Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Textes Littéraires
13/03/2006 - 23:26

Les enfants des ténèbres -14-

Roman - Chapitre 15



Les enfants des ténèbres -14-
Le petit déjeuner du lendemain était presque gai. Peut-être chacun sentait-il que la conclusion approchait. Ou bien était-ce moi qui, la veille, avais créé ce climat lourd de menaces et de terreur. Ma propre terreur ...
Le café était bon. Je profitai du silence sans animosité qui planait pour laisser ma tête me parler, imposer la petite phrase qui, aussi insignifiante fut-elle, m'aidait parfois à continuer. Un crapaud, ça saute mais ça ne tombe pas.
Doc fuyait mon regard. Il était assis à l'extrémité de la table, s'occupait à manger ses oeufs brouillés.
- Dis donc, doc, y a-t-il une explication scientifique?"
J'avais appuyé sur "scientifique", à vrai dire, bien involontairement. Les Deguers suspendirent leurs couverts. Doc se leva pour venir vers moi:
- J'ai fait comme tout le monde, p'tit. Tu dois me croire! "
Ses yeux plissés formaient deux fentes larmoyantes. Regard neutre, vide, sans autre expression que celle de l'impuissance des médiocres.
- Au nom du ciel, doc, il s'agit d'une mutation, tu le savais. "
Fabien fit le tour de la table, se plaça tout près de sa femme, comme si cet enfoiré pensait que j'allais devenir agressif.
Laurence prit la parole, un peu comme on se saisit du témoin en pleine course de relais:
- Ce sont des avortons, Crapeau, mais doc n'est pour rien dans leur mutation. "
- Comment le sais-tu? "
- Parce que doc me l'a dit. Et puis aussi parce que certaines grossesses tardives n'ont pu être traitées. "
Cynique, je pris une pose confortable, étendant les jambes sous la table, croisant les bras. Doc était toujours debout près de ma chaise.
- Sont ils des avortons oui ou non, doc? J'ajoutai, en pointant préventivement un doigt accusateur sur le vieillard: s'il te plaît, ne me dis pas que je souffre de déformation professionnelle. "
Doc me tourna le dos, marcha en direction de la porte d'entrée. Ses épaules affaissées, sa tête basse presque à l'horizontale de son corps n'altérèrent pas sa voix. Elle prit un accent de vérité :
- Il y avait un prêtre avec moi, Crapeau. Il était chargé par la congrégation de confesser les filles. Oui mon gars, tu as bien entendu, j'ai parlé de confession et ne va surtout pas penser que les ... partenaires, ou papas, comme tu voudras, risquaient quoi que ce soit. Tu sais, je pratiquais parfois jusqu'à dix avortements par jour. Je n'étais pas chargé de la destruction des foetus. C'était le prêtre, Crapeau. Et ce type m'a un jour parlé. Il disait qu'il avait trouvé le moyen de racheter tous nos péchés. "
Doc regarda par la fenêtre, se perdit dans ses pensées. Hochant la tête, il reprit, un ton plus bas: Moi aussi j'ai cherché, mais pas à racheter nos péchers. Peut-être aurais-je dû lui demander des précisions quant à ses recherches. Peut-être ... "
Je me levai, m'approchai de lui. Ma langue refusait de bouger, mon esprit en feu me commandait de le faire taire. Mais, sans pitié, l'ermite continua. Il devait savoir que je ne voulais pas aller plus loin. Il me fit face:
- Vous êtes tous les trois des avortons, Crapeau! Mais votre mutation n'est pas la même. "
Je criai:
- C'est tout? "
- Oui!" répondit le vieux. Et vous n'êtes pas les seuls. Il y en a d'autres, beaucoup d'autres. Personne ne pouvait deviner que des avortons qui procréent donneraient naissance à des mutants."
J'insistai:
- Qu'as-tu cherché, vieux corbeau? "
- J'ai cherché, Crapeau, j'ai cherché. Ne m'appelle pas corbeau, ajouta-t-il en hochant la tête.
Je me levai pour marcher.
- D'où viennent ces gosses, Doc? "
- D'ailleurs, Crapeau, toujours d'ailleurs ... un peu comme les oiseaux. "
Laurence avait parlé de grossesse non traitée, de quelle manière la sienne l'avait elle été?



- Dis, Louis, fais-moi un bébé. "
- J'peux pas! "
- Pourquoi? "
L'homme se leva, terrassé par une question à laquelle il n'avait aucune réponse. La femme insista:
- Donne-moi une chance, Louis. "
Il posa sa main sur son crâne dégarni, murmura:
- Et ton mari? "
- Il ne peut pas. "
Misérablement, les épaules de Louis s'affaissèrent.
- Je ne veux pas faire de bébé. Je veux seulement faire l'amour comme tout le monde."


Henri Vario










Flashback :
< >

Mercredi 16 Septembre 2020 - 11:42 Le Chef de l'Etat turc attaque Emmanuel Macron

Mercredi 16 Septembre 2020 - 11:38 Maroc : Un enfant de 11 ans violé et tué

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn