Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Infos Business
19/07/2020 - 16:31

Les problèmes artériels


Sachez en plus sur ce grand problème de santé en lisant notre article !



L'anatomie normale des vaisseaux coronaires a été décrite avant même les progrès scientifiques. La corrélation clinique-pathologique s'est produite plus tard au XIXe siècle, une époque de développement technologique, au cours de laquelle la recherche en laboratoire a permis de comprendre que la réduction de l'apport sanguin était la clé de l'explication du syndrome clinique allant de l'angine de poitrine à l'infarctus, avec leur sous-ensemble de dysfonctionnement coronarien et de manifestations cliniques.

Au cours des civilisations grecque et romaine, le cœur était considéré par beaucoup comme le siège de la conscience et du caractère. Selon une notion promulguée notamment par le grand Aristote, elle était également inviolée et non sujette à la maladie.

le cœur et les principales artères de Vesalius

À la Renaissance, Vesalius décrit dans son œuvre représentée par Jan Kalkar les "artères coronales" épicardiques après avoir personnellement disséqué le cœur humain. Pour sa part, Harvey, en soutenant sa thèse sur la circulation, affirme l'existence d'une troisième circulation représentée par les vaisseaux coronaires. On peut donc dire qu'avec ce grand caractère de la médecine, le passage d'une phase purement descriptive ou tout au plus physiologico-synagogique mêlée à l'autoritarisme, qui avait duré plusieurs millénaires et avait impliqué d'une manière particulière les Grecs, les Latins, les Arabes, les hommes du Moyen Age et de la Renaissance, à une autre phase que l'on peut appeler physiologico expérimentale. Les progrès de l'anatomie et l'avènement de nouvelles techniques d'injection ont permis la démonstration par Richard Lower, en 1669, de l'existence de l'anastomose coronaire artérielle.

Raymond Vieussens (1635 ca - 1715)

Raymond de Vieussens a apporté une contribution importante à la description de la circulation intra-muros en injectant du mercure et des colorants dans les veines et les artères coronaires. En 1708, Thebius, 1686-1732, utilisant la même technique que Vieussens, a défini ces structures qui ont été appelées "foramina de Thebius". En cette période d'études cardiaques, les questions concernant l'existence d'anastomoses entre les artères coronaires et leur fonctionnement en tant qu'artères terminales ont été débattues de manière intéressante. En 1698, Pierre Chirac réalise pour la première fois une ligature des artères coronaires chez le chien.
G. B. Morgagni, dans une lettre de son célèbre De Sedibus, décrit le cœur d'un patient qui est mort à l'hôpital de Padoue :

    "l'artère coronaire gauche semblait avoir été transformée en canal osseux."

Richard Quain (1816-1898)

La première corrélation anatomique entre les changements myocardiques et la maladie coronarienne a été proposée par Richard Quain, médecin à l'hôpital de Brompton, en 1850 :

    "J'ai vu les artères coronaires extrêmement ossifiées se diriger uniquement vers la partie du coeur touchée."

Quain avait été l'élève de William Sharpey, éminent physiologiste et connaisseur en microscopie. Profitant des enseignements de son maître, il en est venu à corréler la "dégénérescence lipidique" des fibres myocardiques avec l'ossification obstructive des artères coronaires. Toujours au milieu du XIXe siècle, John Erichsen a observé que l'activité ventriculaire chez le chien, après ligature des vaisseaux coronaires, était d'environ vingt minutes. Par conséquent, dans cette phase historique, l'expérimentation est associée à des études post-mortem au niveau macro et microscopique.
Julius Conheim (1839-1884) et Weigert, qui étaient les élèves de Virchow, ne se sont pas intéressés par hasard aux problèmes de thrombose. Ils ont travaillé ensemble à Leipzig vers 1880. Weigert a écrit :

    "...avec des changements athéromateux dans les artères coronaires, des occlusions thrombotiques ou emboliques de leurs branches ne sont pas rares. Si les fermetures se produisent lentement ou, plus important, de telle sorte que des canaux collatéraux se forment, même s'ils sont insuffisants pour l'alimentation, il se produit une lente atrophie avec disparition des fibres musculaires, mais sans lésions sur le tissu conjonctif. Ces fibres musculaires détruites sont ensuite remplacées par du tissu fibreux, et la myocardite dite chronique n'est rien d'autre que ce processus. Si, en revanche, il y a une interruption soudaine et complète de l'apport sanguin à certaines parties du cœur, il se forme des masses jaunes sèches entièrement similaires à de la fibrine coagulée".

Le terme "myocardite chronique" est devenu une sorte de définition précurseur des maladies coronariennes et a été très à la mode jusque dans les années 1950 pour remplacer la "dégénérescence lipidique" décrite par Quain. Conheim a également noté que la ligature complète de l'artère coronaire gauche a provoqué l'arrêt immédiat du battement de coeur et la mort de l'animal. Dans le même article, Conheim a évoqué la possibilité que l'hypoxie soit le défaut métabolique sous-jacent.
L'une des personnalités éminentes parmi celles qui ont traité des implications physiologiques de l'occlusion coronaire était William T. Porter. Il a corrélé les effets de la ligature de l'artère descendante antérieure ou de la ligature circonflexe avec les premières mesures précises des pressions intracardiaques et intra-aortiques pour indiquer que les artères coronaires sont des artères terminales fonctionnelles.
Au cours des premières décennies du XXe siècle, Blumgart a démontré, à l'aide d'une technique d'injection de phosphate de plomb et d'imagerie par rayons X, que la collatéralisation des vaisseaux coronaires se produit dans diverses conditions, notamment en présence d'une maladie obstructive.
Cependant, la plupart des historiens commencent l'histoire des maladies coronariennes, en termes de reconnaissance clinique, avec William Heberden (1710-1801) entre les années 1860 et 1870. Heberden a décrit les cas cliniques de nombreux patients souffrant d'angine de poitrine. Il écrit :

    "Mais il y a une perturbation de la poitrine avec des symptômes particuliers et intenses, digne d'être prise en considération pour le type de danger qu'elle constitue et qui n'est pas extrêmement rare, ce qui mérite d'être mentionné dans son intégralité. Son emplacement, le sentiment de strangulation et l'anxiété qui l'accompagne peuvent être qualifiés d'angine de poitrine non impropre. Les personnes qui en sont atteintes sont frappées en marchant (plus fréquemment si elles montent et immédiatement après avoir mangé) par une sensation douloureuse et troublante dans la poitrine qui semble tuer au fur et à mesure qu'elle grandit ou continue ; mais quand elle s'arrête, toute anxiété cesse...".

Les réflexions de Samuel Black sur la base ischémique de l'angine de poitrine ont été soulignées dans deux lettres adressées à la Medical Society of London. La première lettre a été publiée dans les mémoires de la Société en 1795. Il est particulièrement intéressant d'entendre ses commentaires sur la cause de l'angine de poitrine et sur les raisons pour lesquelles cette cause a été si souvent négligée.

    "La cause première et originelle de ce trouble est peut-être l'ossification des artères coronaires ... Les artères coronaires sont de petits vaisseaux qui ne se trouvent pas seulement à la surface du cœur, mais qui sont également immergés dans la substance du cœur, et pour cette raison je crois que leur état peut être ignoré même par un dissecteur soigneux, si la nécessité d'une observation approfondie n'est pas comprise.


L'histoire de la thérapie de l'angine de poitrine s'est déroulée à travers une série de tentatives diverses. Elle se caractérise par des approches chirurgicales et pharmacologiques en fonction de l'opinion dominante sur l'étiologie.
L'acide prussique a été le premier agent thérapeutique utilisé pour traiter l'angine de poitrine. En particulier, deux hommes ont fait part de leur expérience avec ce produit dans des rapports de cas distincts et indépendants. Il s'agit d'Elliotson en 1829 et de Schlessier en 1841.
L'angine en tant que forme de névralgie a été une notion largement répandue en Europe pendant une grande partie de la première moitié du XIXe siècle. Duchenne partage également l'avis de Teale et suggère une stimulation électrique de la poitrine lors d'un paroxysme angineux. Ce type de thérapie était populaire en France pour tous les types de névralgies. Même Laénnec l'a jugé approprié pour l'angine de poitrine.
En 1924, L. F. Bishop et L. T. Thorne ont fait part de leur expérience avec ces méthodes alternatives. Bishop était convaincu que les douleurs angineuses avaient leur origine dans le myocarde, qu'elles étaient transmises par le système sympathique et qu'elles étaient influencées par des facteurs gastro-intestinaux. Sa thérapie à l'huile de ricin était basée sur le principe que

    "Quelle que soit la gravité de la douleur angineuse chronique, vous pouvez compter sur le confort garanti 24 heures sur 24 par la dose d'huile de ricin".

Thorne a suggéré une approche des bains qui soutient les effets bénéfiques des bains de Nauheim. Il pensait que la vasodilatation de la peau induite par les bains apportait un soulagement et une chute de pression concomitante à l'élimination des spasmes des vaisseaux restants.
L'induction de l'hypothyroïdie a été un remède populaire entre 1935 et 1955. Certains ont attribué ses prétendus effets bénéfiques à une réduction de la charge de travail du cœur en raison d'une activité métabolique réduite. D'autres ont fait valoir que la réduction de l'hormone thyroïdienne diminuait la sensibilité du myocarde aux effets hypoxiques de l'épinéphrine. Blumgart, Freedberg et Kurland ont recueilli un grand nombre de cas traités de cette manière et ont communiqué leurs résultats en 1950. La première moitié du XXe siècle a également vu l'introduction et le déclin rapide d'un certain nombre d'approches pharmacologiques, souvent sans raison ou basées sur des principes pharmacologiques mal conçus. Chacune d'entre elles a pris de l'importance et a rapidement été remplacée par une autre, aux références tout aussi douteuses. Parmi eux figuraient l'insuline, le glucose et les extraits pancréatiques.

En savoir plus :


Josie Bonnet







Flashback :
< >

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:16 Histoire de l'IRM ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:08 Qui est Achille Dogliotti ?

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com