Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
09/02/2021 - 12:26

Les manifestants du Myanmar défient l'interdiction de rassemblement

Les manifestants contre la prise de pouvoir par l'armée du Myanmar sont descendus dans les rues une nouvelle fois, au mépris des nouvelles règles qui rendent leurs protestations illégales.



Les manifestants contre la prise de pouvoir militaire au Myanmar sont descendus dans la rue mardi, au mépris des nouvelles règles qui rendent leurs manifestations illégales.

La police a arrêté les manifestants et utilisé des canons à eau pour tenter de disperser la foule à Mandalay. Une autre s'est également rassemblée à Yangon malgré une présence sécuritaire renforcée.

Les décrets publiés lundi soir pour certaines zones des deux villes interdisent les rassemblements et les rassemblements de plus de cinq personnes, ainsi que les processions motorisées, tout en imposant un couvre-feu de 20 heures à 4 heures du matin.

Yangon est la plus grande ville du Myanmar et Mandalay sa deuxième, où des milliers de personnes manifestent depuis samedi. Les manifestants demandent que le pouvoir soit rétabli au gouvernement civil déchu et que la dirigeante élue Aung San Suu Kyi et les autres membres du parti au pouvoir détenus lorsque les militaires ont empêché la nouvelle session du Parlement de se réunir le 1er février soient libérés.

En plus de la foule à Yangon et Mandalay, des manifestations ont également eu lieu dans d'autres villes, dont Bago et Dawei, et dans le nord de l'Etat Shan.

Le dimanche, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés à la pagode Sule de Yangon, qui a été au centre des manifestations contre le régime militaire lors d'un soulèvement massif en 1988, puis lors d'une révolte menée par des moines bouddhistes en 2007. L'armée a eu recours à la force meurtrière pour mettre fin à ces deux soulèvements.

Les médias d'État ont évoqué pour la première fois lundi les manifestations, affirmant qu'elles mettaient en danger la stabilité du pays.

"La démocratie peut être détruite s'il n'y a pas de discipline", dit une déclaration du ministère de l'Information, lue sur la chaîne de télévision publique MRTV. "Nous devrons prendre des mesures juridiques pour empêcher des actes qui violent la stabilité de l'État, la sécurité publique et l'État de droit".

Cependant, le commandant militaire qui a mené le coup d'État et qui est maintenant le chef du Myanmar n'a fait aucune mention des troubles dans un discours télévisé de 20 minutes lundi soir, son premier discours public depuis la prise de pouvoir.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest