Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

pour y être
Afrique et Moyen-Orient
06/04/2009 - 18:23

Abandon des poursuites contre Jacob Zuma

Le ministère public sud-africain a abandonné les poursuites judiciaires pour corruption à l'encontre du chef de l'ANC, Jacob Zuma, qui pourrait devenir le prochain président de la République.



Le procureur général Mokotedi Mpshe a précisé, à l'appui de sa décision, que des "irrégularités de procédure" avaient été commises et que l'ancien patron de la brigade criminelle avait manipulé le système légal.

L'affaire est donc classée et la procédure pour corruption, fraude, blanchiment d'argent et racket qui durait depuis huit ans est éteinte, a indiqué le procureur général.

"A la lumière des éléments mentionnés, je suis parvenu à la difficile conclusion qu'il n'est ni possible, ni souhaitable que le ministère public maintienne les poursuites contre M. Zuma," a dit Mpshe lors d'une conférence de presse.

Il a demandé l'ouverture d'une enquête sur les "irrégularités de procédure" mais a précisé ne pas disposer de preuves solides d'une éventuelle implication de l'ancien président Thabo Mbeki, ennemi personnel de Zuma.

Jacob Zuma a toujours dit avoir été victime d'un complot politique tandis que ses adversaires accusaient l'ANC d'oeuvrer en coulisses pour tenter de le blanchir.

Cette affaire a toutefois clairement posé la question de la capacité de Zuma à diriger son pays. Les investisseurs et acteurs économiques ont suivi de près les rebondissements de cette saga qui a fait planer des doutes sur l'indépendance de la justice et sur la stabilité politique de l'Afrique du Sud.

Dans une interview à Reuters, Jacob Zuma, qui est soutenu par le Parti communiste et les syndicats, s'est voulu rassurant pour les marchés et a affirmé que s'il prenait la tête du pays, la politique économique libérale de son prédécesseur Thabo Mbeki ne serait pas remise en cause.

"Nous sommes un pays riche, nous avons des ressources. Personne dans le secteur privé ne partira, au contraire, d'autres arriveront car il y a du business à faire", souligne-t-il.

Toutefois, ajoute le leader de l'ANC, "nous n'avons pas honte de dire que notre politique veut servir les pauvres et les travailleurs".

Thabo Mbeki, remplacé par Jacob Zuma l'an dernier à la tête de l'ANC, avait été accusé de ne pas faire assez en faveur des catégories les plus défavorisées de la population.

Quant au COPE, issu d'une scission de l'ANC, Jacob Zuma estime qu'il ne fait peser aucune menace sur le parti au pouvoir.

"En ce qui concerne l'ANC, le COPE ne compte pas. Il n'y a aucune raison d'engager des discussions avec lui", lance-t-il.

Pour lui, le COPE sera incapable d'empêcher l'ANC d'obtenir les deux tiers des sièges de l'Assemblée, seuil nécessaire pour pouvoir modifier la constitution.

"Non seulement cette majorité des deux tiers n'est pas menacée mais elle sera dépassée."

Lors des dernières élections législatives en 2004, l'ANC a recueilli 70% des suffrages.


Source: Yahoo News

Awa Diakhate










Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise

Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!






Partageons sur FacebooK
Facebook Sylvie EditoWeb Facebook Henri EditoWeb



Mobile
Facebook
Twitter
LinkedIn