Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Asie & Extrême Orient
27/03/2021 - 12:49

Qui sont les ouïgour et pourquoi sont-ils opprimés par la Chine ?

La Chine est de plus en plus critiquée pour le traitement qu'elle réserve à la population ouïgoure de la province du Xinjiang, suite à des allégations de camps de travail forcé et de stérilisation massive.



Le gouvernement de Boris Johnson a accusé Pékin d'abus "flagrants" à l'encontre de ce groupe minoritaire et a imposé des sanctions aux responsables chinois jugés coupables de violations présumées des droits de l'homme.

La Chine a riposté en imposant des sanctions à des institutions britanniques et à plusieurs des députés conservateurs qui se sont le plus exprimés au sujet des Ouïghours, dont l'ancien chef du parti conservateur, Iain Duncan Smith.

Qui sont donc les Ouïghours ? Et quel genre de preuves se cache derrière ces affirmations ? The Independent s'est intéressé de plus près à un groupe largement oublié par le monde.

Qui sont les Ouïgours ?

Les Ouïghours sont une minorité ethnique musulmane vivant dans la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine. On estime à 11 millions le nombre de Ouïghours dans cette région, soit près de la moitié de la population totale.

Les musulmans ouïgours sont là depuis des centaines d'années et parlent une langue apparentée au turc. Leurs ancêtres viendraient d'une ancienne patrie des Turcs, située dans le nord de l'Asie centrale.

Certains Ouïgours n'acceptent pas que le Xinjiang - officiellement une "région autonome" - fasse partie de la Chine, citant des preuves que leurs ancêtres vivaient dans la région avant que les dynasties chinoises Han et Tang n'y établissent leur domination.

Quel type d'abus est supposé avoir lieu ?

Selon un rapport du Comité des Nations unies pour l'élimination de la discrimination raciale, il existe des preuves crédibles que jusqu'à un million de Ouïgours et d'autres minorités musulmanes sont détenus dans des centres de "rééducation" au Xinjiang. Pékin a nié tout mauvais traitement, affirmant que ces camps sont des "centres de formation professionnelle" qui contribuent à éradiquer l'extrémisme des séparatistes islamistes et à donner aux gens de nouvelles compétences. Cependant, un rapport d'Amnesty International publié en 2018 a révélé que la détention arbitraire de musulmans ouïghours dans toute la province était généralisée. Le groupe d'exilés World Uyghur Congress affirme que les détenus sont maintenus en détention sans inculpation, et forcés de subir une tentative d'endoctrinement en criant des slogans du Parti communiste chinois.

En juillet 2020, confronté à une vidéo troublante montrant des hommes aux yeux bandés, agenouillés et attendant d'être conduits dans des trains au Xinjiang, l'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni a déclaré à la BBC que la vidéo pouvait être "fausse". La vidéo a été authentifiée par les services de sécurité australiens.

Qu'est-ce qui se cache derrière les allégations de "stérilisation massive" ?

Il existe des preuves que le gouvernement chinois prend des mesures draconiennes pour réduire le taux de natalité des Ouïghours dans le cadre d'une campagne visant à réduire sa population musulmane. Un rapport publié en 2020 par l'universitaire Adrian Zenz affirmait que les autorités chinoises forçaient les femmes ouïgoures à être stérilisées ou équipées de dispositifs contraceptifs dans tout le Xinjiang.

Une enquête menée par Associated Press en 2020 a révélé que des femmes de la province avaient été condamnées à des amendes et menacées de détention pour avoir enfreint les limites imposées à la maternité. Elle a également révélé que les autorités imposaient aux femmes ouïghoures des dispositifs intra-utérins (DIU), la stérilisation et même l'avortement.

En janvier 2021, un tweet de l'ambassade de Chine à Washington, affirmant que les politiques gouvernementales avaient libéré les femmes de l'ethnie ouïgoure de leur rôle de "machines à fabriquer des bébés", a suscité un tollé. Un responsable chinois a démenti que Pékin ait imposé des mesures coercitives de contrôle des naissances. 

Quelles mesures politiques ont été prises ?

Les États-Unis ont été les premiers à imposer des sanctions aux responsables, entreprises et institutions chinoises liées au traitement des Ouïghours par la Chine. En juillet 2020, le département américain du commerce a ajouté 11 entreprises chinoises à la liste noire économique américaine.

En mars 2021, la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada et l'UE ont tous convenu de nouvelles sanctions à l'encontre de responsables chinois jugés responsables de violations des droits de l'homme dans le territoire autonome du nord-ouest du pays.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré qu'un ensemble d'interdictions de voyager et de gels d'actifs avait été imposé à quatre hauts responsables et au bureau de la sécurité publique du Xinjiang Production and Construction Corps.

Le ministère chinois des affaires étrangères a réagi en déclarant qu'il avait sanctionné neuf citoyens britanniques - dont cinq députés conservateurs - au motif qu'ils avaient "répandu malicieusement des mensonges et de la désinformation". Les neuf Britanniques seront interdits d'entrée en Chine et les institutions chinoises n'auront pas le droit de faire des affaires avec eux.

La France a également condamné avec force le traitement réservé à ce groupe ethnique. Le ministre français des finances, Bruno Le Maire, a déclaré que cette situation était "révoltante et inacceptable" et a demandé que des "observateurs internationaux indépendants" soient autorisés à inspecter les conditions de vie au Xinjiang.

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest