Sommaire
Tribune Libre
19/08/2011 - 11:49

Santé: Drogué au sucre

Santé: Drogué au sucre; Le sucre, une drogue?; Un compteur de calories pour garder la ligne; En Afrique, le sida progresse toujours chez les homos.



Notre revue de presse santé du 19 Août 2011

Santé: Drogué au sucre
Le sucre, une drogue?
Un ou deux morceaux de sucre dans le café du matin, une pâtisserie à midi, l’envie d’un soda et d’une barre chocolatée pour la pause de 17 heures au bureau, quelques bonbons en voiture et du chocolat pour finir la soirée devant la télé : pour nombre d’entre nous, ce schéma n’a rien d’exceptionnel. Y aurait-il de la dépendance là-dedans ?Nos expertsJean-Michel Lecerf, chef du service nutrition à l’institut Pasteur de LilleSerge Ahmed, directeur de recherches au CNRS dans le laboratoire mouvement-adaptation-cognition (université Victor Segalen à Bordeaux), auteur de l’article : "Tous dépendants au sucre ?", paru dans le n° 443 de "La Recherche". (www.topsante.com) Il faut dire que ce qui est sucré est souvent très bon!

Un compteur de calories pour garder la ligne
Avec le Bite Counter, sorte de petite montre ingénieuse, les chercheurs de Clemson University en Caroline du Sud ont trouvé la parade pour éviter les kilos en trop. Gràce à une formule similaire à celle des appareils d'exercices physiques pour le calcul des calories brûlées pendant l'effort, le Bite Counter, qui s'accroche au poignet, devine le nombre de calories ingérées en comptabilisant le nombre de coups de fourchette et de bouchées prises à chaque repas. (www.elle.fr) Encore un objet inutile!

En Afrique, le sida progresse toujours chez les homos
L'épidémiologie est une discipline qui peut ne pas toujours être politiquement correcte; à commencer lorsqu'elle s'intéresse aux conséquences infectieuses collectives de certains comportements sexuels individuels. Le sida l'a amplement démontré depuis son émergence, il y a trente ans, au sein de la communauté homosexuelle masculine des grandes villes américaines. Il est généralement tenu pour acquis que cette épidémie continue, à l'échelle planétaire, à être majoritairement le fait de contaminations dues à des relations hétérosexuelles. Pour autant, la transmission homosexuelle -entre 5 et 10% des cas estiment les spécialistes- continue à jouer un rôle non négligeable, voire même à augmenter comme dans différents pays d'Asie et d'Amérique latine. (www.slate.fr)

Source: Yahoo News

Référencement Internet et création de sites Web ICI










Flashback :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar






Partageons sur FacebooK
Petites annonces