Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
INFOS DERNIERES - consultez des dépêches en temps réel: cliquez ici

Régions
15/05/2009 - 19:35

29 ans après les meurtres de la N20, un suspect arrêté

11 mars 1980, le corps sans vie de Michèle Coutura, 17 ans, est retrouvé au bord de la N20, en Essonne. Un ouvrier du bâtiment la découvre, nue, pendue à une poutre métallique d'un château d'eau à Mondésir. Des traces de sperme « sont visibles sur sa peau », mais elle n'a pas subi de violences sexuelles apparentes.



L'affaire de la «N20» ne fait que commencer : Sylvie Le Helloco le 25 décembre 1980, Christine Devauchelle le 14 juillet 1982, et Pascale Lecam, le 7 août 1983.

En tout, ce seront les corps de quatre jeunes femmes qui seront retrouvées aux abords d'Arpajon et au sud d'Etampes, le long de l'axe routier. Le point commun outre les dates et le lieu : les corps sont tous retrouvés nus.

À l'époque, les soupçons pèsent fortement sur Michel Fourniret, alors habitant des Yvelines, qui venait de commettre en Essonne des agressions sexuelles. Faute de preuve, l'enquête n'aboutit pas, aucun suspect n'est arrêté.

Vingt-neuf ans après les faits, le Parisien révèle qu'un homme vient d'être placé en garde-à-vue depuis hier, sur cette affaire, identifié grâce à son ADN.

En mars 2008, les enquêteurs de l'Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP) décident de reprendre l'enquête. Un long travail de reconstitution des dossiers de l'enquête, éparpillés depuis des années, commence.

Au mois de mars 2009, «l'exploitation d'une trace biologique», un mouchoir en papier souillé retrouvé sur la scène de crime de Christine Devauchelle, et d'autres «liens indirects», permettent de suspecter un nouvel homme. Son ADN est marqué dans le Fichier national des empreintes génétiques. Cet homme, d'une cinquantaine d'années, aujourd'hui rangé et réinséré dans la société, était à l'époque, selon la police, un «petit voyou».

Une réussite pour les enquêteurs mais également un succès pour le laboratoire scientifique. Mais, si... lire la suite de l'article sur Libération.fr



Source: Libération via Yahoo News

Awa Diakhate



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise




Sport: football
Partageons sur FacebooK

Inscription newsletter


pub


LinkedIn
Viadeo