Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
19/01/2015 - 20:26

Quand Charlie Hebdo enflamme le Sahel

La dernière Une de Charlie Hebdo, parue le 14 janvier, serait trompeuse. Derrière un message fraternel et républicain «Tout est pardonné», voilà que certains voient dans la nouvelle caricature du prophète – il suffit, nous dit-on, de retourner l'image – une offense : le turban du personnage aurait une forme de sexe masculin. Prétexte ou non, le Sahel s'enflamme.



Ces enfants perdent peu à peu leur francité
Ces enfants perdent peu à peu leur francité
Encore des morts, des blessés, des incendies, des manifestations anti-françaises violentes. Ce mouvement anti-français, au Sahel, n'est pas nouveau. Il prend, entre autres, sa source dans la déstabilisation de la Libye, la propagation de l'intégrisme islamiste dans les quartiers populaires, mai aussi dans la contestation d'autorités locales incapables de résoudre les problèmes économiques et sociaux malgré une croissance insuffisante mais honorable.
Frappées par un exode rural sans précédent, les capitales du Sahel, surtout dans leurs périphéries, deviennent difficilement gouvernables. Les bidonvilles s'y multiplient et l'énergie électrique, autant que l'eau potable, s'y font rares. A la sécheresse ravageuse, succèdent les inondations, elle aussi ravageuses. Au delà d'une dé-francisation culturelle due notamment à un coût de la coopération française devenu insupportable pour les budgets nationaux qu'il faut associer à des infrastructures scolaires et universitaires parfois pitoyables, la présence de chefs d’État et de gouvernement à la marche du 11 janvier a certainement constitué un détonateur aux émeutes en Afrique francophone.
En remontant le temps, deux facteurs ont déclenché ce mouvement anti-français. Puisque c'est permis, caricaturons aussi. Le premier a été, à partir de 1988, d'obliger les Africains à demander un visa en faisant la queue devant les consulats de France, lesquels demandent des cautions non remboursables en cas de refus du visa. Le deuxième a été la dévaluation de 50% du Franc CFA en 1994. Le but était que les pays qui importent tout, notamment le riz, soient boostés dans leurs exportations. Le résultat en a été une inflation intérieure de près de 100%. A tout cela, il faut ajouter que le franc CFA est encore géré par le Trésor public français.
A moins que notre république française ne tienne compte de tout cela, dans la dimension universaliste à laquelle elle aspire, n'attendons pas de l'Africain lambda compassion et fraternité. Ne pensons plus que la France est une lumière suffisamment étincelante pour lutter contre l'intégrisme et le fanatisme au Sahel.


Henri Vario-Nouioua








Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 20:31 Implant de cartilages du genou

Jeudi 21 Juillet 2016 - 19:29 Dyslexie : mieux la soigner avec la musique






Partageons sur FacebooK
Petites annonces