Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Afrique et Moyen-Orient
25/03/2008 - 10:14

Violents combats dans le sud de l'Irak entre soldats nationaux et miliciens chiites



De violents affrontements opposaient mardi matin à Bassorah les forces de sécurité irakiennes et des combattants de la milice chiite de l'armée du Mahdi.



La police a confirmé qu'une opération avait été lancée dans la nuit de lundi à mardi contre le quartier Al-Tamiyah, bastion de l'armée du Mahdi du chef radical Moqtada Sadr.

"Nous avons commencé à intervenir à 05H00 (02H00 GMT). Les combats opposent les forces de sécurité et l'armée du Mahdi", a indiqué un porte-parole de la police, le commandant Karim al-Zubaidi.

Des déflagrations de tirs de mortiers et des échanges aux armes automatiques se poursuivaient dans la matinée.

Des sources médicales à l'hôpital de la ville ont fait état de "nombreux blessés civils", sans pouvoir en préciser le nombre.

Des témoins dans la ville ont signalé un déploiement de forces de sécurité, après la décision des autorités d'imposer un couvre-feu dans Bassorah à partir de lundi soir.

Les combattants de l'armée du Mahdi ont ensuite pris position aux accès des quatre quartiers qu'ils contrôlent dans la deuxième ville d'Irak, majoritairement chiite, qui compte 1,5 million d'habitants.

Le couvre-feu interdit tout déplacement de personnes ou de véhicules de la tombée de la nuit à l'aube, et ce jusqu'à nouvel ordre, avait annoncé le général Mohan al-Furayji, responsable de la sécurité dans le sud de l'Irak.

Il avait ajouté que cette mesure avait été prise pour "imposer la loi et chasser les criminels", dans la ville, à 550 km au sud de Bagdad.

Bassorah, principal centre pétrolier d'Irak, est le théatre d'une lutte d'influence entre différentes formations chiites depuis le retrait à la mi-décembre des forces britanniques qui occupaient la métropole et sa province depuis mars 2003.

Un porte-parole du mouvement sadriste, Harith al-Athari, a appelé à l'ouverture de négociations.

"La situation est mauvaise et nous regrettons les combats. Nous sommes prêts à des négociations et nous voulons calmer les choses", a-t-il déclaré à l'AFP.

Ces affrontements interviennent après la visite à Bassorah, lundi, du Premier ministre Nouri Al-Maliki, accusé par les sadristes de monopoliser le pouvoir et de favoriser une autre formation chiite, le Conseil Suprême islamique irakien (CSII).

Le responsable du mouvement sadriste dans la ville sainte de Nadjaf (centre sud), Liwa Sumaysim, a regretté la détérioration de la situation à Bassorah.

"Nous regrettons ce qui se passe à Bassorah", a-t-il déclaré à l'AFP. "Nous sommes contre la violence, spécialement dans cette période critique. Le mouvement sadriste est visé à Bassorah, et c'est pour cela que nous assistons à un regain de tension. Les forces gouvernementales ne devraient pas être utilisées contre le peuple".

yahoo.com


Y.K/sourcesWeb






Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK