Sommaire
Les news de la Culture et des Lettres
05/11/2007 - 18:30

Prix Renaudot, Daniel Pennac en invité surprise.


Et le gagnant est: Daniel Pennac! A la surprise générale, les jurés du Renaudot lui ont attribué lundi leur prix 2007 pour son livre "Chagrin d'école", dans lequel l'écrivain raconte son enfance de cancre, alors qu'il ne figurait même pas sur la liste des livres sélectionnés.



Prix Renaudot, Daniel Pennac en invité surprise.
"Je m'y attendais d'autant moins que je n'étais pas prévu au programme (...) Il a dû se passer quelque chose d'amusant" au sein du jury, estimait-il en souriant à son arrivée, tardive, au restaurant Drouant, après le vote.

Il a quand même fallu au jury dix tours de scrutin pour se décider. Dix tours et une petite grogne des jurés contre les favoris trop tôt proclamés. Jusque là, rien n'avait permis de faire pencher la balance pour l'un des cinq candidats en lice.

"C'est J.M.G. Le Clézio qui a eu l'idée en premier et on l'a suivi. Il y avait de bons livres et des gens pour les soutenir, puis certains jurés se sont rassemblés sur le nom de Pennac. C'est un auteur important", expliquait Patrick Besson, qui présidait le jury Renaudot.

Au 10e tour, Pennac et Christophe Donner, pour "Un roi sans lendemain" chez Grasset, se sont retrouvés à égalité. La voix du président comptant double, Pennac l'a finalement emporté par 6 voix contre 5.

A 62 ans, Daniel Pennac est le contraire d'une révélation. D'abord professeur de français, il crée dans les années 1980 la saga Malaussène à la Série Noire et enchaîne les succès: "Au bonheur des ogres" (1985), "La fée carabine" (1987), "La petite marchande de prose" (1989)...

Une imagination débridée et le cosmopolitisme des quartiers populaires pour idéal le propulsent en tête des ventes. Mais Pennac, c'est aussi "Comme un roman" (1992), un essai pédagogique grand public pour expliquer comment transmettre le plaisir de la lecture sans contraindre les enfants.

Et ce "Chagrin d'école" (Gallimard), Prix Renaudot 2007, dans lequel l'ancien cancre devenu prof fait son coming out: un cancre jusqu'au bout des zéros qui "se perdait en bavardages" même en cours de français, raconte-t-il.

"Elève gai, mais triste élève", comme le notait alors l'un de ses professeurs, dans lequel plusieurs jurés Renaudot se sont pourtant retrouvés.

"L'idée était de donner le prix à un auteur populaire, injustement boudé par la critique qui le prend de très haut. C'est un livre digne de Pagnol, un vrai plaisir de lecture et nous n'avons pas pu nous empêcher de faire partager ce plaisir", soulignait le journaliste et écrivain Franz-Olivier Giesbert.

Pennac y a vu, pour sa part, "un joli clin d'oeil" et s'est plu à rappeler qu'il avait joué pendant un an et demi une pièce intitulée "Merci", où il se "moquait copieusement des prix". Le jury "s'est vengé", a-t-il plaisanté.

Daniel Pennac n'est pas le premier lauréat à sauter l'étape des sélections. En 2004, le Renaudot avait déjà été attribué à "Suite française", roman posthume d'Irène Némirovsky qui n'avait pas été sélectionné.

http://www.edicom.ch

Y-DN/sourcesWeb








Flashback :
< >

Mercredi 16 Mai 2018 - 16:31 Partagez vos infos ou vos images

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville







Partageons sur FacebooK
Petites annonces