Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Faits Divers - Société
07/01/2008 - 19:29

Une caissière de supermarché sort de l’anonymat grâce à son blog


Anna tient de nombreux internautes en haleine avec ses chroniques relatant le quotidien d'une "hôtesse de caisse". Drôle et touchant.
«Des caissières, on en voit à chaque fois qu'on va faire ses courses.» Anna, auteure du blog «caissière no futur», sait de quoi elle parle. Elle a passé presque huit ans de sa vie derrière une caisse enregistreuse d’un supermarché français, d’abord pour financer ses études, puis parce qu’elle ne trouvait pas de poste de travail correspondant à son bac +cinq.



Banal, le quotidien d'une caissière? Pas tant que ça si l'on en croit le succès que rencontre ce blog. 1500 lecteurs s'y connectent chaque jour, touchés par les observations de l'une de celles qu'ils croisent presque tous les jours sans véritablement leur adresser la parole. Des chroniques drôles et touchantes à la fois.

On y apprend que le top trois des questions posées aux caissières sont: Où sont les toilettes? Vous n'avez pas de sac? Vous êtes ouvertes? Quand elles n'entendent pas les remarques de mamans avertissant leurs enfants qu'ils risquent de faire le même métier qu'elles s'ils ne s'appliquent pas à l'école. Les clients qui s'attardent à la fermeture du magasin, les impolis, les odorants, les bavards… tous sont passés en revue. Mais les bons moments sont aussi répertoriés. Et quelques réflexions philosophiques trouvent leur place, comme celle sur le prix de 9 Euros 99.

Hôtesses de caisse.
Pour trancher avec l'aspect ordinaire de son métier, Anna parle d'hôtesses de caisse. Et il n'est pas usurpé de parler au féminin, tant les caissiers sont rares. «Le message noté sur la caisse est "n° de caissière". Si ça, c'est pas une preuve que le métier est réservé aux femmes! » note la bloggeuse. Qui souligne que les hommes embauchés vont systématiquement en rayon. «C'est surement plus physique», lance-t-elle, ironique, tout en s'interrogeant non sans humour sur le rayon papèterie. Et sur la raison pour laquelle les hommes ne sont pas obligés de porter des tenues «qui font prendre 20 ans d'un coup», comme leurs collègues féminines.

Depuis samedi dernier, Anna a toutefois raccroché son tablier de caissière. Ses lecteurs, qui sait, la retrouveront d'une autre manière.

Edicom.ch


M.D/sourcesWeb








1.Posté par BOUHEY NICOLE le 11/01/2008 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis cliente de supermarché depuis plus de 40 ans et j'apprécie dans ma petite ville l'amabilité des caissières qui disent bonjour, bonne
journée etc etc. Mais ce n'est qu'n supermarché avec une...

2.Posté par nobru011 le 11/01/2008 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
simplement MERCI

3.Posté par lhermitte gisele le 29/01/2008 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis desolee d imaginer le montant de leurs salaires ,tant depresences et la patience qu il faut avoir avec les reflexions ,le profit des super marche ?courage


Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel






Partageons sur FacebooK
Petites annonces