Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Tribune Libre
30/04/2019 - 21:12

Route de la soie, l'approche de Pékin

Le Sommet de la Route de la soie en Chine a clairement démontré le poids politique et économique du pays. Mais à l'approche de trois grands anniversaires historiques pour la Chine, il est peut être temps pour l'Occident de repenser fondamentalement ses relations avec Pékin.



Route de la soie, l'approche de Pékin
Les empereurs de Chine recevaient leurs invités et leurs vassaux dans la Cité Interdite ou dans leurs résidences d'été. Mais aujourd'hui, leurs successeurs ne le font que rarement. Il y en a tout simplement trop qui arrivent. Ainsi, pour accueillir de grandes réceptions, le président chinois Xi Jinping a fait construire un somptueux centre de conférence à la périphérie de Pékin, au milieu de jardins luxuriants et de pavillons, non loin de la Grande Muraille.

Il ya quelques jours, c'était bondé, alors que des délégations de 150 pays se sont présentées, dont 37 chefs d'État et de gouvernement, presque deux fois plus nombreux que ceux qui assistent au sommet annuel du G-20. Ils étaient présents à l'invitation de Xi pour le deuxième Sommet de la Route de la Soie, célébrant l'infrastructure mondiale et le programme de développement de la Chine, officiellement connu sous le nom de Belt and Road Initiative.

Lors du premier sommet, il y a deux ans, seuls 29 présidents et premiers ministres étaient présents. Cette fois-ci, en plus des solides alliés chinois venus d'Asie, d'Afrique et du Moyen-Orient, plusieurs hauts responsables européens, dont les chefs de gouvernement italien et autrichien, se sont rendus à Beijing. L'Allemagne a envoyé le ministre de l'Économie Peter Altmaier.

Mais tous les grands pays du monde n'ont pas fait leur apparition : Les États-Unis ont décidé de refuser l'invitation, tout comme l'Inde, qui avait elle aussi sauté la première épreuve.

La liste des invités du Sommet de la Route de la soie est la réponse diplomatique à un certain nombre de questions d'une grande portée : Comment le monde devrait-il traiter avec la Chine ? Dans quelle mesure doit-elle coopérer étroitement avec la Chine ? Dans quelle mesure peut-elle faire confiance à Pékin ?

Aucun ne peut l'ignorer

La Chine a atteint une grandeur économique, politique et technologique dont le monde n'avait pas vu l'ampleur depuis la montée des États-Unis. La question de savoir comment traiter avec la Chine est plus importante pour certains pays que pour d'autres, mais aucun ne peut l'ignorer.

Avec chaque nouvelle réalisation atteinte et chaque violation des droits de l'homme commise par Pékin, cette question devient de plus en plus difficile à répondre. Dire que la Chine est compliquée et contradictoire est une platitude. Ce sont les dimensions de ses contradictions qui distinguent la Chine des autres pays difficiles.

Les réalisations de la Chine depuis le début de sa politique de réforme et d'ouverture ont étonné les observateurs des pays industrialisés comme des pays émergents. Le pays a connu un degré de transformation économique et sociale que personne ne pensait possible il y a 40 ans, alors que la prospérité et le nombre d'emplois créés par son économie en plein essor dépassent toute comparaison historique. Les progrès technologiques de la Chine ont démythifié la notion populaire selon laquelle l'innovation ne prospère que dans des sociétés pluralistes.

Mais ce progrès s'est accompagné d'un niveau de répression et de contrôle qui, dans sa dimension numérique, éclipse même la situation en Corée du Nord. Les dirigeants chinois soumettent la minorité musulmane ouïghoure à un régime de sécurité qui rappelle ce que le monde a vu dans les années 1930, selon un haut responsable du département d'État américain. On craint que Pékin n'étende les systèmes de surveillance numérique qu'il utilise actuellement pour supprimer la population ouïghoure de la région du Xinjiang à d'autres parties du pays - et peut-être même les exportera-t-elle un jour.

 


Aline SERRA












Partageons sur FacebooK
Petites annonces