Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pub     pub     pub    

pour y être
Faits Divers - Société
15/10/2008 - 17:09

Pas de majorité pour les conservateurs canadiens


Ottawa -Les conservateurs du Premier ministre Stephen Harper sortent renforcés des élections législatives organisées mardi au Canada mais restent minoritaires à la Chambre des communes.



Ils auront besoin de nouer des alliances pour gouverner et former ce qui sera le troisième gouvernement minoritaire au Canada en quatre ans.

D'après les projections des télévisions, les conservateurs auraient remporté 144 sièges, moins que les 155 requis pour disposer de la majorité, mais plus que les 127 dont ils disposaient dans la précédente assemblée.

Stephen Harper a revendiqué la victoire aux premières heures mercredi. "Les Canadiens ont voté, rendu leur verdict et tracer la voie à suivre pour notre pays", a-t-il déclaré devant ses partisans dans sa ville de Calgary.

"Nous tendons la main aux membres de tous les partis, les invitant au rassemblement pour protéger l'économie et échapper à cette crise financière mondiale."

Les grands perdants du scrutin sont les libéraux, qui perdraient 18 sièges et ne compteraient plus que 77 députés, soit leur plus mauvais résultat depuis 1984.

Leur chef de file, Stéphane Dion, a reconnu la défaite tout en prévenant qu'il ne quitterait pas ses fonctions. "Les Canadiens me demandent d'être le leader de l'opposition et j'accepte cette responsabilité comme un honneur", a-t-il déclaré devant ses partisans à Montréal.

Outre les atermoiements de Dion durant la campagne, les libéraux ont pâti de la montée en puissance à gauche du Nouveau parti démocrate, dirigé par Jack Layton, qui a remporté 37 sièges, contre 30 dans la précédente assemblée.

Le Bloc québécois, qui a profité de la volonté du pouvoir de réduire les aides culturelles ou de renforcer la répression des mineurs délinquants, s'est classé en troisième position avec 48 sièges, soit un gain de quatre sièges.

Deux sièges sont revenus à des candidats indépendants, aucun aux Verts.

La participation, de 58%, est la plus faible jamais enregistrée au Canada, selon la Société Radio-Canada. Le précédent record d'abstention, d'un peu moins de 61%, avait été établi en 2004.

Ces élections étaient les premières organisées dans un grand pays industrialisé depuis le début de la crise financière et les conservateurs sont apparus aux yeux des électeurs comme plus à mêmes de répondre aux enjeux économiques de taille.

Dans ce contexte, le Premier ministre avait mis l'accent durant la campagne sur sa capacité à gérer l'économie en promettant notamment une maîtrise de l'inflation et des équilibres budgétaires.

"L'économie mondiale traverse des moments difficiles. Les Canadiens sont inquiets et je comprend leur inquiétude. Mais je veux leur assurer qu'en coopérant, nous échapperons à cette tempête et ferons en sorte que notre économie en sorte plus forte que jamais", a-t-il réaffirmé mercredi.

Face à lui, Dion, leader francophone des libéraux depuis 2006, a mené une campagne jugée peu efficace, handicapée par ses difficultés à communiquer en anglais et plombée par un projet d'instauration d'une taxe sur les émissions de carbone.

Stephen Harper n'a eu de cesse de dénoncer une mesure qui, selon lui, déclencherait une récession "aussi sévère que partout dans le monde".

"Je pense que mon parti n'est pas parvenu à présenter une réponse pertinente à la crise économique et financière", a déploré le libéral Garth Turner, battu dans sa circonscription.


Source: Yahoo News





Awa Diakhate








Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb