Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Sénégal d'Aujourd'hui
31/07/2009 - 13:14

10 ans de prison requis contre un faux ’’chérif’’

Le procureur du tribunal des flagrants délits a requis hier à Dakar une peine de dix ans de prison ferme contre un individu qui se présente comme un marabout et est poursuivi pour les délits de viol, détention de chanvre indien, escroquerie et atteinte aux bonnes mœurs.



-=Dans son réquisitoire le parquet a indiqué que l’accusé domicilié aux Parcelles assainies se fait appeler ’’Aidara’’, nom accolé aux ‘’Chérifs’’ (saints), pour gagner la confiance de ses victimes avant de les avoir.

C’est ainsi, a-t-il souligné, que les deux des femmes mariées qui ont porté plainte contre lui se sont d’abord fait avoir avant de prendre leur courage à deux mains pour le dénoncer afin qu’il soit traduit devant la justice.

Le procédé du ’’Chérif’’ consistait à faire des séances de prédication pour ses clientes, puis il leur proposait de bains mystiques que l’homme dirigeait lui-même avec force incantations. Envoutées, elles s’endormaient et l’homme en profitait pour les violer avant de les photographier dans le plus simple appareil.

Une fois en possession des photos, il s’en servait comme objets de chantage pour exiger d’autres relations sexuelles, souligne le procureur. Ainsi, l’homme avait dans son portable 84 photos pornographiques, 820 SMS et 7 films pornos qu’il a lui-même pris à l’occasion des rapports sexuels avec ses victimes.

Le procureur l’a qualifié de ‘’maniaque sexuel’’ qui déploie une intelligence cynique et morbide pour briser la vie conjugale des femmes. Pour lui, plusieurs femmes photographiées toutes nues dans son téléphone portable de l’accusé sont en train de vivre leur mal en silence.

Rien que pour cela, la justice doit sévir à l’encontre de tels individus, a martelé le procureur.

Le prévenu interrogé à la barre maintient qu’il appartient à une famille Aidara qui se trouve à Nimzat. Il a précisé que très souvent des personnes le sollicitent pour des prières.

L’homme a toutefois avoué qu’il fume du yamba et s’adonne à des pratiques indignes de quelqu’un qui appartient à une famille maraboutique.

Les deux victimes accompagnées de leurs maris à la barre ont souligné avoir été violées par l’accusé dans sa chambre. Ce que ce dernier a nié pour soutenir que toutes les deux étaient ses amantes et qu’il a couché avec elles avec leur consentement.

Le tribunal des flagrants délits a mis son verdict en délibéré jusqu’à lundi.


Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces