Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
 
Amériques
13/03/2008 - 15:47

Washington: Bush fait un geste fort contre la pollution

Washington va imposer à tous les Etats du pays des normes plus drastiques en matière de pollution de l'air à l'ozone, pour la première fois depuis 1997.



Les grands pollueurs seraient-ils en train de se convertir à la lutte contre le réchauffement climatique ? Après la Chine qui a créé un ministère de l'Environnement - une priorité pour le Parti, selon les autorités de Pékin -, les Etats-Unis ont annoncé le premier renforcement depuis 1997 des normes fédérales de pollution de l'air à l'ozone.

L'Agence fédérale de protection de l'environnement (EPA) a abaissé le volume maximum d'oxydes d'azote et d'autres composants chimiques que peuvent émettre les automobiles, les usines et les centrales électriques. Ces oxydes provoquent des réactions chimiques responsables du brouillard épais, appelé « smog », qui asphyxie les grandes métropoles quand la chaleur est trop élevée.

Jusqu'à présent le taux en vigueur autorisait une teneur limite de 80 parts par milliard en volume. L'EPA a décidé de fixer le plafond à 75 parts sur l'ensemble du territoire américain. En abaissant la norme à un tel niveau, l'administration Bush espère améliorer significativement la santé de la population. D'après les estimations de l'Agence fédérale, cette mesure pourrait se traduire par une diminution de 900 à 1.100 décès prématurés par an ainsi que par une baisse de 1.400 attaques cardiaques non mortelles.

A l'heure où le système de santé américain est à l'agonie en raison de son coût élevé, l'EPA espère que ces nouvelles normes permettront de générer 19 milliards de dollars (12 milliards d'euros) d'économies.

Si la Maison-Blanche a assuré qu'il s'agissait des normes « les plus strictes » jamais adoptées, cette mesure ne satisfait personne. Les défenseurs de l'environnement jugent que l'initiative ne va pas assez loin.

Le monde de l'industrie, lui, fait grise mine. Pour ces professionnels, principalement des représentants d'entreprises du secteur électrique et pétrolier, l'abaissement de la norme ne repose sur aucun fondement scientifique alors que les coûts économiques d'application sont estimés entre 7,6 et 8,5 milliards de dollars (entre 4,9 et 5,4 milliards d'euros). « La décision de l'EPA d'abaisser la norme de teneur d'ozone va inutilement imposer un nouveau fardeau sur les Etats et les industriels alors même qu'ils continuent à s'efforcer de respecter les normes de 1997 », a expliqué Tom Gibson, directeur de l'American Chemistry Council, l'association des industries chimiques américaines.

lefigaro.fr


Y.K/sourcesWeb






Y.K/sourcesWeb

Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel





Partageons sur FacebooK