Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Commerces et services
31/12/2011 - 01:19

Sénégal: Yéro Basse s’exprime

Yéro Basse, homme d’affaires bien connu au Sénégal, s’exprime aujourd’hui en sa qualité de Président de l’Association des Commerçants émigrés d’Afrique. La diaspora sénégalaise est disséminée à travers le monde. Elle représente cependant 20% de la population sénégalaise et joue un rôle économique important.



Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Cliquez sur la photo pour l'agrandir
EDITOWEB : Monsieur le Président, nos concitoyens installés à l’étranger se trouvent-ils globalement dans de bonnes conditions?
YÉRO BASSE : Leurs conditions actuelles se sont détériorées. Cela s’explique par le fait que les gouvernements des pays d’accueil ne connaissent plus l’Afrique et ses traditions. Auparavant, lorsque des nombreux étrangers étaient installés dans les pays d’Afrique, y compris au Sénégal, ils étaient amis avec les Africains et les Sénégalais, ils s’invitaient les uns chez les autres, partageaient leurs cultures respectives. C’est particulièrement vrai pour le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Mauritanie, la Gambie et le Togo et le Bénin. Avec les indépendances, ces hommes et ces femmes ont emporté avec eux  la connaissance et l’estime qu’ils avaient des peuples africains.  Dans l’exercice de leurs fonctions, souvent administratives, ils ont tenu compte des valeurs africaines. Mais ces hommes et ces femmes sont aujourd’hui âgés ou décédés. Les nouvelles générations ne connaissent pas l’Afrique et donc ne respectent pas les Africains.  De plus, les images diffusées par les chaînes de télévision sont souvent négatives, comme par exemple les évocations de la Somalie.

EDITOWEB : Monsieur le Président, votre association reçoit-elle l’écho de souffrances éprouvées par nos concitoyens à l’étranger?
YÉRO BASSE : Lorsqu’ils sont à l’étranger, les Africains sont groupés, solidaires. Ils s’assistent mutuellement. L’Association ne peut pas ignorer ceux qui partent vers les pays étrangers sans avoir obtenu au préalable de visa. Toutefois, nous sommes particulièrement saisis de problèmes que rencontrent les Africains sans papiers en France.  Les Africains sont extrêmement contrôlés en France. Et cela dure depuis que l’UMP est au pouvoir. Il y a davantage d’Africains en Espagne et en Italie. Ils ne sont pas contrôlés : dès lors qu’ils ont un travail et un logement décent, ils ne sont pas inquiétés. Aux Etats-Unis, c’est pareil : ceux qui travaillent, paient leurs impôts,  ont de quoi prendre un taxi ne sont pas contrôlés.

EDITOWEB : Monsieur le Président, que fait le gouvernement de Monsieur le Président Wade quand des Sénégalais  rencontrent des problèmes à l’étranger?
YÉRO BASSE : Lorsqu’ils signalent leur situation à notre Association des Commerçants émigrés d’Afrique ou à l’Ambassade du Sénégal dans le pays où ils se trouvent, le Gouvernement assume les frais de transport pour leur retour, les loge quelques jours à leur arrivée ou leur donne de l’argent de poche afin qu’ils puissent regagner leur région natale. Il y a quelques années, nous rencontrions beaucoup de problèmes de ce genre. Aujourd’hui, il y en a beaucoup moins du fait de l’amélioration des politiques des pays d’accueil, sauf la France.

EDITOWEB : Monsieur le Président, à l’approches élections présidentielles du 26 février 2012, pouvez-vous nous rappeler comment voteront les Sénégalais à l’étranger ?
YÉRO BASSE : Ils voteront dans les ambassades du Sénégal  des pays dans lesquels ils se trouvent.

EDITOWEB : Monsieur le Président, quel est l’impact économique, en Afrique, des émigrés?
YÉRO BASSE : Il faut rappeler que la plupart des Sénégalais à l’étranger ne rencontrent pas de problèmes particuliers. Ils sont soutiens de famille pour ceux qui sont restés au pays : ils assument la dépense, achètent des terrains, financent des fermes et des unités d’élevage.  Ils contribuent à l’économie nationale. Ceux qui rentrent sont généralement commerçants et font de l’import/export. D’autres reviennent au pays après avoir mené toute leur carrière à l’étranger : ils perçoivent alors leur retraite et vivent tranquilles.

EDITOWEB : Monsieur le Président, Que diriez-vous aux Sénégalais qui envisagent un départ pour l’étranger ?
YÉRO BASSE : Le départ à l’étranger est envisageable pour les diplômés qui ne trouvent pas d’emploi. Quoi qu’ils choisissent, chaque pays a ses lois : il faut les respecter.

EDITOWEB : En conclusion ?
YÉRO BASSE : Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour souhaiter, en mon nom et au nom de l'Association des Commerçants émigrés d’Afrique, aux Africains en Afrique et ailleurs mes meilleurs vœux pour l’année 2012.


Yéro Basse
Grand Officier du Mérite
Grand Chancelier de l'Ordre National du Lion
Ets Yéro Basse
42 Avenue Faidherbe Dakar
Sénégal
Tel bureau: + 221 33 821 29 75
Fax: +221 33 822 98 43
Cellulaire: +221 77 637 38 05


S. D.








1.Posté par Dou le 24/05/2012 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila un Homme Brave

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Flashback :
< >

Mercredi 19 Septembre 2012 - 23:26 Pomme d'Amour: Prêt à Porter Femmes Dakar

Monde: Toute l'Actu | France | Régions | L'Info en Temps Réel | Commerces et services | Publi-Reportages | Internet | L'Economie en temps réel et en continu | La Bourse en Direct | Faits Divers - Société | Humeurs - Rumeurs | Tribune Libre | Chroniques | Art et Culture | Histoire | Al Wihda International | Altermag | Forum laïc | Stars-Sailors-League







Partageons sur FacebooK
Petites annonces