Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
28/03/2021 - 14:15

Les manifestations au Myanmar se poursuivent un jour après avoir fait plus de 100 morts

Les manifestants du Myanmar sont redescendus dans la rue dimanche pour réclamer le retour à la démocratie, un jour seulement après que les forces de sécurité ont tué plus de 100 personnes au cours de la journée la plus sanglante depuis le coup d'État militaire du mois dernier.



Des manifestations ont eu lieu à Yangon et Mandalay, les deux plus grandes villes du pays, ainsi qu'ailleurs. Certaines de ces manifestations ont de nouveau été accueillies par la police.

Selon le service d'information en ligne Myanmar Now, au moins 114 personnes ont été tuées samedi lors de la répression par les forces de sécurité des manifestations contre le coup d'État du 1er février qui a renversé le gouvernement élu d'Aung San Suu Kyi. Parmi les victimes signalées figurent plusieurs enfants de moins de 16 ans.

D'autres médias et chercheurs du Myanmar ont publié des bilans similaires, dépassant de loin le précédent bilan le plus lourd enregistré le 14 mars. Le nombre de meurtres depuis le coup d'État s'élève désormais à plus de 420, selon plusieurs sources.

Le coup d'État a annulé des années de progrès vers la démocratie après cinq décennies de régime militaire et a de nouveau placé le Myanmar au centre de l'attention internationale.


Les meurtres perpétrés samedi par des policiers et des soldats ont eu lieu dans tout le pays, alors que l'armée birmane célébrait la Journée annuelle des forces armées par un défilé dans la capitale, Naypyitaw.

Ce bain de sang a rapidement suscité une condamnation internationale, tant de la part des missions diplomatiques au Myanmar que de l'étranger. Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit choqué par les meurtres de civils, y compris d'enfants. "La poursuite de la répression militaire est inacceptable et exige une réponse internationale ferme, unifiée et résolue", a-t-il écrit sur Twitter.

Aux États-Unis, le secrétaire d'État Antony Blinken a déclaré dans un tweet que son pays était "horrifié par le bain de sang perpétré par les forces de sécurité birmanes, montrant que la junte est prête à sacrifier la vie du peuple pour servir une minorité".


Les chefs militaires de 12 nations ont publié une déclaration commune condamnant l'usage de la force contre des personnes non armées.

"Une armée professionnelle suit les normes internationales de conduite et est responsable de la protection - et non du mal - des personnes qu'elle sert", peut-on lire. "Nous exhortons les forces armées du Myanmar à cesser la violence et à s'efforcer de rétablir auprès du peuple du Myanmar le respect et la crédibilité qu'elles ont perdus par leurs actions."

La déclaration a été publiée par les chefs de la défense de l'Australie, du Canada, de l'Allemagne, de la Grèce, de l'Italie, du Japon, du Danemark, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Corée du Sud, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Le groupe de défense des droits de l'homme Amnesty International a relancé les critiques selon lesquelles la communauté internationale ne fait pas assez pour mettre fin à la violence d'État au Myanmar.

"Le refus persistant des États membres du Conseil de sécurité des Nations unies d'agir de manière significative contre cette horreur sans fin est méprisable", a déclaré Ming Yu Hah, directeur régional adjoint de l'organisation pour les campagnes.

Le Conseil de sécurité a condamné les violences mais n'a pas préconisé d'action concertée contre la junte, telle qu'une interdiction de lui vendre des armes. La Chine et la Russie, qui sont toutes deux d'importants fournisseurs d'armes à l'armée du Myanmar et qui jouissent d'une certaine sympathie politique, s'opposeraient presque certainement à toute mesure de ce type en tant que membres du Conseil.

Ces derniers jours, la junte a présenté les manifestants comme les auteurs de violences en raison de leur utilisation sporadique de cocktails Molotov. Samedi, à Yangon, certains manifestants ont été vus portant des arcs et des flèches. La junte a déclaré que son recours à la force était justifié pour mettre fin à ce qu'elle a appelé des émeutes.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest