Quantcast
Sommaire
Editoweb Magazine propose des commentaires d'actualité et de la littérature, des textes littéraires - sciences fiction, polar, littérature fantastique, ésotérisme - et des infos en temps réel.
      


pour y être
Afrique et Moyen-Orient
21/05/2021 - 20:52

Ashkelon a fait les frais de la guerre d'Israël contre le Hamas

Plus de roquettes ont été tirées sur Israël depuis Gaza au cours des 11 derniers jours que pendant toute la guerre de 2014, qui a duré sept semaines, selon le décompte de l'armée. Près d'un quart d'entre elles ont atterri sur la seule ville d'Ashkelon.



C'est une statistique brutale, ressentie avec acuité dans cette ville du sud d'Israël qui se trouve à moins de 15 km du poste frontière avec Gaza et qui est donc la zone fortement peuplée la plus proche de la bande.

Debout à côté des ruines de sa maison qui a été touchée de plein fouet jeudi, Sigal, la propriétaire, explique que les habitants ont 30 secondes pour se réfugier dans un abri lorsque les sirènes se déclenchent.

"Si vous avez un abri", ajoute-t-elle, son chien effrayé gémissant à ses côtés. Le sol tremble sporadiquement à cause des roquettes proches, le bruit sourd des missiles interceptés retentit au-dessus de nos têtes.

"Nous n'avons jamais connu un nombre aussi intense de roquettes que cette semaine.

"Nous voulons que cela cesse et que tout le monde des deux côtés de la frontière, les femmes et les enfants des deux côtés, soit en sécurité", a-t-elle ajouté.

Les habitants d'Ashkelon connaissent bien les tirs de roquettes, mais cette série de combats féroces, qui s'est terminée par un cessez-le-feu provisoire vendredi matin, a vu un nombre sans précédent de roquettes atterrir en Israël et sur la ville.

En fait, Ashkelon est la ville la plus durement touchée de tout Israël, selon le maire Tomer Glam qui, en faisant le tour des maisons endommagées, a déclaré à The Independent que plus de 930 roquettes avaient été tirées sur les résidents au cours des 11 derniers jours seulement.

Deux femmes, dont l'une âgée de 80 ans, ont été tuées à Ashkelon au cours de ce cycle de violence. Deux autres sont gravement blessées, a ajouté le maire.

Et c'est pourquoi il souhaite que des investissements soient réalisés dans la ville avant qu'un autre conflit n'éclate : malgré les bombardements sur Ashkelon, celle-ci ne bénéficie pas du même niveau de protection que les zones plus proches de la frontière.

"Environ un quart des 160 000 habitants d'Ashkelon n'ont pas d'abris anti-bombes", a déclaré le maire Glam à The Independent à côté d'un bâtiment bombardé.

"Dans les zones situées immédiatement autour de Gaza, chaque foyer et de nombreuses rues ont des abris, car ils sont si proches des tirs de roquettes. Mais c'est maintenant clair, [les militants] tirent sur Ashkelon parce que c'est la ville la plus proche et la plus peuplée."

Il a lancé un appel direct au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour qu'il l'aide à construire davantage d'abris dans la ville.

"Nous devons maintenant être considérés comme faisant partie de cette [enveloppe] de Gaza", a-t-il ajouté.

Les 11 jours de combats acharnés ont apparemment pris fin avec un cessez-le-feu entre les deux parties. Plus de 240 personnes ont été tuées à Gaza, dont 66 enfants et 39 femmes, selon le ministère de la santé de Gaza.

Les médecins israéliens ont déclaré que 12 personnes avaient été tuées, dont les deux femmes à Ashkelon.

L'armée israélienne a déclaré qu'environ 4 340 roquettes ont été tirées sur Israël depuis la bande de Gaza, dont environ 640 ont échoué.

L'armée aurait touché bien plus de 800 cibles dans la bande de Gaza, une minuscule bande soumise à un blocus où vivent près de deux millions de personnes.

En raison de l'intensité des tirs de roquettes après la dernière guerre de 2014 avec Gaza, M. Netanyahu a présidé à un vaste projet de construction de maisons renforcées et d'abris pour les personnes vivant en Israël à environ 7 km de Gaza.

Mais les roquettes du Hamas semblent s'être améliorées et pleuvent maintenant sur Ashkelon à environ le double de la distance.

Des sources ont déclaré au journal israélien Haaretz que les précédentes demandes adressées au bureau du Premier ministre et au ministère des Finances pour la protection de communautés comme Ashkelon avaient été rejetées à plusieurs reprises pour des raisons financières.

Vendredi, après une pression croissante et des appels publics du maire, M. Netanyahu a annoncé qu'il allait attribuer un budget pour Ashkelon.

La ville côtière possède un vaste front de mer et des centres commerciaux, mais aussi des quartiers pauvres.

Dans les années 1990, il y a eu un afflux massif de citoyens russes, de sorte que le russe est une langue commune dans certaines zones.

On l'entend certainement dans les quartiers les plus vieillis et les plus pauvres de la ville, où les habitants disent que personne n'a d'abris anti-bombes.

"Je cours juste à l'arrière de mon magasin et j'espère le meilleur", dit Egal, 46 ans, qui possède une supérette le long d'une bande.

"Tous ces bâtiments sont vieux et n'ont pas d'abris. Le bloc d'appartements en face en a un en sous-sol, mais les étages supérieurs n'en ont pas."

Victor Delhaye-Nouioua










Europe | Amériques | Afrique et Moyen-Orient | Asie & Extrême Orient | Océanie | USA UK and Malta News | La actualidad en español | Deutsche Nachrichten | Nouvelles de la Faim et de la Mort!


Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram
Pinterest