Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Afrique et Moyen-Orient
21/04/2008 - 12:07

Qui sont les hommes d’influence au Maghreb ?

Par Matalana pour Afrik.com


Parfois éminences grises, parfois confidents, souvent les deux à la fois, les hommes d’influence peuvent, dans les configurations les plus extrêmes, celles du Maroc ou de la Tunisie, commander l’accès au bureau du dirigeant. Rabat, Tunis, Alger, Le Caire, Tripoli : plongée, en cinq étapes et en images, au coeur des galaxies du pouvoir.



Ils sont au centre de toutes les conversations, mais finalement on les connaît peu et mal. Ils fuient les mondanités, parce qu'ils n'ont pas besoin de s'afficher. Ils sont craints et enviés. Ces hommes – car ce sont tous des hommes –, qui ont souvent en commun le goût de l'intrigue et du secret, jouissent d'un privilège incommensurable dans des sociétés aussi pyramidales que les sociétés maghrébines : celui de l'extrême proximité et même parfois de la familiarité avec les chefs. Loyaux serviteurs, ils savent cependant rester à leur place et ne pas se prendre pour ce qu'ils ne sont pas : des dauphins ou des héritiers putatifs. Ce sont les hommes de l'ombre, les conseillers du Prince, les vrais décideurs. Ils sont beaucoup plus puissants et influents que les ministres dont ils peuvent faire ou défaire les carrières. Dans son dernier numéro, en kioske actuellement, le magazine Matalana lève un coin du voile. Maroc : du collège au sérail Driss Basri, l'inamovible ministre de l'Intérieur d'Hassan II, homme des dossiers sensibles et serviteur de la monarchie à la loyauté indéfectible, mais symbole par excellence de l'immobilisme makhzénien, a été le premier à en faire les frais, dès novembre 1999. André Azoulay, un autre important conseiller du roi défunt, verra lui ses attributions considérablement réduites. Aujourd'hui, c'est Fouad Ali el-Himma, Yassine Mansouri, Rochdi Chraïbi, Hassan Aourid, « les copains de Sa Majesté », qui forment, avec le discret, mais indispensable Abdelaziz Meziane Belfqih, la garde rapprochée du souverain. Fouad Ali el-Himma, 44 ans. C'est le plus proche conseiller de Mohammed VI, son ami intime aussi, le copain des bons et des mauvais jours. On le présente souvent comme le numéro deux officieux du régime, ce qui est contresens absolu : ce rôle a disparu avec la mise à la retraite de Driss Basri. Fils d'un instituteur originaire de la région des Rhamna, située à mi-chemin entre Casablanca et Marrakech, il est entré au Collège royal sur le tard, en classe de seconde, et n'a plus quitté le prince héritier. Après des études de droit, il effectue un long passage au ministère de l'Intérieur, entre 1986 et 1995, puis devient directeur de cabinet du Prince. Au lendemain du limogeage de Driss Basri, il devient ministre délégué à l'Intérieur, poste qu'il conserve pendant huit ans. En tandem avec le général Hamidou Laanigri, puis seul, après la mise à la retraite de ce dernier, il supervise les dossiers chauds (…). Yassine Mansouri, 46 ans. Nommé début 2005 à la tête de la Direction générale des études et de la documentation (DGED), la CIA marocaine, cet ancien condisciple de Mohammed VI au Collège royal, est l'homme de confiance du roi. Discret et affable, pieux et austère, réputé pour ses qualités d'écoute – ce n'est pas un euphémisme ! – ce fils de notable de Bejaad a fait ses classes au ministère de l'Information, où il est entré auprès du tout-puissant Driss Basri. Il est initié au renseignement et Hassan II décide en 1992 de l'envoyer en stage… au FBI américain ! En 1997, Driss Basri, rendu paranoïaque et nerveux par les rumeurs alarmantes sur sa santé, le renvoie du ministère de l'Intérieur : il le soupçonne de l'espionner au profit du prince héritier. La traversée du désert ne dure que deux ans. En novembre 1999, Mohammed VI bombarde Yassine Mansouri directeur de la MAP, l'agence publique de presse marocaine. Il y officie quatre ans avant de retourner à l'Intérieur, comme directeur général des affaires intérieures, le département le plus important. Il supervise notamment les élections communales de 2003, organisées peu après les attentats kamikazes de Casablanca, et qui avaient valeur de test. Introduit dans tous les milieux, Yassine Mansouri atterrit donc à la DGED en 2005. C'est lui qui est chargé de prendre langue avec les nouvelles autorités mauritaniennes au lendemain du renversement de Maâouiya Ould Sid'Ahmed Taya par Mohamed Ely Ould Vall. Grand coordinateur de la lutte antiterroriste – question d'ordre vital aujourd'hui au Maroc – c'est aussi un excellent connaisseur des affaires sahariennes, qui chapeaute directement les négociations avec le Polisario, dont le troisième round doit s'ouvrir prochainement aux Etats-Unis. 80 Avril 2008 Rochdi Chraïbi. Arrivé sur le tard – en même temps que Fouad Ali el-Himma – au Collège royal, Rochdi Chraïbi n'a pas tardé à entrer dans le premier cercle des amis de Sidi Mohammed. Fils d'un instituteur de Ouarzazate, il est maintenant le directeur de cabinet du roi. Il a connu quelques disgrâces passagères, rançon de son extrême proximité avec le monarque, qu'il voit quotidiennement, et est et restera un personnage incontournable de la cour. Hassan Aourid, autre figure historique des années Collège, est l'atypique de la bande. Fort en thème, éternel premier de la classe, docteur en sciences politiques, ce militant de la cause amazighe (berbère) a été nommé en 1999 à un poste inédit : celui de porte-parole officiel du Palais. Son étoile a semblé pâlir depuis, et il est actuellement wali (gouverneur) de la région de Meknès. Mais il a gardé des rapports étroits avec le monarque et pourrait bien rebondir. Tunisie : l'éminence grise et le mauvais génie Abdelwaheb Abdallah, 68 ans. Ennemi juré des libéraux et de tous les partisans de l'ouverture du régime, il passe pour l'architecte et le maître d'oeuvre de la politique de verrouillage de l'information. Décrit comme l'âme damnée ou le mauvais génie du Président, ce monastirien habile et intelligent, ancien professeur à l'Institut de presse et des sciences de l'information (Ipsi), ancien directeur de la TAP, l'agence de presse officielle, intègre le gouvernement, en septembre 1987, comme… ministre de l'Information. Après un intermède de deux ans à Londres, entre 1988 et 1990, il devient ministre-conseiller et porte-parole du président de la République, poste éminemment stratégique, qu'il conserve treize ans. Plus apparatchik qu'électron libre, l'inamovible « AA » connaît pourtant une semi-disgrâce en novembre 2003, quand les attributions de porte-parole lui sont brutalement retirées pour être confiées à Abdelaziz Ben Dhia. Mais il conserve son bureau au palais de Carthage et continue d'exercer son influence en coulisses... Lire la suite: http://www.afrik.com/article14134.html

Y.K/sourcesWeb










Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn