Sommaire
France
03/07/2015 - 01:13

Referendum grec: et après?

La Grèce, après avoir rejeté les propositions de ses créanciers (principalement l'UE et le FMI), appelle les Grecs à se prononcer dimanche par referendum. La tension monte et des manifestations sont organisées à Athènes par les partisans du oui comme par ceux du non. Les dirigeants européens, inflexibles, restent muets quant à l'avenir de la Grèce si le nom l'emporte. A supposer que la Grèce cessera d'exister dès lundi...
Par delà ce silence, on assiste bien à un coup de force d'un pays contre la planète finance, un coup de force de la gauche contre le capitalisme, oups ! … pas le capitalisme: la libre concurrence non faussée. Mais si la libre concurrence non faussée n'avait pas toutes les chances de l'emporter, ça se saurait.
N'empêche qu'on se demande bien quel sera le discours des créanciers si les Grecs choisissent le non et créent un précédent qui obligerait probablement les dirigeants européens, Angela Merkel en tête, à assouplir leur position. Revue de presse :



Referendum grec: et après?
En Grèce, le référendum divise la population et les politiques
Mgr Anthimos, évêque de Thessalonique, a ainsi déclaré dans un sermon : « Votez comme vous voulez, c’est votre droit absolu, mais j’ai aussi le droit de faire une confession : je voterai pour l’Europe ». Une partie des fidèles ont applaudi, mais d’autres ont scandé « Non ! Non ! », forçant l’évêque à interrompre son homélie. De son côté, l’archevêque d’Athènes Ieronymos, primat de l’Église grecque, s’est gardé de prendre position, délivrant un message défendant les immigrés, par la voix du prédicateur choisi pour célébrer un office en plein air, à l’aréopage, où l’apôtre Paul prêcha. (la-croix.com)

Blocages et tensions à l'approche du référendum grec
La France et le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem estimaient jeudi qu'un accord pour sauver la Grèce de la faillite était possible si les électeurs se prononçaient en faveur du "oui" dimanche. Pour Jeroen Dijsselbloem, une victoire du "non" placerait la Grèce mais aussi l'Europe "dans une position très difficile". "L'avenir de la Grèce est entre les mains du peuple grec", a-t-il dit à la presse au parlement néerlandais. "Si l'issue est positive, il y aura évidemment, du côté européen, une volonté d'aider la Grèce à s'en sortir", a-t-il dit. "Si le résultat est négatif, l'avenir sera considérablement plus compliqué". (Reuters)

Référendum en Grèce: le gouvernement «pourrait démissionner» si le oui l'emporte
Tsipras garantit l'unité du pays. Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, déclare qu'«au lendemain du référendum, nous serons tous unis» pour essayer de surmonter «la difficulté temporaire» que le pays traverse. Il en appelle à l'«unité nationale». La mise en garde de François Hollande. Evoquant l'issue du référendum, le président français de la République, François Hollande, affirme que «si c'est le oui, la négociation peut très facilement s'engager. Si c'est le non, on rentre dans une forme d'inconnu. C'est aux Grecs de répondre». (leparisien.fr)

Sylvie Delhaye S. D.










Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 20:31 Implant de cartilages du genou

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League


Si vous voulez encourager EditoWeb MagaZine,faites un don:




Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn