Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Europe
21/06/2007 - 23:10

UE: sommet test pour Sarkozy

En présentant à ses pairs de l'UE, lors du sommet, son idée de mini traité, Nicolas Sarkozy Président de la république française prend le rique du désaveu. La présidence allemande ne le protègera pas. En effet, s'il est vrai que les membres de l'Union européenne cherchent un substitut au projet de Constitution européenne, encore faut-il qu'ils surmontent les blocages de la Pologne et de la Grande-Bretagne.



UE: sommet test pour Sarkozy
Les Vingt-Sept se sont réunis jeudi 21 juin en fin d'après-midi à Bruxelles pour tenter de surmonter les blocages polonais et britanniques et trouver un compromis sur les grandes lignes d'un traité institutionnel simplifié destiné à remplacer la Constitution européenne.

Malgré les efforts d'Angela Merkel pour rapprocher les points de vue, la Pologne menaçait toujours d'opposer son veto et la Grande-Bretagne restait ferme sur ses "lignes rouges" à l'ouverture du sommet.

"La situation ne nous satisfait toujours pas", a déclaré le Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski au quotidien "Rzeczpospolita". Il a de nouveau brandi la menace d'un veto si la Pologne n'obtient pas une solution satisfaisante.

Avantagée par le traité de Nice, qui lui donne quasiment autant de voix que l'Allemagne pour une population deux fois inférieure, la Pologne s'oppose au système de la double majorité prévu par le projet de Constitution, et repris dans la proposition de compromis faite par la présidence allemande. Les jumeaux Kaczynski suggèrent de calculer le poids de chaque pays en fonction de la racine carrée de sa population.

"Irrationnel"

Jaroslaw Kaczynski est allé jusqu'à demander des compensations pour les victimes polonaises de la Seconde Guerre mondiale, en faisant valoir que son pays compterait beaucoup plus d'habitants sans la guerre. Cet argument a été jugé "irrationnel" par le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker.

A son arrivée au conseil européen, Tony Blair, qui participe à son dernier sommet avant de laisser la place le 27 juin à Gordon Brown, a réclamé des "changements très significatifs" dans la proposition allemande. Le Premier ministre britannique a prévenu qu'il refuserait tout compromis sur un traité qui ne prendrait pas en compte ses quatre "lignes rouges": le contrôle par la Grande-Bretagne de sa politique étrangère, de sa politique de défense, de sa sécurité sociale et de son droit civil.

Suite de l'article dans le NouvelObs en pièce jointe ci dessous:



H.V/Source Web






H.V/Source Web


1.Posté par Willy Humbold le 23/06/2007 20:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Inform yourself and vote online at www.FreeEurope.info .


Flashback :
< >

Mercredi 30 Mai 2018 - 17:11 La guerre des pauvres n'aura pas lieu

Lundi 9 Avril 2018 - 15:45 Fake news pour les Macron

Mardi 2 Février 2010 - 23:19 Conditons d'Utilisation des Blogs Editoweb





Partageons sur FacebooK

Petites annonces