Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
08/05/2021 - 21:12

Pourquoi les tensions se sont-elles intensifiées à Jérusalem

Plus de 200 Palestiniens et 17 officiers israéliens ont été blessés à Jérusalem vendredi. Les manifestations ont été ravivées ces derniers jours par la menace d'expulsion de dizaines de Palestiniens de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, qui est revendiqué par les deux parties dans cette guerre vieille de plusieurs décennies.

Les violences ont eu lieu après que des milliers de fidèles se sont rassemblés à la mosquée Al-Aqsa pour leur prière hebdomadaire du vendredi et ont été accueillis par une forte présence policière.

Les forces de police israéliennes ont tiré des balles en caoutchouc et des grenades et procédé à des arrestations.

Le conflit est survenu après que des manifestations nocturnes ont éclaté au début du mois sacré du Ramadan en raison des restrictions imposées par la police sur un lieu de rassemblement populaire.



Sheikh Jarrah Le quartier de Sheikh Jarrah abrite les descendants des réfugiés qui ont été expulsés ou déplacés pendant la guerre de 1948, dans ce que les Palestiniens ont appelé la Nakba (catastrophe). En 1956, 28 familles de réfugiés ont reçu des unités de logement dans le cadre d'un accord entre l'UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies) et le gouvernement jordanien, afin d'aider à fournir un abri aux familles dans le cadre d'un accord de réinstallation. Cela signifiait que les familles devaient recevoir des titres légaux et la propriété du terrain, mais cela ne s'est jamais produit et a donné lieu à une bataille juridique permanente. À la suite de l'occupation israélienne de la Cisjordanie en 1967, les colons ont revendiqué la propriété des terres, bien que le droit international stipule qu'ils n'ont aucune autorité légale sur la population qu'ils occupent. Cependant, depuis 1972, des groupes de colons ont intenté plusieurs actions en justice pour expulser de force les Palestiniens de Sheikh Jarrah. En 2002, 43 Palestiniens ont été contraints d'évacuer leur maison, laissant de nombreux déplacés. Six ans plus tard, les familles Hanoun et Ghawi ont été contraintes de laisser leur maison derrière elles et en 2017, la famille Shamasneh a également été expulsée de sa maison par des colons israéliens. Tensions récentes Dimanche, le tribunal de district de Jérusalem a déclaré que six autres familles palestiniennes de Sheikh Jarrah devaient quitter leur maison alors qu'elles y vivaient depuis plusieurs générations. La Cour suprême d'Israël accueillera une autre audience sur la question lundi, alors que le pays célèbre l'occupation de Jérusalem-Est lors de ce que l'on appelle la "Journée de Jérusalem". Les États-Unis se sont dits "profondément préoccupés" par les violences et les menaces d'expulsion, et sont en contact avec les dirigeants des deux parties pour tenter de désamorcer les tensions. "Il est essentiel d'éviter les mesures qui exacerbent les tensions ou nous éloignent de la paix", a déclaré le département d'État américain dans un communiqué. L'Union européenne a également appelé au calme. Elle a déclaré que les expulsions potentielles étaient "très préoccupantes", ajoutant que de telles actions sont "illégales au regard du droit humanitaire international et ne font qu'attiser les tensions sur le terrain". La Jordanie voisine, qui a fait la paix avec Israël en 1994 et qui est la gardienne des lieux saints musulmans de Jérusalem, a également condamné les actions d'Israël, tout comme le royaume du Golfe de Bahreïn, qui a normalisé ses relations avec Israël l'année dernière dans le cadre d'un accord négocié par les États-Unis. "Nous ne reconnaîtrons pas cette propriété comme appartenant à des colons. Nous vivons dans ces maisons depuis plus de 60 ans et nous ne quitterons nos maisons que lorsqu'on nous portera dans nos tombes", a déclaré Saleh Diab, un habitant de Sheikh Jarrah, à AJ Plus. Des dirigeants politiques, des militants et des influenceurs sociaux ont exprimé leur inquiétude et leur consternation concernant la situation actuelle à Jérusalem, avec le hashtag " #SaveSheikhJarrah " en vogue sur les médias sociaux. L'ONU, quant à elle, a déclaré que les expulsions forcées de Palestiniens par Israël "constituent un crime de guerre potentiel".

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest