Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.

Rss
pour y être
Sénégal d'Aujourd'hui
23/05/2009 - 18:03

Accident de route à Ouakam

La route continue de faire des victimes, en dépit de la sensibilisation inlassable entreprise par l’Etat. Pas plus tard qu’hier, un accident de la circulation a coûté la vie à un chauffeur de taxi et mis en danger celle d'une étudiante.



L’attention des habitants de Ouakam, qui se rendaient à leurs lieux respectifs de travail, à Dakar, a été retenue par un accident de voiture devant le portail de la base militaire française, le 23e Bima, aux environs de 7 heures du matin.

Un camion transportant du matériel de construction a heurté, violemment, un taxi garé devant la porte du camp militaire. Le chauffeur du taxi, immatriculé DK 6199 X, a sur le champ rendu l’âme et une jeune étudiante, sa cliente, s’est gravement blessée. Le chauffeur du taxi et l’étudiante sont évacués à l’hôpital, tandis que le camionneur, lui, est en garde-à-vue à la brigade de Gendarmerie de Ouakam.

La jeune fille se rendait à l’Ucad, où elle étudie. La violence de l’accident s’illustre par l’état du taxi, complètement broyé. D’ailleurs, il a fallu l’intervention des soldats pour sortir le chauffeur et la fille du taxi, en coupant quelques parties de la tôlerie. La survie de la fille a d’ailleurs surpris certains témoins, qui déclarent que «c’est la main de Dieu qui est intervenue pour la sauvée», car, soutiennent-ils, «le camion a marché sur le taxi».

Les témoins trouvés sur place ont tenté d’expliquer les causes du drame. «Après son arrestation par la police, le chauffeur du camion a avoué qu’il somnolait au volant, car il n’était même pas dans la même direction que le taximan», a soutient Aliou Guèye, présent au moment des faits. Mais les superstitieux ne voient pas les causes de cet accident de la même manière et soutiennent que «cet endroit est dangereux, car il avait été habité par les esprits. Les accidents se produisent tous les ans, dans cette zone. On connaît bien notre milieu. Le chauffeur du camion n était plus seul au volant. A la limite, a-t-il été substitué ?».

La famille de la jeune fille brandit déjà l’argument de la plainte contre le chauffeur du camion. Pendant plus de quatre heures d’horloge, un embouteillage monstre régnait sur l’axe Ouakam/Dakar.



Source: Rewmi


Awa Diakhate







Flashback :
< >

Mardi 23 Août 2016 - 19:45 Portail automatique Istres Provence

Mercredi 23 Novembre 2011 - 21:22 Les Français en temps de crise






Partageons sur FacebooK
Petites annonces