Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Infos Business
25/01/2020 - 00:05

Lifting visage - Vidéo à voir


Le Lifting du visage fait partie des prestations classiques en chirurgie esthétique ! Sachez en plus en lisant notre article dédiée au lifting du visage !




Lifting du visage : comment améliorer rapidement notre apparence
Pourquoi les opérations telles que le lifting du visage ou du cou améliorent-elles rapidement notre apparence ? Découvrons mieux en découvrant les différentes techniques disponibles.

Un lifting du visage ne consiste pas seulement à étirer la peau. Il est basé sur des principes physiques et pathologiques précis liés au vieillissement.

Les études les plus récentes dans ce domaine ont montré que chez les femmes et les hommes, la peau, la graisse, les muscles et la glande mammaire sont sujets à une perte progressive de volume.

C'est le véritable nœud du problème et c'est ce qui cause les rides et le relâchement de la peau dans la plupart des cas, tout comme cela arrive dans une pomme flétrie.

Instinctivement, comme on le ferait devant un miroir, on voudrait simplement repasser la peau : les premières techniques de rajeunissement chirurgical étaient basées sur ce principe.

Le problème est que de cette façon les rides sont en fait lissées mais le visage prend un aspect irrémédiablement rigide et artificiel loin de ce que nous aurions voulu.

Dans le cadre d'un lifting du visage correctement réalisé, la peau, plutôt que d'être "étirée", doit avant tout être "comblée" en repositionnant les tissus profonds et en transférant des quantités de tissu adipeux selon les techniques de lipostructure les plus récentes.

La traction doit être réservée uniquement aux couches les plus profondes, fasciales et musculaires : c'est à ce niveau que sera construit l'échafaudage solide du nouveau profilé.

Les procédures de lifting du visage du visage ont d'excellents résultats également d'un point de vue psychologique, étant facilement suivies d'un sentiment de bien-être profond dû au fait que le patient retrouve son apparence d'antan.

La chirurgie esthétique du visage ou du cou ralentit les processus de vieillissement, qui varient d'un individu à l'autre, sans pouvoir les arrêter naturellement à chaque fois.
Comment se déroule l'opération ?
1) Première visite

Pour la première visite de lifting du visage et du cou, il est conseillé d'apporter avec soi tout type de documentation clinique d'intérêt (dossiers médicaux, visites de spécialistes, etc.) pour une collection anamnestique correcte et complète relative à l'état de santé, aux maladies héréditaires, aux thérapies en cours, aux allergies, etc.
Cela permettra de reconnaître à temps les contre-indications ou les limites de l'intervention chirurgicale.

Il est nécessaire de se soumettre aux examens cliniques préopératoires prescrits.

La règle générale pour toute intervention chirurgicale, mais pour cela il est impératif de cesser de fumer au moins deux semaines avant et quatre semaines après l'intervention, ainsi que d'éviter de prendre de l'aspirine et d'autres anti-inflammatoires qui peuvent augmenter le risque de saignement.

 
2)Intervention

En clinique, il n'y aura aucune raison de se raser les cheveux avant ou après la chirurgie.

Les cicatrices sont aussi discrètes que possible et deviennent pratiquement invisibles quelques semaines seulement après l'opération.

L'incision commence au niveau de la base, se poursuit devant et en partie à l'intérieur de l'oreille, puis passe derrière l'oreille, dans le sillon entre celle-ci et la tête, et se perd à l'arrière des cheveux.
On atteint ainsi les couches les plus profondes du visage, qui sont mobilisées et repositionnées dans une position appropriée.

Une partie intégrante et presque constante de la technique est la reconstitution des formes et des volumes perdus avec le vieillissement par la liposuccion : cette étape représente l'un des moments les plus innovants et les plus significatifs de toute l'intervention car elle contribue au modelage du visage grâce à un étirement de la peau pour, disons, une " poussée interne ".

 
3) Cours postopératoire

Dans la période post-opératoire, il faut suivre pendant une semaine le traitement antibiotique et anti-inflammatoire prescrit par le chirurgien.
A la fin de l'opération, un pansement sera placé autour de la tête qui sera enlevé le lendemain lorsqu'il sera possible d'appliquer un premier shampoing doux pour éliminer les signes extérieurs de l'opération.

L'œdème, c'est-à-dire le gonflement (conséquence normale de tout acte chirurgical) atteint son degré maximum vers le deuxième jour postopératoire puis diminue progressivement et complètement sur dix jours.
Son ampleur dépend de la sensibilité de chacun.
Pendant les deux premiers jours, il est préférable de ne pas parler beaucoup et d'éviter de bouger la tête de côté ou vers le haut.

Comme pour toute autre chirurgie, il est nécessaire d'attendre que le temps de cicatrisation permette d'éliminer tous les effets liés à l'inflammation aiguë, en particulier l'œdème ou l'enflure avec une certaine variation significative entre les cas en fonction de la réponse et de la sensibilité individuelle.
La patiente doit en être parfaitement consciente lors des entretiens précédents afin de pouvoir accepter sans crainte et avec un peu de patience les premiers bleus comme une partie normale et inévitable des premières périodes post-opératoires ; en tout cas leur persistance plus ou moins grande ne changera en rien le résultat final.

 
4) Des complications ?

Les complications postopératoires font partie de tous les types de chirurgie.
Celles qui se produisent en chirurgie esthétique sont toujours modérées.
Rarement, un hématome peut survenir qui devra être drainé par le chirurgien.

Pour être considérés comme rares, ce sont les troubles de la motilité de certains muscles du visage qui ont tendance, dans la plupart des cas, à se résoudre spontanément.
Plus concret, cependant, est le risque, chez les patients diabétiques mal indemnisés ou chez les fumeurs qui ne se sont pas abstenus pendant au moins deux semaines avant et quatre semaines après l'intervention, de souffrir de lambeaux cutanés de gravité variable (nécrose, infections, etc.) qui devront être traités par d'autres interventions correctives.

Sites Internet à connaître :


Josie Bonnet







Flashback :
< >

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:31 Les problèmes artériels

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:16 Histoire de l'IRM ?

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com