Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
pub
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Europe
25/11/2008 - 14:07

Paris et Berlin d'accord face à la crise

La France et l'Allemagne sont convenues de travailler ensemble pour favoriser l'investissement et l'innovation en réponse à la crise économique mais Berlin a clairement indiqué qu'il n'entendait pas recourir pour le moment à l'arme budgétaire.



 SSL Finals 2017 video jour 5
SSL FINALS 2017 VIDEO JOUR 5
Competição da vela com melhores atletas
Segelbootrennen mit besten Athleten
I migliori atleti velici
The best sailing athletes
Alors que Paris souhaitait obtenir que la première économie européenne utilise les marges de manoeuvre dont elle dispose en raison du bon état relatif de ses finances publiques, Angela Merkel a exclu de nouvelles dépenses en attendant d'en savoir plus sur l'impact des mesures déjà prises par son gouvernement.

"Le gouvernement de coalition se réunira début janvier et verra si ce que nous avons fait est concluant", a dit la chancelière lors de la conférence de presse de clôture d'un conseil des ministres franco-allemand.

La recherche d'une réponse coordonnée à la crise a dominé les travaux de cette réunion dont Paris attendait qu'elle donne un "signal fort" avant la présentation, mercredi par la Commission européenne, de mesures de soutien à l'économie et en vue du Conseil européen des 11 et 12 décembre.

Nicolas Sarkozy a souligné que les deux pays partageaient la même analyse "sur la gravité de la situation économique", ce qui les a amenées à prendre déjà un certain nombre de mesures, comme la suspension de la taxe professionnelle sur les investissements des entreprises décidée par son gouvernement.

"On est d'accord sur la nécessité de prendre d'autres mesures", a-t-il dit, ajoutant : "La France y travaille, l'Allemagne y réfléchit".

Estimant que Paris et Berlin avaient "plus de convergences que de divergences", le chef de l'Etat a mis sur le compte de leurs systèmes politiques - fédéral en Allemagne, centralisé en France - les différences dans l'état d'avancement de leur processus de décision face à la crise.

Angela Merkel comme Nicolas Sarkozy ont exclu d'imiter la Grande-Bretagne avec les baisses de TVA qu'elle s'apprête à annoncer, estimant que de telles mesures n'étaient pas adaptées à des pays ou les prix baissent déjà.

"Faut-il mettre les marges de manoeuvre dont nous disposons pour la baisse des prix alors que la baisse des prix a lieu, ou sur l'investissement l'innovation, la recherche, les écoles, l'éducation, la formation ?", a demandé le président français.

Sur ce dernier point, il a déclaré que les deux pays étaient déterminés à "mettre le paquet" sur la coopération dans l'innovation et la recherche et à jouer un rôle moteur en Europe, l'objectif étant de "saisir l'opportunité de la crise pour créer les conditions d'une nouvelle croissance durable".

Les deux dirigeants ont évoqué par ailleurs l'industrie automobile, un secteur en crise qui pèse lourd dans leurs économies, Angela Merkel estimant que toute mesure de soutien devait être décidée dans un cadre européen pour ne pas porter atteinte à la concurrence.

"Comment fait-on pour ne pas troubler la concurrence? Peut-être qu'on peut réfléchir à des mesures fiscales, des mesures ciblées, on verra", a dit pour sa part Nicolas Sarkozy en réaffirmant sa volonté de ne pas "laisser tomber" le secteur.

S'agissant de la crise financière, le chef de l'Etat a indiqué que Paris et Berlin étaient "décidés à faire en sorte que les décisions de Washington soient vraiment opérationnelles à la fin du mois de mars et du mois d'avril", à temps pour le prochain sommet du G20 après celui qui s'est tenu le 15 novembre dans la capitale américaine.

Il a fait état enfin d'une convergence de vues franco-allemandes sur des sujets comme le "paquet énergie-climat" de l'Union européenne, les perspectives de ratification du traité de Lisbonne et les questions de défense.


Source: Rewmi

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo