Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Régions
28/03/2008 - 11:56

Un couple âgé cambriolé et brutalisé à Marignane


C'est sans doute l'une des agressions les plus détestables. Les victimes, le plus souvent, n'ont aucun moyen de se défendre face à leurs agresseurs. Les "home-jacking", ces séquestrations et cambriolages à domicile perpétrés pendant le sommeil des occupants d'une maison, laissent de terribles séquelles aux victimes.



Dans la nuit de mercredi à jeudi, ce sont encore deux personnes âgées qui ont été surprises dans leur sommeil par un commando de braqueurs. Ligotées avec du fil électrique, menacées avec une arme de poing, cambriolées, les deux victimes, particulièrement vulnérables, ont vécu un terrible traumatisme (lire ci-dessous).

La brigade de répression du banditisme de la police judiciaire de Marseille a été chargée de l'enquête.


"Mon épouse a été brutalisée sous mes yeux"

"Il était près de 3 heures du matin. Nous dormions, lorsque nous avons été tirés de notre sommeil par trois hommes, cagoulés et armés d'un revolver." Encore sous le choc de la brutale agression dont il a été victime, ce couple de Marignanais, demeurant à proximité du parc Ferrage, se remet mal de cette nuit horrible.

Trois malfaiteurs se sont introduits dans leur domicile par effraction, avant de les agresser et de dérober leur voiture. Puis ils se sont rendus à Berre, cambrioler le magasin de leurs victimes et ont fini en mettant le feu au véhicule volé, à la cité de la Boétie.

"Ils ont forcé les barreaux de la fenêtre de la cuisine, puis sont venus dans notre chambre. Mon épouse s'est mise à hurler, ils l'ont maltraitée, elle est couverte d'ecchymoses et profondément traumatisée, rapporte, la voix brisée, cet homme de 72 ans. Ils m'ont ensuite violemment jeté à terre et nous ont ligotés. Ils sont repartis avec les clés de notre véhicule ainsi que celle de notre magasin. De longues minutes se sont écoulées avant que ma femme ne parvienne à défaire ses liens et me libérer. Nous avons bu un café pour nous calmer et nous avons appelé les secours."

laprovence.com

Y.K/sourcesWeb



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo