Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Régions
27/09/2005 - 11:04

Michel Vauzelle à Fos sur Mer

Le Président de la région PACA n'irait pas à Istres

Contrairement à ce qui a été affirmé dans certains médias, la fédération PS des Bouches du Rhône n'est pas unanimement rangée aux côtés de François Hollande. Michel Vauzelle, Président de la région Provence – Alpes - Côte d'Azur, signataire de la motion du Nouveau Parti Socialiste NPS, ira à Fos sur Mer le 29 sept. 2005 ainsi qu'à Grans et Cornillon Confoux.
Pour des raisons" liées à l'emploi du temps", Mr Vauzelle n'irait pas à Istres ce jour-là. Le fait qu'Istres ait été chargée d'organiser le Congrès fédéral PS n'aurait aucun rapport avec l'événement.
Souhaitons que Mr Vauzelle profite de l'occasion pour confirmer son opposition à l'implantation à Fos sur Mer de l'incinérateur de la CUM Marseille.

Ci-dessous, pour rappel, l'allocution de Michel Vauzelle, le 9 sept. dernier.



Michel Vauzelle à Fos sur Mer
Chers Camarades, la Vème République a vécu. Elle est le régime de l’impuissance et de l’impunité systématisées. Elle est, a fortiori depuis le quinquennat, à bout de souffle, tant elle est polluée par les batailles de présidentiables, qui occultent désormais les débats de fond, au point d’écoeurer, à force de chicaneries médiatiques, nos concitoyens de la politique.

Il est temps de rendre au peuple sa voix, en construisant une Sixième République parlementaire, démocratique, sociale et laïque. Il est temps de rendre la démocratie vivante, en modernisant nos institutions, en poussant plus avant la décentralisation et la démocratie locale, il est temps d’améliorer les instruments de contrôle par le peuple, il est temps de nous réinterroger collectivement sur notre pacte social.

Ce n’est pas une affaire obscure de spécialistes érudits du droit constitutionnel. C’est un sujet qui intéresse au plus haut point notre peuple – nous l’avons vu lors du débat sur le traité –, qui a soif de politique : de vraie politique, et non de querelles d’ambitions. C’est en outre un préalable indispensable si nous voulons faire demain ce que nous disons aujourd’hui, sans renoncer à dire et à faire beaucoup. Car il y a beaucoup à faire Alors donnons-nous-en les moyens.
D’autant plus que cette VIème République doit être avant tout une République sociale et laïque. Il faut en effet lier partage du pouvoir et partage des richesses, ouvrir des perspectives nouvelles pour le développement des droits sociaux, la protection sociale et la redistribution. Devant l’ampleur des réformes sociales à engager, un approfondissement de notre démocratie sociale s’impose, pour refonder l’organisation sociale de notre pays, renégocier un contrat social qui soit un véritable Pacte pour l’emploi.

La VIème République sera aussi laïque car la laïcité est au cœur de la bataille culturelle contre le repli communautaire qu’encourage Sarkozy, et contre le repli individuel qui marque notre temps. La séparation stricte de l’espace public et de l’espace privé, le respect de la liberté de conscience et des choix personnels, l’apprentissage du jugement par l’éducation (notamment l’éducation à l’image, aux médias) et la reconnaissance de l’universel en chacun, sont des exigences qu’il nous appartient de faire revivre et de défendre au-delà de nos frontières, parce que la laïcité a une vocation universelle.

Cette VIème République doit enfin être celle qui en finisse avec les discriminations, celle qui permette l’avènement d’un nouveau féminisme et d’une égalité véritable entre nous toutes et nous tous, quelles que soient nos origines. Et que les étrangers qui vivent chez nous, et qui paient les impôts locaux, aient enfin le droit de vote qui leur est dû dans les scrutins locaux !

Chers Camarades, la VIème République, c’est un instrument pour redonner plus de poids au politique, plus de place au citoyen, rendre plus vivante la démocratie, rénover le pacte social, et remporter la nécessaire bataille culturelle contre le modèle inspiré des Etats-Unis.

Mais bien sûr, ce n’est pas le seul. Dans le contexte européen et mondialisé, tout ne dépend plus de notre seule compétence nationale. Mais là encore, il nous faut agir pour modifier les instruments de l’action, à commencer par le plan européen. Dans le non qui est sorti des urnes le 29 mai dernier, il y avait non pas un rejet de l’Europe, mais au contraire un besoin d’Europe, un besoin d’appropriation de la construction européenne.

Il est plus que temps, mes camarades, de construire la République européenne, pour rendre aux citoyens ce qui leur appartient. Les instances inter-gouvernementales, qui prédominent dans l’Union européenne, font trop écran entre l’Europe et ses citoyens. Il nous faut un gouvernement européen, responsable devant le Parlement européen, qui tire sa légitimité de tous les peuples européens, et qui ait en leur nom direct la responsabilité de gérer nos biens communs. Il faut une fiscalité européenne directe en conséquence, pour doter ce gouvernement de moyens qui ne soient pas que le résultat de petits arrangements entre Etats. Il faut une Constituante européenne, pour que ce soient les peuples d’Europe eux-mêmes, par la voix de leurs représentants, clairement mandatés pour cela, qui écrivent le pacte suprême qui doit nous lier.

Une telle Europe peut même devenir un modèle pour nous aider à repenser les échanges commerciaux dans le monde pour mieux lutter contre la mondialisation au lieu de la subir. Pourquoi en effet, pour mieux réguler le commerce mondial, sans recourir à un néo-protectionnisme vecteur de guerres économiques, ne pas promouvoir la mise en place de grands marchés régionaux, à l’image de notre marché européen (qui à mon sens devrait même être un marché euro-méditerranéen) ?

Dans le même temps, pourquoi aussi ne pas enfin exiger des contreparties sociales dans l’évaluation des conditions de la concurrence, et imposer des taxes douanières en cas de non respect de normes sociales, comme on le fait par rapport aux normes techniques ?

Mes chers camarades, c’est ce volontarisme qui nous a fait trop défaut, pour donner à notre peuple un vrai projet socialiste. C’est ce qui fait désespérer les citoyens de la capacité des hommes et des femmes politiques à améliorer leur sort. A nous de savoir oser reconstruire nos instruments d’action.

A nous aussi de faire évoluer nos représentations du monde, et d’oser dépasser nos concepts, même les plus anciens. A nous de savoir dépasser notre définition de la richesse, uniquement financière et matérielle. En ces temps cruciaux, où notre humanité risque la sortie de route à tout instant, devant la pression démographique qui s’accentue, le choc énergétique déjà là et le choc climatique en marche, il est plus que temps pour nous de ne plus raisonner à l’aune du seul modèle productiviste. Nous devons promouvoir l’idée d’une croissance fortement soutenable, une éco-croissance, qui garantisse à tous bien sûr des conditions de vie décentes et durables, en étant soucieuse du développement humain et des générations à venir.

Le monde doit être et peut être transformé. Pas seulement accompagné dans ce qui serait une évolution naturelle et nécessairement subie. Nous ne devons pas renoncer à cette utopie qui est la matrice du socialisme. Mais nous devons être conscients que pour transformer le monde, nous devons faire évoluer notre vision de sa réalité, à l’aune des défis nouveaux, pour ensuite adapter ou inventer nos instruments d’action, pour gagner des prises nouvelles sur ce monde, et nous rendre à nouveau capables d’agir. C’est à ce programme que la contribution du NPS vous invite.

[intervention de Michel Vauzelle - AG Fédérale sur les Contributions, Bouches-du-Rhône, vendredi 9 septembre 2005]








S. D.






S. D.


1.Posté par Henri Vario le 27/09/2005 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour completer l'info, vous pouvez ouvrir le lien ci dessous:

2.Posté par Henri Vario le 28/09/2005 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
DERNIERE MINUTE:
la visite de M; Vauzelle en Ouest Provence est anulée.
Une rumeur circulerait selon laquelle le Président de la Région PACA serait hospitalisée.


Flashback :
< >

Mercredi 30 Mai 2018 - 17:11 La guerre des pauvres n'aura pas lieu

Lundi 9 Avril 2018 - 15:45 Fake news pour les Macron

Mardi 2 Février 2010 - 23:19 Conditons d'Utilisation des Blogs Editoweb






Partageons sur FacebooK