Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Portraits d'Artistes
17/10/2007 - 03:50

Sa mère a aimé un monstre

C'est ce que déclarait Samuel Benchetrit sur Europe 1, ce 16 octobre, jour de la libération conditionnelle de Bertrand Cantat. Il parlait de son fils, orphelin de Marie Trintignant. ''La justice, c'est ce que je ressens moi'', a-t-il ajouté.



Sa mère a aimé un monstre
Si Bertrand Cantat ne peut et ne veut parler de ce terrible drame, est-il juste qu'il soit lui-même interpelé sans cesse dans les medias par les jugements ou insultes des uns et des autres?
On s'approche à grands pas d'une justice utilisée par les uns et les autres comme instrument de vengeance;

Résumé, avec Edicom, de la déclaration de Samuel Benchetrit sur Europe 1:

Le réalisateur Samuel Benchetrit, qui a été l'époux de Marie Trintignant, a estimé mardi sur Europe 1, à propos de Bertrand Cantat en libération conditionnelle, que "quatre ans, ce n'est pas beaucoup quand il y a des mecs qui trafiquent du +shit+ et qui en prennent six".

"J'ai du mal à expliquer ça", a-t-il déclaré, tout en estimant que "la remise de peine, c'est pour tout le monde, c'est normal".

"Il y a des matins où j'aimerais mettre une trempe à ce +mec+. Et d'autres matins où je me dis qu'il est en +taule+ et c'est terrible pour tout le monde", a ajouté Samuel Benchetrit, père du plus jeune fils de Marie Trintignant.

"Ce qui est chiant surtout, c'est d'entendre parler de ce mec..."

Lire la suite sur Edicom.ch, rubrique People.


S.D. / Source Web







Flashback :
< >

Mercredi 16 Mai 2018 - 16:31 Partagez vos infos ou vos images

Les news de la Culture et des Lettres | Infos Junior | Textes Littéraires | Portraits d'Artistes | L. Robotti Séville







Partageons sur FacebooK
Petites annonces