Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
Rss
pour y être
France
21/04/2008 - 10:57

Nicolas Sarkozy vient s'expliquer à la télévision


Après la reprise en main du gouvernement et de la majorité qui a suivi le fiasco de la droite aux élections municipales de mars, le président "juge nécessaire de donner des perspectives à son action", a expliqué son entourage à Reuters.



Nicolas Sarkozy tentera jeudi à la télévision de redresser une popularité au plus bas et de convaincre les Français qu'il n'a en rien renoncé aux promesses de sa campagne, un an après son élection le 6 mai 2007. "Il souhaite s'inscrire dans une perspective de changement durable et juste, et ce sera pour lui l'occasion d'exposer la feuille de route des mois à venir." Sa dernière grande intervention publique, hors discours, remonte à sa conférence de presse du 8 janvier. Il avait alors dit à propos du pouvoir d'achat, principale préoccupation des Français, qu'il ne pouvait pas vider des caisses "déjà vides". Un aveu qui a contribué à l'effondrement de sa popularité. Selon une enquête de l'Ifop publiée par le Journal du Dimanche, 79% des Français estiment que l'action de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement n'a pas amélioré leur situation. Les électeurs du chef de l'Etat se montrent désormais majoritairement déçus (seulement 49% évoquent une amélioration) et le nombre de mécontents à son égard, parmi les sympathisants de son propre parti, l'UMP, augmente de cinq points, à 23%. Au total, le chef de l'Etat perd encore un point de popularité, à 36%, ce qui est la cote la plus faible d'un président de la Ve République après un an à l'Elysée. Des cafouillages à répétition, ces derniers temps, sur des sujets aussi sensibles que les OGM, la politique familiale ou le remboursement des lunettes, ont alimenté le sentiment d'un exécutif tiré à hue et à dia et sans véritable cap. "Le gouvernement est en train de rendre la réforme haïssable", déplorait jeudi le député UMP et ex-ministre des Affaires étrangères Hervé de Charette. "Pour être acceptée, la réforme doit être juste, compréhensible et respecter l'engagement pris. Là, aucun des critères n'est rempli". LA "RUPTURE", PAS LE "BAZAR" Une voix parmi d'autres, dans une majorité en proie au doute et dont le malaise n'a fait que s'amplifier depuis la perte par la droite de plusieurs dizaines de grandes villes et de huit départements, lors des élections municipales et cantonales de mars. Or, le gouvernement entre dans le vif de réformes lourdes de conflits potentiels: hôpital, marché du travail, retraites, armée, poursuite de la réduction du nombre de fonctionnaires, un paquet environnement, etc. Le tout sur fond de croissance économique faiblarde et de contraintes budgétaires accrues. Le fiasco des municipales a déjà conduit Nicolas Sarkozy à resserrer les boulons de la communication de l'Elysée et à parrainer un remaniement de la direction de l'UMP. Mercredi dernier, il a averti les membres du gouvernement qu'il ne tolèrerait plus, désormais, d'indiscipline dans leurs rangs et de manquement à la solidarité gouvernementale. Jeudi soir, il aura 90 minutes sur TF1 et France 2 pour expliquer aux Français les réformes déjà lancées et les chantiers à venir pour "transformer le pays", dit son entourage. Il sera aussi vraisemblablement interrogé sur les rumeurs persistantes qui font état d'un agacement réciproque entre lui-même et le Premier ministre François Fillon. S'il entend avant tout s'adresser aux Français, il est aussi très attendu par les parlementaires de sa majorité - ceux qui le pressent d'accélérer les réformes comme ceux pour qui trop de précipitation nuit à la "lisibilité" de sa politique. "La majorité veut savoir où elle va", admet un proche de Nicolas Sarkozy, qui reconnaît que cette émission "arrive à point nommé" et "permettra d'éclaircir certaines choses". Les élus de l'UMP "entendent beaucoup parler des couacs gouvernementaux" dans leur circonscription et "veulent une pratique du pouvoir apaisée", souligne une source proche de la direction du parti, qui estime que la rupture avec le passé prônée par Nicolas Sarkozy "ne doit pas être le bazar". "J'attends surtout du président qu'il retrouve l'esprit de la campagne présidentielle: l'enthousiasme, le volontarisme et l'humilité", dit pour sa part à Reuters le député UMP Lionnel Luca. "On avait un full aux as, on n'a plus qu'un brelan. Il ne faudrait pas que ça se transforme en paire de 7." Source: news.yahoo.com

Y.K/sourcesWeb








Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League







Partageons sur FacebooK