Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Régions
24/06/2007 - 23:05

Marseille: la plus grande station d'épuration enterrée au monde

La Communauté urbaine de Marseille Provence Métropole mettra en service, fin 2007, le complexe Géolide dédié au traitement biologique des eaux usées en utilisant des billes de polystyrène sur lesquelles sont fixées des bactéries. Lors du passage de l'eau, les bactéries fixées sur les billes assureront la captation et la dégradation de la pollution, notamment de la pollution dissoute.



Marseille: la plus grande station d'épuration enterrée au monde
Après trois ans de chantier, la station d'épuration de Marseille va pouvoir prochainement traiter plus efficacement les eaux usées de la communauté de communes grâce à une extension comprenant une nouvelle étape de traitement biologique.

Située dans le département des Bouches-du-Rhône, sur les bords de la Méditerranée la Communauté urbaine de Marseille Provence Métropole (MPM) regroupe 18 communes pour lesquelles elle assure la collecte et l'assainissement des eaux usées. Avec 17.000 hectares desservis et près d'un million d'habitants, le réseau d'assainissement de l'agglomération marseillaise est l'un des plus importants de France. Après collecte, le traitement des eaux usées s'effectue par le biais de deux unités distantes de six kilomètres : l'usine de traitement des eaux et l'usine de traitement des boues.

Mise en service en 1987, la station d'épuration (STEP) de Marseille est totalement enterrée au cœur de la ville. Elle traite 245.000 m3 d'eau par jour qu'elle rejette une fois épurée en mer Méditerranéen dans un environnement écologique exceptionnel mais fragile. Cet ouvrage possède à l'heure actuelle une filière de traitement qui permet de retenir les éléments grossiers et d'éliminer une grande partie des particules en suspension. Sa construction a donc permis de contrer la dégradation des fonds marins et la perte de biodiversité qui fût observée dès 1973 dans la baie de Marseille. L'herbier de posidonie, écosystème essentiel en Méditerranée, a en effet fait sa réapparition.
Mais aujourd'hui, la réglementation en vigueur impose aux collectivités la mise en œuvre d'un traitement de leurs eaux usées par voie biologique afin de réduire davantage la pollution organique rejetée au milieu récepteur.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire la suite.

SD source web



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 9 Avril 2018 - 15:45 Fake news pour les Macron

Mardi 2 Février 2010 - 23:19 Conditons d'Utilisation des Blogs Editoweb




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo