appauvris».(20 minutes)

Prime exceptionnelle: un projet flou qui inquiète salariés et employeurs
La prime de 1.000 euros proposée par François Baroin fait l'unanimité contre elle... Encore floue, la prime exceptionnelle pour les salariés d'entreprises versant des dividendes, envisagée par le gouvernement, est d'ores et déjà décriée comme inégalitaire, tant pour les salariés que pour les employeurs, avec un effet limité sur le pouvoir d'achat. «Cela peut faire mal» Du côté des entreprises, l'inquiétude, déjà exprimée par le Medef et la Confédération générale des petites et moyennes Entreprises, est grande. «Ce débat méconnaît la diversité du tissu économique français et continue d'assimiler la situation de nos entreprises à celles de grands groupes cotés», a encore réagi vendredi la Chambre des commerce et d'industrie de Paris. «Pour toutes les entreprises qui versent des dividendes mais ne sont pas d'une extrême solidité, leur demander de verser 1.000 euros, ça peut faire mal», résume Antoine Richard d'Entreprise et Personnel, une association de Directeurs des Ressources humaines (DRH).(20 minutes)

G20 : les économies de sept pays observées à la loupe
La liste des sept est enfin prête. Vendredi, les pays membres du G20, réunis à Washington , ont réussi à se mettre d'accord sur les sept pays dont l'impact sur les déséquilibres économiques mondiaux sont les plus importants. Il s'agit des membres de l'ancien G5 des années 70 : les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Japon et le Royaume-Uni, auxquels viennent se greffer deux puissantes économies émergentes, la Chine et l'Inde. Ces pays, qui pèsent chacun plus de 4% de l'économie mondiale, «sont clairement les plus systémiques», d'après la ministre française de l'Économie, Christine Lagarde, qui présidait la réunion. Ils vont donc faire l'objet d'une «évaluation approfondie » de leurs finances afin de réduire les déséquilibres qu'ils provoquent dans le monde. Plus concrètement, les pays du G20 analyseront l'évolution depuis 1990 ainsi que les projections jusqu'en 2015, de plusieurs de leurs variables parmi lesquelles les finances publiques, les comptes extérieurs, l'épargne et la dette du secteur privé. Vers une croissance mondiale «équilibrée» L'objectif de cette démarche est de livrer des recommandations à suivre pour ces pays. Pour les États-Unis, il s'agira ainsi de réduire le triple déficit budgétaire , commercial et de l'épargne des ménages. Pour la Chine, il s'agira de passer d'une croissance tirée par les exportations à une croissance dopée par la demande intérieure. Les pays richement dotés en ressources naturelles devront également donner de l'élan à leur consommation.(lefigaro)

Source: Yahoo News


Victor Nouioua






Victor Nouioua


Flashback :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Partageons sur FacebooK