Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Seton pub
pour y être
Infos Business
08/05/2020 - 22:58

Questions sur la médecine


La santé était très appréciée dans l'Antiquité et considérée comme une condition préalable importante pour une vie heureuse ; la discussion a porté sur ce qu'est la santé, en quoi elle consiste et comment l'entretenir.



Questions sur la médecine
La médecine ancienne, qui s'est développée à partir du cinquième siècle avant Jésus-Christ, et qui est principalement associée aux noms d'Hippocrate et de Galien, a apporté des contributions fondamentales au développement de la médecine scientifique telle que nous la connaissons aujourd'hui. Nous utilisons encore aujourd'hui en médecine des termes tels que "nature", "cause", "symptôme", "indication", et des méthodes, comme celles de l'expérimentation ou du diagnostic différentiel, qui remontent à l'antiquité. Mais la médecine ancienne a plus qu'une signification historique : pour la première fois, des questions essentielles ont été posées sur les fondements théoriques et éthiques de la médecine, questions qui sont toujours d'actualité.

Un bien donné par la nature

Cela s'applique, par exemple, à la gestion de la santé et à la recherche en matière de santé. Dans l'Antiquité, la santé était très appréciée et considérée comme une condition préalable importante pour une vie heureuse ; la discussion a porté sur ce qu'est exactement la santé, en quoi elle consiste et comment l'entretenir. Il y avait différentes positions. Dans la pensée morale grecque dite archaïque (époque d'Homère, vers 700 avant J.-C.), la santé était encore considérée comme l'un des "biens extérieurs", comparable à la descendance noble, à la richesse héritée, au prestige, à la force physique et à la beauté. La santé était considérée comme un bien donné par la nature, que l'on possédait dès la naissance ou que l'on avait reçu par hasard, que l'on devait accepter facilement et sur lequel on n'avait aucun contrôle : être en bonne santé ou en mauvaise santé apparaissait à la suite de circonstances heureuses ou défavorables.

Sous l'influence de la médecine grecque, notamment de la diététique médicale, qui est associée aux noms des médecins grecs Hippocrate de Kos (460-370 avant J.-C.) et Diocle de Karystos (IVe siècle avant J.-C.), l'idée s'est développée aux Ve et IVe siècles avant J.-C. que l'individu pouvait avoir une influence considérable sur sa santé ou celle de sa société et qu'il devait en assumer la responsabilité. La santé était considérée comme un état d'équilibre, d'harmonie et de stabilité intérieure, qui pouvait être influencé par un certain mode de vie.

Il convient de noter que le mot grec diaita a une signification beaucoup plus large que le terme actuel "régime" : outre le fait de manger et de boire, il couvre tous les aspects du mode de vie physique, tels que le travail, les loisirs, le sport, le massage, le bain, l'hygiène personnelle, l'utilisation de la voix, le sommeil et le réveil, et la sexualité. La diététique était considérée - avec la chirurgie et la pharmacologie - comme l'un des trois sous-domaines importants de la médecine et constituait non seulement une méthode de traitement des maladies, mais aussi l'un des éléments les plus importants des soins de santé. Le terme grec therapeia doit également être compris de manière plus large que le concept actuel de thérapie : il englobe à la fois la guérison et les soins. La santé (hygieia) est ainsi devenue un domaine d'activité et d'enseignement central pour les médecins et les philosophes grecs, et elle s'est développée en une discipline indépendante appelée hygieina

La santé pour tous

La diététique grecque était également considérée comme un domaine important dans lequel le profane - sans l'intervention d'un médecin - était jugé capable de contribuer au maintien de la santé même par un effort personnel considérable. La situation individuelle de chaque personne a toujours été prise en considération : Les règles de vie varient en fonction du sexe, de l'âge, de la situation sociale et économique, du climat et des circonstances de la personne à laquelle elles s'appliquent. C'est pourquoi les auteurs médicaux grecs ont écrit non seulement des traités scientifiques mais aussi des textes de vulgarisation accessibles au profane. Il y avait donc des "règles de vie" pour les voyageurs, les marins, les jeunes et les moins jeunes, les célibataires et ceux qui travaillaient dur, ainsi que des règles sur la meilleure préparation des aliments et le comportement correct à adopter lorsqu'on boit du vin pendant le symposium. Les thèmes abordés comprenaient également l'éducation des enfants et les soins aux personnes âgées. L'objectif était non seulement la prévention des maladies, mais aussi l'amélioration de la santé et de la qualité de vie en fonction des possibilités existantes de l'individu.

La santé a également pris de l'importance dans la philosophie grecque. Aristote (384-322 avant J.-C.), par exemple, attribuait un rôle important à la santé physique pour une action morale et intelligente. Il pensait que la santé mentale et la santé physique étaient étroitement liées : L'exercice des facultés humaines caractéristiques - la raison, le langage, la vie morale et sociale et l'action - nécessite une base physique saine, alors qu'à l'inverse, un état mental malsain (comme le stress ou la dépression) peut avoir un effet négatif sur le corps.

Responsabilité individuelle

Selon Aristote, le niveau de santé mentale dépend également du bon équilibre entre les différentes composantes de la vie mentale. Il a attribué une certaine responsabilité à chaque individu : il faut s'efforcer d'adopter un mode de vie sain dès le départ ; si l'on néglige le corps, on risque de perdre son équilibre et de tomber dans un état d'instabilité permanente, que l'on n'est plus en mesure de contrôler ou d'améliorer et qui peut conduire à une faute morale, voire à une dépendance. Aristote a placé la responsabilité d'un tel régime de santé sur l'individu et la société, qui devait fournir des soins de santé par le biais d'un système d'éducation et de santé public.

Galen de Pergame

L'ancienne doctrine de la santé a reçu une autre impulsion importante grâce aux travaux du grand médecin et naturaliste Galen de Pergame (129-216 après J.-C.). Galen, qui était aussi le médecin personnel de l'empereur romain Marc-Aurèle et qui a écrit un énorme corpus d'écrits médicaux, se considérait comme un philosophe aussi bien que comme un médecin. Il a écrit un vaste ouvrage sur la santé ("Traité sur la santé"), dans lequel il développe une théorie détaillée de la vie saine et esquisse un tableau idéal du "meilleur état du corps". Ce faisant, il s'est inspiré des principes déjà énoncés par Hippocrate et Diocle six siècles plus tôt. Ici aussi, l'équilibre et la prise en compte des circonstances particulières de chaque personne jouent un rôle majeur.

Dans plusieurs chapitres, Galen a traité de l'éducation physique et mentale des jeunes ; ici, les bases d'une vie saine sont posées dès le plus jeune âge, et une vie mentale malsaine (comme une sensibilité excessive ou une tendance à la colère) à ce stade de la vie pourrait avoir une influence négative sur le développement physique. Galen a également consacré une section entière de ses écrits à la vieillesse et à la retraite. Il avait apparemment lui-même une très bonne santé et a atteint un âge avancé.

Mais pour Galen, l'éducation à la santé a un autre objectif : elle doit aussi permettre de répondre à la question de savoir comment la maladie peut exister. Cette question existentielle - toujours l'objet de discussions religieuses ou idéologiques - a également été abordée dans la culture gréco-romaine. Pour Galen, il s'agissait d'un défi particulier car il croyait, tout comme Aristote, que le corps humain était un système merveilleusement construit par la nature, dont toutes les parties remplissaient un but et étaient en harmonie avec un bien commun - la santé et l'interaction saine des fonctions physiques et mentales. Cette vision "téléologique" ou fonctionnelle du corps humain n'était pas sans controverse : il y avait aussi des représentants d'une vision plus mécaniste du corps dans laquelle le hasard joue un rôle plus important.

Dans ce débat, la question s'est posée de savoir comment expliquer et accommoder la maladie. La réponse de Galen se divise en trois volets : Premièrement, il affirme que le nombre de cas de maladies naturelles est négligeable par rapport au nombre de cas de santé - la santé est la norme, la maladie n'est que l'écart. Deuxièmement, il affirme que la nature humaine elle-même a une capacité de guérison, c'est-à-dire que même en cas de maladie, elle a le pouvoir et la capacité de contribuer à la guérison et au rétablissement de la santé du corps : la médecine ne signifie rien d'autre que le médecin travaille en collaboration avec la nature. Enfin, Galen soutient que de nombreuses maladies ne sont pas imputables à la nature, mais ont leur cause dans des facteurs humains - par exemple dans un mode de vie malsain de l'individu, de ses parents ou de l'environnement social dans lequel il a grandi. La maladie n'est donc pas inévitable ; elle peut être évitée dans une large mesure. Selon Galen, la santé n'est pas quelque chose qui nous arrive sans que nous ayons une quelconque influence sur elle, mais nous pouvons nous-mêmes y contribuer dans une large mesure.

Sites internet à découvrir :



josie bonet







Flashback :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 22:08 Abdominoplastie Paris ! Questions et réponses

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:31 Les problèmes artériels

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com