Sommaire
Infos Business
14/01/2020 - 17:30

Rhinoplastie Paris ? Questions et réponses


Rhinoplastie : la première véritable chirurgie reconstructive documentée

Des traces historiques sporadiques de chirurgie reconstructive du nez apparaissent déjà dans le monde de l'Egypte ancienne en 1500 avant J.-C. avec des citations remontant à 3000 avant J.-C. (papyrus d'Ebers ou de Smith). Si en Inde les chirurgiens de l'école de Sushruta en 1300 avant J.-C. pratiquaient des reconstructions rudimentaires du nez coupé pour les féroces punitions infligées aux coupables du crime d'adultère, de trahison et de vol (bandes de tissu du front et des joues), en Occident Cornelius Celsus (1er siècle après J.-C.), les chirurgiens de l'école de Sushruta en 1300 avant J.-C. n'ont pas pu reconstruire le nez.C.) décrit l'intervention pour traiter les blessures au visage et en particulier au nez et aux oreilles, pour réparer les mutilations subies par les soldats au combat pendant les campagnes militaires (bandes de glissement). L'amputation nasale symbolisait l'amputation de l'organe sexuel sans toutefois entraîner la mort par hémorragie. L'amputé pouvait continuer à vivre en portant - pour toujours - avec lui les signes pérennes du châtiment infligé. Après Celsus, à la seule exception d'Oribasius (325-403 après J.-C.) à Alexandrie en Egypte, on ne parla plus de reconstruction nasale pendant plusieurs siècles et lorsqu'on en parla, elle devint une histoire presque exclusivement italienne.
Mais avant que cette méthode ne soit réellement codifiée selon une pratique scientifique, il faudra attendre la Renaissance italienne, avec la tradition chirurgicale de la Branca di Catania (XVe siècle), du Vianeo di Tropea (XVe-XVIe siècle) et des Tagliacozzi bolognaises (1545-1599). C'était la "méthode italienne".



La rhinoplastie de Branca de Catane

La famille sicilienne Branca a développé deux procédures pour la reconstruction du nez. Le père Gustavo, qui en 1432 obtint du roi de Sicile Ferdinand Ier l'autorisation pour lui-même et ses descendants, utilisa la peau prélevée sur la joue pour recréer le nez, à travers des lamelles de peau locales selon les prescriptions de l'ancienne école indienne de Sushruta (1300 av. J.-C.). Comme cette méthode laissait des cicatrices grossières sur le visage, Antonio Branca, son fils, a conçu une nouvelle méthode qui utilisait un lambeau cutané-musculaire sculpté non plus dans le visage, mais sur la face interne du bras, établissant la réalisation du premier lambeau cutané à distance de l'histoire de la chirurgie réparatrice. Cette dernière procédure exigeait que le volet, toujours fixé au bras, soit relié au moignon corrodé du nez pendant au moins 20 jours. Cette technique, bien que plus laborieuse et presque atroce pour la patiente, avait l'avantage de ne pas laisser de cicatrices supplémentaires sur le visage. Les chirurgiens de cette époque et jusqu'à la fin du XVe siècle étaient dépourvus de toute base culturelle médicale et scientifique. Souvent, ce n'étaient que des barbiers qui avaient appris, avec l'aide de leur seule expérience et de leur diligence, à utiliser un rasoir. Ils avaient donc l'habitude de ne pas divulguer leurs techniques, voire de les garder secrètes, les laissant éteintes à la mort du dernier descendant de la famille. Il en fut de même pour la famille Branca à la fin du 15ème siècle.

La rhinoplastie de la famille Vianeo de Tropea

Après la disparition de la famille Branca de Catane, la rhinoplastie réapparaît à la fin du XVe siècle et jusqu'à la moitié du siècle suivant en Calabre, où la famille Vianeo, originaire de Maida mais installée à Tropea, ville impériale et donc beaucoup plus rentable pour les indépendants qu'elle ne l'était, reconstruit des nez avec beaucoup de succès et de richesse. Les frères Pietro et Paolo étaient plus connus pour la discrétion avec laquelle ils dissimulaient jalousement leurs techniques que pour les techniques elles-mêmes. Alors qu'Antonio Branca utilisait une technique de récolte musculo-cutanée, les frères Vianeo s'arrêtaient à la peau.
La famille Vianeo, et avant cela la famille Branca, ont limité la transmission de leur savoir aux seuls membres de la famille, par la transmission de la technique de père en fils. Ceci, certainement, si d'une part, a assuré la possibilité de garantir l'exploitation exclusive d'une richesse, d'autre part, une approche protectionniste similaire basée sur le manque de comparaison et de croissance, n'a pas permis aux branches chirurgicales de se développer de façon adéquate, les bloquant très souvent sur des positions basées plus sur la tradition stagnante et non sur la comparaison scientifique.
 
Le vol de la technique

A l'automne 1549, un jeune médecin d'Emilie, Leonardo Fioravanti, arriva à Tropea, dissimulant son identité, apprenant par la ruse les techniques que les chirurgiens calabrais, avec un grand esprit d'hospitalité, lui avaient montrées tout au long de son séjour, malgré le halo de secret qu'ils avaient eux-mêmes développé. De retour à Bologne, il a commencé à s'occuper lui-même de ce type de chirurgie, malheureusement, sans grand succès. En 1570, il publie l'ouvrage "Trésor de la vie humaine" dans lequel la technique Vianeo est définitivement connue, dans tous ses détails.
On peut donc affirmer que la contribution de Fioravanti au développement de la rhinoplastie a été fondamentalement populaire et que l'intention d'entrer en possession des secrets des frères Vianeo était plus motivée par le désir de lever le voile du secret que par des intérêts économiques et le prestige personnel. Il n'est pas clair, cependant, pourquoi Fioravanti a attendu vingt et un ans avant la divulgation des techniques des frères Vianeo.


Rhinoplastie de Gaspare Tagliacozzi

Les adultères, les voleurs, les traîtres et les perdants au combat ont vu leur nez amputé, c'est pourquoi la reconstruction du nez était très demandée à l'époque. Le brillant jeune anatomiste Tagliacozzi (1545-1599), en lisant le livre de Fioravanti, a essayé l'opération, l'a modifiée et perfectionnée, en publiant un chef-d'œuvre illustré "De curtorum chirurgurgia per insitione" (1597, Venise).
Jalon de la chirurgie, aujourd'hui considéré comme le premier véritable traité de chirurgie plastique de l'histoire, la reconstruction du nez amputé pour des blessures ou des maladies (TB, syphilis, Lupus etc.) est documentée avec une perfection descriptive et des illustrations précises, avec des commentaires comparant les différentes procédures, indications, complications et contre-indications et les thérapies collatérales.
La technique de reconstruction de Tagliacozzi a été utilisée jusqu'à récemment et est toujours connue sous le nom de "rabat italien". Comme la jeune Branca, il a choisi d'utiliser la peau et le muscle du bras : il a fait deux incisions parallèles sur le biceps, a relâché la peau entre ces deux coupures et a inséré un pansement médicamenteux sous la peau. Il a tout laissé intact pendant quatre jours, puis a traité la plaie quotidiennement afin de favoriser la formation de la cicatrice sous la peau lâche.
Après quatorze jours, il a coupé la peau incisée à une extrémité ; après deux autres semaines, il a gratté le moignon nasal et greffé le lambeau encore attaché au nez, en tenant le bras en place avec un solide harnais. Après vingt jours, il a coupé le rabat du bras et après deux autres semaines, il a commencé à façonner le nez en le joignant à la lèvre supérieure. Six phases (au moins) et plus d'un mois plus tard il y avait un nez rudimentaire. Certes, personne n'échappe à la grande implication de cette pratique chirurgicale futuriste, à savoir la grande douleur et le risque très élevé d'infection auxquels le patient, sans anesthésie ni désinfection, était exposé, ce qui dans la plupart des cas conduisait à des issues fatales.
Après la mort du maître bolognais, sa technique a suscité beaucoup de jalousie et d'illusions, la médecine officielle a apprécié la procédure, a contesté son utilité et le clergé l'a considérée comme sacrilège, car elle revendiquait le droit à une imitation, sinon de l'homme tout entier, du moins de cette partie que Dieu avait décidé de s'approprier. L'Église, qui s'est toujours opposée à la chirurgie comme à l'anatomie, dans la mesure où il ne s'agissait pas d'un art intellectuel mais manuel, avait déjà émis des bulles papales, repoussant ces sciences fondées davantage sur l'expérience et non sur la philosophie. Les Delatoriens, Fallopius, Vesalius, Campanella, Jérôme et d'autres ont discrédité la technique en soutenant des faits fantaisistes et grotesques. La calomnie la plus fréquente était que le nouveau nez avait été prélevé chez un donneur, souvent à un prix élevé, et qu'à sa mort, le nez transplanté était également tombé en nécrose. L'Église est venue faire exhumer le corps de Tagliacozzi du tombeau de l'église du Monastère des Sœurs de Saint Jean Baptiste, en le transférant sur un terrain déconsacré. Le mystère plane sur les cadavres de Vianeo a Tropea volés à temps avant qu'un sort similaire ne s'en empare. En tout cas, la rhinoplastie n'a pas été exempte du déclin que toutes les chirurgies ont suivi dans la période suivante, les XVIIe et XVIIIe siècles en ont souffert. La renaissance a eu lieu à l'aube du 19ème siècle lorsque des nouvelles sont arrivées d'Angleterre sur les techniques de reconstruction que les hindous utilisaient depuis des siècles en Inde. C'était la "méthode indienne". Mais c'est une autre histoire...
 
Rhinoplastie orientale et obscurantisme européen

Il ne faut pas oublier que le plus petit progrès dans le domaine de la chirurgie réparatrice de ces dernières années est plutôt représenté par des cas isolés de penseurs libres et innovateurs qui ont agi de façon indépendante dans un contexte, celui de la culture ecclésiale, qui s'est fortement opposé à ces pratiques. C'est pourquoi il n'est pas surprenant que la technique développée par Branca et Vianeo et la rigueur scientifique de Tagliacozzi soient tombées complètement dans l'oubli. En fait, le chirurgien, en reconstruisant le nez des personnes syphilitiques, est intervenu sur ce qui était considéré comme une juste punition pour un comportement immoral et l'homme ne peut pas se permettre de se mêler des affaires de la justice divine.
Avec la domination coloniale de l'Empire britannique en Inde, en 1794, un article publié avec les initiales B.L. est apparu, probablement un pseudonyme du célèbre chirurgien militaire britannique Cully Lyon Lucas. Le journal londonien "Gentlemen's Magazine" a fait état d'une description détaillée d'une greffe de peau fixée au front pour remplacer un nez amputé, avec un portrait du patient, un conducteur de taureau persan nommé Cowasjee.

L'opération a été réalisée en reproduisant les traces du nez à partir d'un modèle en cire sur le front de Cowasjee et en relâchant la peau du front. En laissant un lambeau de connexion, la peau a été enlevée du front et tordue vers le bas pour former le nez, en utilisant une technique de reconstruction connue sous le nom de " lambeau de peau pédicelle ". Après vingt-cinq jours, le volet de liaison au front a également été coupé, laissant une grande cicatrice sur le front. Contrairement à la technique du Hole Cutter, qui prenait la peau du bras et l'immobilisait au contact du nez, la technique indienne laissait au patient une plus grande liberté de mouvement, mais il devait porter la blessure sur le front.
En tout cas, selon ce que rapportait la presse britannique en 1794, ce sont les pratiques "orientales" et "barbares" d'amputation du nez qui ont donné l'impulsion au développement de la rhinoplastie reconstructive dans la médecine traditionnelle indienne, contrairement aux anciens traitements des nez syphilitiques en Europe occidentale, aujourd'hui tombés dans l'oubli. Suivant le modèle britannique, qu'il connaissait bien, le chirurgien allemand Eduard Zeis (1807-1868) écrivait, en 1838, que la rhinoplastie reconstructive " doit ses origines à l'habitude, pratiquée depuis l'Antiquité et jusqu'à nos jours, de punir les voleurs, les déserteurs et surtout les adultères en leur coupant le nez et les oreilles ". Il n'est donc pas surprenant que l'art de reconstruire les nez se soit développé beaucoup plus tard en Europe, où cette horrible coutume n'existait pas...". Selon ce texte, c'est donc la barbarie orientale qui a conduit au développement des procédés plastiques. En réalité, en Europe, le grand élan propulsif pour le progrès de la chirurgie reconstructive a été donné par les stigmates ignominieux de la syphilis, une indication d'une vie sexuelle qui n'était certainement pas impeccable. Ce n'est qu'au début du XIXe siècle, lorsque l'action d'opposition du monde ecclésiastique à toute forme de chirurgie a cessé, que la chirurgie reconstructive du nez a commencé à se développer.

 
Le XIXe siècle et la rhinoplastie

Une grande poussée vers le progrès des techniques de chirurgie reconstructive et esthétique a donc toujours été, non pas tant le désir d'être plus beau, mais plutôt la grande volonté d'effacer de son corps certains signes, miroir d'une profonde souffrance psychologique, qu'il s'agisse de souvenirs de guerre, de maladie ou pire, d'un passé de mœurs douteuses. C'est le cas des nombreux nez syphilitiques qui ont donné lieu à des interventions de rhinoplastie, même très imaginatives, en marge du roman. En Europe, il faut attendre le début du XIXe siècle avec le français Joseph Constantin Carpe qui s'est inspiré de la technique millénaire pratiquée par les médecins indiens (pédoncule frontal). Un siècle plus tôt, un autre chirurgien français, René Garangeot, avait publié le récit d'une opération de replantage nasal après une section complète. La procédure de Garangeot était une réplique sommaire de celle décrite au XVIe siècle par le médecin italien Leonardo Fioravanti et plus tard par Tagliacozzi. Comme il est facile de le deviner à partir de ces premières nouvelles génériques, l'histoire de la rhinoplastie est " cartographiable " par le nom des méthodes utilisées. En fait, si l'on exclut quelques exceptions, parfois insignifiantes, les trois pratiques historiquement les plus répandues s'appellent les méthodes indiennes, italiennes et françaises, cette dernière étant basée sur le remaniement de la méthode indienne. Cette chirurgie miraculeuse a ensuite été reproduite sans succès par Johann Friedrich Dieffenbach (1794-1847), un chirurgien berlinois considéré comme l'un des pères de la chirurgie esthétique moderne, mais la chirurgie reconstructive officielle a plutôt suivi la tendance introduite par Tagliacozzi et sa technique du lambeau de peau relié au bras, méthode adoptée dans des cas sporadiques même jusqu'à il y a une vingtaine d'années.

En savoir plus : https://www.riccardomarsili.fr/chirurgie-esthetique/chirurgie-visage/rhinoplastie

 


Josie Bonnet







Flashback :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 22:08 Abdominoplastie Paris ! Questions et réponses

Lundi 20 Juillet 2020 - 22:53 Questions sur le botox ?

Dimanche 19 Juillet 2020 - 16:31 Les problèmes artériels

Infos Business | Italia






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb
 


cookieassistant.com