Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Afrique et Moyen-Orient
30/04/2008 - 11:51

Zimbabwe: la pression internationale s'accentue


Accentuant encore la pression internationale sur un pays où règne un climat de violence, le Conseil de sécurité de l'ONU se penchait mardi sur la situation au Zimbabwe, un mois jour pour jour après le scrutin présidentiel du 29 mars dont l'issue reste incertaine.



Alors que le régime du président Robert Mugabe, au pouvoir depuis près de trois décennies, accusait l'opposition d'attiser les tensions, six experts de l'ONU ont dénoncé des agressions "organisées et coordonnées" et le recours à la torture contre les opposants.

Dans un communiqué conjoint, ces spécialistes des droits de l'Homme affirment disposer d'informations fiables sur des "actes d'intimidation, de violence et de torture" contre des personnes soutenant l'opposition.

A Washington, le président américain George W. Bush a affirmé que "la violence et l'intimidation" étaient "tout simplement inacceptables" et souligné que la volonté "de changement" des Zimbabwéens devait être "respectée".

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon de son côté exprimé sa vive "inquiétude" quant à la situation dans le pays. "En raison de l'augmentation de la violence et du nombre de personnes déplacées quittant leurs maisons pour d'autres lieux, il y a une crise humanitaire grave", a-t-il déclaré à Genève.

A Harare, la Commission électorale du Zimbabwe a indiqué qu'elle entendait réunir jeudi les candidats à la présidentielle ou leurs représentants afin d'obtenir un consensus sur les résultats du scrutin. Son président, George Chiweshe, est cependant resté évasif sur la date à laquelle les résultats pourraient être enfin annoncés.

Morgan Tsvangirai, chef de l'opposition, a déjà revendiqué la victoire avec plus de 50% des suffrages, en se basant sur les résultats affichés sur chaque bureau de vote. Le parti de Robert Mugabe assure qu'un second tour est nécessaire. Cette incertitude alimente un climat de violence qui vise, selon Zimrights, la principale organisation de défense des droits de l'Homme du pays, à intimider les électeurs.

"S'il y a un second tour, ce qui nous inquiète, c'est qu'un grand nombre de déplacés ne pourront pas rentrer chez eux pour voter", a déclaré mardi son président, Kucaca Phulu. Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) affirme qu'au moins 15 personnes ont été tuées et des centaines blessées dans le cadre de cette campagne d'intimidation.

Le gouvernement, qui a toujours démenti ces accusations, a accusé à son tour l'opposition d'être à l'origine du climat de tension dans le pays.

"Il y a une avalanche de déclarations irresponsables (...) par des personnes et des organisations qui veulent nuire" au Zimbabwe, a indiqué George Charamba, porte-parole de Mugabe. Leur objectif "est d'attiser les tensions pour provoquer des crimes à caractère politique à travers le pays", a-t-il ajouté.

Dans ce cadre, la police anti-émeute avait effectué vendredi un raid sur le siège du MDC officiellement à la recherche d'auteurs d'incendies criminels, et avait arrêté toutes les personnes qui s'y trouvaient. Mardi, les 185 personnes toujours en détention ont été remises en liberté. Le secrétaire général du MDC, Tendai Biti, a estimé mardi à New York que le Conseil de sécurité de l'ONU devrait adopter "une résolution forte concernant les questions humanitaires et politiques" au Zimbabwe.

"Il doit y avoir un appel à Mugabe pour qu'il parte. Il est illégitime. Il a perdu cette élection" le 29 mars, a déclaré M. Biti à l'AFP.

Quelques heures avant la réunion à huis-clos du Conseil de sécurité à New York, le régime zimbabwéen a envoyé des messages contradictoires.

Dans un entretien à la BBC, l'ambassadeur du Zimbabwe auprès des Nations unies, Boniface Chidyausiku, a jugé que le vainqueur de la présidentielle, quel qu'il soit, devrait "former un gouvernement d'unité nationale". Le gouvernemnt a exclu cette option peu après, Bright Matonga, son porte-parole déclarant à l'AFP que Morgan Tsvangirai ne pouvait participer à un tel gouvernemnt "parce que c'est un vendu".

Source: yahoo news

Arame Diène










Flashback :
< >

Dimanche 3 Décembre 2017 - 14:53 Le gène de la paresse

Jeudi 11 Février 2010 - 18:34 Vêtements grandes tailles homme à Marseille

Vendredi 30 Octobre 2009 - 20:29 Régie de spectacles et d'événementiel

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn