Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Afrique et Moyen-Orient
11/02/2008 - 17:00

Les rebelles tchadiens dénoncent la force européenne

Les rebelles tchadiens ont exhorté lundi les pays membres de l'Union européenne à ne pas participer à la mission de l'Eufor dans l'est du Tchad, dont ils contestent la neutralité car elle est dominée par la France.



De son côté, considérant que leur présence "devient une pomme de discorde" avec son voisin soudanais, le Tchad a menacé d'expulser tout nouveau réfugié fuyant les attaques de l'armée et de milices dans la région soudanaise du Darfour.

La rébellion affirme que la France, qui est liée au Tchad par un accord de coopération militaire, a directement aidé le président Idriss Déby à repousser son attaque contre N'Djamena entre le 1er et le 3 février.

Le Tchad accuse pour sa part le Soudan de soutenir les rebelles anti-Déby afin de bloquer le déploiement de l'Eufor, ce que dément Khartoum.

L'alliance rebelle déclare que des chars et des hélicoptères appartenant au contingent français stationné au Tchad ont ouvert le feu sur ses combattants lors de récents affrontements. Elle ajoute que des civils ont été tués.

"Par ses actes belliqueux manifestes, la France a montré à la face du monde qu'elle n'est plus neutre dans ce conflit qui oppose le régime dictatorial de Déby à la résistance nationale armée", ont déclaré les groupes rebelles dans un communiqué.

La France, qui a obtenu une déclaration de soutien de l'Onu au gouvernement tchadien, dément que ses forces prennent une part directe aux combats, même si elle dit avoir riposté à des tirs en état de légitime défense pendant l'évacuation de N'Djamena d'un millier de ressortissants étrangers.

"L'Alliance de l'opposition armée ne croit plus à la neutralité d'une force composée essentiellement d'éléments français et dont la direction opérationnelle est dirigée par la France", ont déclaré les groupes rebelles. "Par conséquent, elle demande instamment aux autres pays européens de s'abstenir de l'envoi de leurs ressortissants dans le cadre de l'Eufor, une opération dont le but ultime est de protéger le régime Déby".

PROBLÈME HUMANITAIRE

L'Eufor a suspendu son déploiement pendant les affrontements à N'Djamena et aux alentours, du 1 au 3 février.

L'Eufor, qui comptera 3.700 militaires de 14 pays européens, doit se déployer dans les prochaines semaines dans l'est du Tchad et dans le nord-est de la République centrafricaine pour protéger les populations réfugiées ou déplacées par le conflit dans la province soudanaise du Darfour.

"Nous sommes déterminés à ce que cela se fasse et nous espérons que cela se fera cette semaine", a déclaré Dan Harvey, porte-parole de l'Eufor à Paris. "Du matériel et des troupes commenceront à arriver cette semaine."

Commandée sur le terrain par le général français Jean-Philippe Ganascia et composée à 55% de Français, la force européenne est placée sous le haut commandement du général irlandais Patrick Nash et sera le pendant de la force mixte Onu-Union africaine censée se déployer au Darfour même.

John Holmes, coordinateur des secours d'urgence des Nations unies, a jugé préoccupante la situation sur le plan de la sécurité en raison de l'évacuation d'un grand nombre de travailleurs humanitaires de N'Djamena et de l'est, où se concentre la majeure partie des efforts de secours.

"Il y a un très grand problème humanitaire dans l'est avec 280.000 réfugiés du Soudan et de République centrafricaine et 180.000 personnes déplacées, totalement dépendants de l'effort international", a-t-il dit lors d'un déplacement en Finlande.

"Ce qui est préoccupant, en particulier, c'est que nous devrons avoir en place une grande quantité de matériel d'aide, en particulier de vivres, avant le début des pluies, en avril (...) Dans ce contexte, nous espérons vraiment que la force européenne et la force de police de l'Onu qui l'accompagne seront en mesure de se déployer le plus vite pour contribuer à rétablir le calme."

REFUS DE NOUVEAUX RÉFUGIÉS DARFOURIS

Des milliers de réfugiés supplémentaires ont afflué ce week-end au Tchad, mais le Premier ministre tchadien, Nouradine Delwa Kassire Coumakoye, a déclaré lundi qu'ils seraient expulsés à moins que la communauté internationale les renvoie au Soudan ou leur trouve un autre pays d'accueil.

"Nous demandons tout simplement qu'ils soient déplacés, sinon nous nous" en chargerons, a dit le chef du gouvernement, ajoutant qu'ils pourraient être envoyés "au Soudan, voire au Darfour".

Après la bataille de N'Djamena, qui a fait au moins 165 morts et plus de 800 blessés, les rebelles se sont retirés vers l'est du pays. Ils ont affirmé dimanche qu'ils occupaient la ville d'Am Timan, dans l'Est, et plusieurs localités dans le centre du pays.

Depuis le début de l'offensive rebelle, des avions français effectuent des missions quotidiennes de reconnaissance au dessus du Tchad.

Un porte-parole militaire français, Pascal Le Testu, a confirmé que les rebelles se trouvaient à Am Timan mais ajouté que les forces gouvernementales contrôlaient les villes de Mongo et Bitkine, dans le centre, que les rebelles affirmaient avoir prises.

Source Yahoo news

A. M. / source web










Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn